Magazine Échecs

Découvrez Chesstips.fr pour progresser aux échecs !

Publié le 17 février 2019 par Chess & Strategy @Chess_Strategy

Découvrez CHESSTIPS, votre newsletter hebdomadaire gratuite sur les échecs avec un exercice et sa solution, à partager entre amis !

Les Blancs matent en 2 coups -> Recevoir la Newsletter hebdo

L'exercice tactique de cette semaine est extrait de la pratique. La partie mettait aux prises Robert James Fischer vs Daniel C Kumro lors d'une séance de simultanée à Cicero, en banlieue ouest de Chicago aux Etats-Unis, le 20 Mai 1964. Les Blancs jouent et matent en 2 coups (diagramme ci-dessous avec la solution en fin de page). A vous de jouer !

Les Blancs jouent et matent en 2 coups. A vous de trouver comment !

Découvrez ChessTips pour progresser aux échecs ! - Photo © Chess & Strategy

Robert James Fischer, dit Bobby Fischer, est né le 9 mars 1943 à Chicago aux États-Unis et mort le 17 janvier 2008 à Reykjavik en Islande. Ce joueur d'échecs américain, naturalisé islandais en 2005 a été champion des États-Unis à quatorze ans en 1957-1958.

Bobby Fischer devient en 1972 le onzième champion du monde d'échecs en remportant, sur fond de guerre froide, le « match du siècle » à Reykjavik face au Soviétique Boris Spassky. Sa victoire sensationnelle en finale du championnat du monde d'échecs 1972, mettant un coup d'arrêt à la domination russe du jeu d'échecs depuis des décennies, en fit une icône dans son pays, lui apportant la reconnaissance du public américain et la médiatisation à travers le monde, bien que plus tard il fit des déclarations controversées qui ternirent sa réputation.

Les conseil de James Eade dans Les échecs pour les Nuls

Si les échecs sont pour vous une nouveauté, ne soyez pas désespéré. Il n’y a pas de gène des échecs pour décider qui peut ou ne peut pas jouer aux échecs. Tout le monde peut jouer une partie d’échecs passable, et - quand vous y serez arrivé – tôt ou tard vous trouverez quelqu’un contre qui vous pourrez « bien » jouer. Si la perspective d’une activité mentale toujours fascinante et stimulante vous plaît – une activité dotée d’une histoire particulièrement riche, et qui vous apportera d’innombrables heures de distraction – vous avez de la chance. Vous pouvez jouer aux échecs, je vous en donne ma parole.

Les échecs c’est facile ! Les bases à connaître

Le jeu d’échecs est un jeu de plateau qui se joue à deux : un joueur conduit les pièces blanches, l’autre les pièces noires. Chaque joueur dispose de 16 pièces. Les joueurs jouent une pièce chacun leur tour et ont pour but ultime de mettre échec et mat le Roi de leur adversaire.

Le jeu d’échecs regorge de nuances subtiles que vous devez garder à l’esprit lorsque vous jouerez. On doit ces nuances aux règles qui président au déroulement d’une partie. On les doit aussi au fait que chaque pièce se déplace de façon spécifique et jouit de qualités qui lui sont propres.

Les concepts sous-jacents

On peut scinder les composantes de la partie d’échecs en des éléments fondamentaux que l’on appelle des paramètres. Le paramètre du temps, ou développement, en est un. Le paramètre de la force, ou matériel, en est un autre. Si un joueur déploie ses forces plus vite qu’un autre, son adversaire aura du mal à résister à l’assaut qui va s’ensuivre. Mais avant toute chose, un joueur doit apprendre la marche des pièces. Il est ensuite d’usage de prendre la mesure de l’importance des paramètres qui président au déroulement de la partie.

Ces paramètres sont le moteur de l’action jusqu’au but tant désiré : l’échec et mat. Cependant toutes les parties ne se terminent pas par le mat. Une partie se termine parfois par un pat ou une partie nulle. Il existe aussi une situation que l’on appelle l’échec, c'est-à-dire une attaque contre le Roi. Si le Roi ne peut échapper à l’échec, alors son adversaire peut annoncer échec et mat et la partie se termine. Ne perdez pas de vue, cependant, que faire échec ne signifie pas que vous allez gagner : on peut faire échec plusieurs fois dans une partie. Mais si votre adversaire pare cet échec chaque fois, vos attaques resteront vaines.

Jouez la combinaison sur un échiquier dynamique

La solution de l'exercice : 1.Txh7+ forcant la réplique 1...Rxh7 2.Dh5 mat

Notre conseil

Dominer dans un ou plusieurs paramètres du jeu ne garantit pas la victoire. Certes, cela augmente les probabilités de l’emporter. Quand l’inévitable affrontement des armées commence, les possibilités tactiques sont généralement en faveur de celui qui possède l’avantage dans les différents paramètres du jeu.

La tactique décide de l’issue de la plupart des parties qui se jouent jusqu’à un bon niveau de compétition, aussi maîtriser les motifs tactiques et combinatoires de base se révèle-t-il extrêmement fructueux. Le sacrifice est une façon de transformer sa domination en victoire. Le jeu d’échecs est un processus ininterrompu consistant à échanger une chose contre une autre. Il est logique de donner une partie de son matériel, par exemple, si cela permet de mettre le Roi adverse échec et mat.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chess & Strategy 4330240 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines