Magazine Politique

Toi ici mon autre. Moi là-bas ton autre

Publié le 18 février 2019 par Rolandlabregere
Pocket

Qui dira l’absolu besoin d’arbres pour la ville ? Qui dira l’absolu désir d’arbres pour la ville ? Qui saura dire que les arbres de la ville portent la vie ?

Toi ici mon autre. Moi là-bas ton autre
De quoi s’agit-il ? Envisageons deux marronniers de belle stature, avenue Marbotte à Dijon, échantillons d’une ligne qui longe l’avenue et enchantent l’entrée d’une résidence locative.  Au hasard d’une déambulation, s’offrent au regard deux étranges suspensions portées par les premières branches. Deux cœurs bien taillés dans une planche dense affichent chacun un vibrant message. Quand l’un murmure « Toi ici mon autre ». Son symétrique répond « Moi là-bas ton autre ». Peut-être, que le sens de lecture est dans l’ordre inverse, mais cela ne change rien à l’affaire. Enchaînés aux troncs des deux arbres, les cœurs messagers sont solidement cadenassés. Le message est fait pour durer.

S’agissant des auteurs de cette installation, toutes les hypothèses sont permises. On les dira rêveurs de l’inutile, forcément bientôt trentenaires. « Ne savent pas quoi faire pour s’amuser », vont soupirer esprits grognons et bien-pensants abasourdis devant l’insolite simplicité du message. Au passage d’une dame tirée par son caniche, on entend « …ferait mieux de travailler ». Ces cœurs croisés sont une invitation à la dérive imaginaire.  On louera simplement la beauté de leur anonyme et joyeux geste, celui de montrer publiquement un message à unique destinataire. La ville a besoin de ces bricoleurs de l’incertain qui reconnaissent que les arbres peuvent servir de messagers. Un grand merci pour cet instantané et ce condensé de ferveur qui réveillent l’humanité que chacun n’a plus le temps de manifester. Quand les édiles n’ont de cesse de faire couler le béton qui va si bien à leurs ambitions, les petites initiatives se dévoilent et s’imposent comme un clin d’œil jubilatoire.

Toi ici mon autre. Moi là-bas ton autre

De la surprise née de ces cœurs aux vents, vient une petite morale, comme dans les chansons populaires. Vous voulez faire rêver votre compagne/compagnon, conjoint/conjointe etc. ? Finies les désignations métaphoriques ordinaires ou prétentieuses. Chacun devient « Mon autre » qui devient « Ton autre » qui devient…. Appellations contrôlées. C’est une belle trouvaille lexicale qui laisse raisonner une philosophie de l’ardeur et une touche décalée liée peut-être aux mobilités contraintes par les jeux et les enjeux des carrières qui n’en finissent pas de débuter. Label alternatif, Lara Fabian hors texte ! Les marchands et merchandiseurs de la Saint-Valentin n’y avaient pas pensé, trop occupés à écouler  leur pacotille. On attend la suite.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Rolandlabregere 12 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines