Magazine Médias

Le Marvel: 1:5: Captain America: First Avenger (Ciné)

Publié le 15 mai 2019 par Bigreblog

Bonjour tout le monde!

De retour avec le MCU pour la première fois depuis la sortie de Endgame (dont je dois toujours faire la review et je manque totalement d’envie de le faire).

C’était sans doute donc un signe que le film dont nous allons parler ajd est le premier opus nous présentant un héros encore plus chiant que Thor (du moins Thor au début), j’ai nommé Captain America!

Alors si ça ne vous dérange pas que je casse du sucre sur le dos de Steve Rogers, le tout en spoilant un peu, cliquez donc! 😉

Synopsis

1942. Un Nazi nommé Johann Schmidt, à la tête d’une branche scientifique du parti, Hydra, se procure un cube cosmique d’une grande puissance, le Tesseract. Dans le même temps, l’armée américaine tente de créer un super soldat capable de mettre en déroute l’armée allemande. Contre toute attente, c’est Steve Rogers, un gringalet de Brooklyn, qui est choisi…

Le chieur en collants

Je n’ai jamais aimé le personnage de Captain America dans les comics. Et ce, quelle qu’ait été son incarnation. J’avais donc très peu envie de le retrouver sur grand écran. Je savais, d’une certaine manière, que son côté trop lisse allait vite me lasser.

Néanmoins, quand j’ai vu le casting, et notamment qui allait incarner Steve, j’ai quand même eu envie d’aller voir ce que cela donnait.

Résultat? Je ne me suis pas ennuyée, pas une seconde. J’ai adoré les personnages secondaires, féminin ou masculins, j’ai été étonnée, ravie, fâchée parfois. Mais en gros, j’ai quand même bien aimé le film. En détestant cordialement son personnage principal. XD

Il faut dire que j’ai, en règle générale, un problème avec les personnages trop lisses, trop parfaits, trop gentils, trop beaux, trop trop trop… Regardez Legolas. A votre avis pourquoi ne puis-je pas le saquer? 😛

Ici, Steve Rogers est un bon gars. Trop bon. Trop loyal, trop sympa, trop beau, trop intègre, trop quoi. Le seul film qui osera écorcher son image, ce sera Civil War. Alors oui, il m’énerve. Il m’énerve et est le seul Avenger sur lequel mon avis n’aura pas changé au moins une fois.

Anyway, c’est bien dommage quand on sait à quel point Chris Evans sait jouer les types qui ont plus de profondeur et, surtout, plus d’étincelle dans le regard. Il suffit pour ça de regarder What’s your number ou Fantastic Four (d’ailleurs, c’est le seul Johnny Storm que j’accepte).

Passons à autre chose. Je grince des dents. XD

World War Red

L’atmosphère guerre se ressent assez bien dans tout le film, même pendant le passage à vide durant lequel Steve sert de mascotte à l’armée. Oui, car ce contraste entre les gens lambda qui sont déconnectés de la réalité aux US, et les soldats en faction en Italie, est frappant, presque littéralement pour ce pauvre Cap.

Moi qui suis friande de films de guerre, j’ai donc apprécié toute cette partie où Steve va chercher les prisonniers chez Schmidt, et celle où le Commando Hurlant se forme. Parce que ces personnages mériteraient d’être plus fouillés, et heureusement, il y en a deux qui y auront droit: Bucky, évidemment; et Dum Dum Dougan, qu’on reverra dans Agent Carter avec le plus grand plaisir! 😀

Le Marvel: 1:5: Captain America: First Avenger (Ciné)

Bucky, quelqu’un a dit Bucky? Au premier visionnage, j’ai été très surprise, et franchement triste, de voir choupinet tomber du train. Je pensais sérieusement qu’on en resterait là, en oubliant, sans doute, l’arc du Winter Soldier. J’ai donc été presque aussi affligée que Steve en voyant son meilleur ami tomber. Surtout que Sebastian Stan sortait tout juste de Once upon a time et que j’étais tombée raide en amour pour Jefferson, aussi… XD

Bucky qui, sans surprise aucune, sera donc mon second personnage préféré, juste derrière la magnifique, pas nunuche pour un sou, Agent Peggy Carter. La badass en uniforme, celle qui peut viser dans le mille à plus de cent mètres avec un revolver, en gros, my queen. Et la série qui lui sera consacrée plus tard deviendra sans surprise aucune non plus ma préférée du MCU télévisé. ❤

Bon allez, je me calme, casting.

5 ou 6 étoiles?

Outre Chris Evans donc, coquin à l’œil qui pétille remisé à jouer un chieur sans bornes; nous avons donc Sebastian Stan en Bucky Barnes; Hayley Atwell en Peggy Carter; et Tommy Lee-Jones en Colonel Phillips.

Stanley Tucci apparait trop brièvement à mon gout en Dr Erskine, celui qui crée le super-sérum; Dominic Cooper est un génialissime Howard Stark (que ne renierait pas son fils); Neal McDonough incarne Dum Dum; et JJ Feild me fait le graaaand plaisir de montrer sa trombine et ses beaux yeux bleus en interprétant Falsworth, le Briton du Commando.

Côté méchants, on compte évidemment le toujours sublimissime Hugo Weaving en Johann Schmidt aka Red Skull, et si pendant tout le film j’ai cru entendre l’Agent Smith c’est pas ma faute; et bien sûr Toby Jones en Arnim Zola, et il est suisse, pas allemand, merde. 😛

Le Marvel: 1:5: Captain America: First Avenger (Ciné)

Bref, tout ce joli monde se rejoint dans un film agréable à regarder, surtout au niveau des eater eggs qui le jonchent (oh, une porte de taxi-bouclier avec une étoile dessus!); et si je n’aime toujours pas le personnage principal, ce n’est pas la faute de son interprète! 😉

Note: 7,25/10 (scénario: 8/10jeu: 8/10BO: 6/10 (un peu inaperçue et ce thème est moche)Marvel-spirit: 7/10 (évidemment, il détonne avec le reste))

Le Marvel: 1:5: Captain America: First Avenger (Ciné)

Anecdote:Laura Haddock, qui plus tard jouera Meredith Quill, la mère de Star-Lord, apparait comme groupie demandant un autographe à Steve. James Gunn, réalisateur des Guardians, a donc décidé qu’il s’agissait de la grand-mère de Peter. 😉


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bigreblog 1726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte