Magazine Culture

Critiques Séries : L.A.'s Finest. Saison 1. Pilot.

Publié le 15 mai 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

L.A ’s Finest // Saison 1. Episode 1. Pilot.


En 2018, NBC commandait un pilote de série pour L.A ’s Finest, centrée sur le personnage de Syd de Bad Boys II incarné par Gabrielle Union. Après moult délibération, NBC avait décidé de ne pas commander ce pilote en série. C’est assez étonnant mais Spectrum a récupéré le projet et a décidé d’en commander une saison. Pour sa prepère création originale, Spectrum nous plonge donc dans une déclinaison féminine des Bad Boys de Michael Bay avec l’ambiance qui rappelle légèrement les films, sans réellement avoir de lien direct en dehors du personnage de Syd. Avec un premier épisode qui ne lésine pas sur l’action, on est plongés rapidement dans cet univers de fliquettes à la petite semaine sans forcer non plus. On retrouve les traits de caractère des personnages masculins mais ici en version féminine. Jessica Alba (Dark Angel) retourne à la télévision après une carrière au cinéma en dent de scie dans un rôle qui n’est pas exceptionnel mais qui peut faire l’affaire si l’on cherche des flics mignonnes qui déhanbulent dans les rues de Los Angeles. L.A ’s Finest conserve plus ou moins l’esprit des films (dont le troisième volet est attendu au cinéma l’année prochaine) avec de l’action et du spectacle avant le réalisme des aventures qui nous sont contées. Même si cette version série est plus sage et édulcorée, car ici on n’est pas au cinéma.

Sydney Burnett, la soeur de Marcus, a quitté son poste au sein de la DEA et travaille désormais comme inspecteur de police à Los Angeles. Assaillie par le poids d'un lourd secret, elle mène une vie désordonnée, jusqu'à l'arrivée de sa nouvelle co-équipière, Nancy McKenna, une mère de famille avec une histoire toute aussi complexe. En s’attaquant aux criminels les plus dangereux de la ville, les deux femmes deviennent de précieuses alliées sur lesquelles on peut compter, aussi bien pour faire respecter la loi dans les rues, que pour se soutenir mutuellement dans leurs vies respectives.

La série ne perd pas de temps et nous plonge directement au coeur de l’action dès les premières minutes de l’épisode. C’est une assez bonne chose dans le sens où l’on sait dès le départ ce qu’il faudra attendre de la suite. L’action est d’ailleurs plutôt généreuse tout au long de ce premier épisode (reste à savoir si le budget des épisodes suivants sera là pour soutenir une constance de ce côté là). Mais l’intrigue de la semaine que cet épisode met en scène manque de surprises et de piments. On a l’impression d’avoir déjà vu ça en mieux dans des séries ensoleillées comme Hawaii Five O. Le scénario n’a alors de cesse de se répéter, notamment dans l’histoire des relations entre les personnages. Pourtant, ce sont les personnages qui sont sensés faire le job et donc nous donner envie de revenir. Les créateurs de la série, Brandon Margolis et Brandon Sonnier (qui ont travaillés tous les deux sur The Blacklist) tentent donc de réadapté le format de Michael Bay en série à la sauce féminine. Globalement, rien de très brillant, mais rien de dégradant non plus. Le duo d’actrice principale fait plaisir à voir. Gabrielle Union et Jessica Alba donnent tout ce qu’elles peuvent pour rendre le spectacle plus efficace. Une bonne chose.

Note : 4.5/10. En bref, pas brillant mais pas désolant non plus. Gabrielle Union et Jessica Alba forment un joli duo qui mérite peut-être le coup d’oeil si l’on est fan de la franchise Bad Boys.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte