Magazine Poésie

Il reste

Par Vertuchou

Il reste la pluie nue sur les pavés,
nue sur les mains, nue sur les larmes.
Il reste les femmes qu'on a aimées d'un seul regard
et qui passent avec un visage sans réponse.
Chaque foulée dont je marque les chemins
ferme une tombe qui n'est pas la mienne.
Mais le temps est proche où, les lèvres sèches de boue,
je perdrai pied sous le pont trop haut du ciel.
Ma vie n'aura même pas eu l'éclat rapide
de la rosée prise un instant dans le soleil
et l'espace se souviendra d'elle comme d'un souffle
qui faisait remuer ma bouche comme une feuille.
De mon corps dispersé il lèvera des plantes
qui auront un peu de mon regard sur leurs pousses.
Personne ne saura que je revis en elle
seul comme la dernière flaque portée par la terre.

Lucien Becker

Partager cet article

Repost 0
Il reste
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

En surface
En surface
Nouveau gouvernement
Nouveau gouvernement
Au milieu du chemin  j’avais une pierre
Au milieu du chemin j’avais une pierre
L'amour est un fantôme
L'amour est un fantôme

Poètes D'aujourd'hui

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine