Magazine Poésie

Je brûle de peindre

Par Vertuchou

Je brûle de peindre celle qui m'est apparue si rarement et qui a fui si vite, comme une belle chose regrettable derrière le voyageur emporté dans la nuit. Comme il y a longtemps déjà qu'elle a disparu!
Elle est belle, et plus que belle ; elle est surprenante. En elle le noir abonde: et tout ce qu'elle inspire est nocturne et profond. Ses yeux sont deux antres où scintille vaguement le mystère, et son regard illumine comme l'éclair: c'est une explosion dans les ténèbres.

Charles Baudelaire, Le Désir de Peindre
--

Partager cet article

Repost 0
Je brûle de peindre
&version; Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Vous aimerez aussi :

Elle montait devant lui
Elle montait devant lui
Elle alla à la rencontre
Elle alla à la rencontre
Et ton visage est renversé
Et ton visage est renversé
Le soir, avant de m'endormir
Le soir, avant de m'endormir

Emois

« Article précédent

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine