Magazine France

Alexis Tsipras : la défaite électorale après la trahison

Publié le 10 juillet 2019 par Albert @AlbertRicchi
Acien Premier ministre grecLes élections législatives grecques ont rendu leur verdict dimanche 7 juillet. Le parti Nouvelle-Démocratie (droite conservatrice) l’emporte largement avec 39,85% des suffrages, confirmant ainsi sa victoire aux élections européennes de mai dernier. 

Déjà sonné par son échec cinglant aux dernières élections européennes et locales, Alexis Tsipras se retrouve par là même éjecté du poste de Premier ministre, accusé d’avoir trahi ses électeurs…
Le Premier ministre sortant, Alexis Tsipras dont le mandat s’achevait théoriquement en octobre prochain, a tenté un nouveau coup de poker en convoquant lui-même ces élections anticipées mais le résultat final n’a pas été celui escompté.Avec un gain de 83 députés le parti Nouvelle-Démocratie, mené par Kyriakos Mitsotakis, surnommé le Macron grec, disposera de 158 parlementaires, soit la majorité absolue puisque le parlement monocaméral comporte 300 sièges. Syriza avec 31,53% des voix obtient 86 députés et en perd 56 par rapport à la précédente législature, tandis que la coalition de centre-gauche Mouvement pour le changement, composée notamment du Mouvement socialiste Panhellénique (PASOK) et du Mouvement des socialistes démocrates (KIDISO) complète le podium avec 22 députés et 8,10% des voix. A défaut de n'avoir pas obtenu de sièges supplémentaires, le Parti communiste grec (KKE) garde son groupe parlementaire en conservant ses 15 députés et en recueillant 5,30% des suffrages, en légère baisse de 0,3%, par rapport aux élections de 2015. Les autres forces de gauche n’auront pas non plus de quoi faire pencher la balance car si le Front de désobéissance réaliste européen (branche grecque du Mouvement pour la démocratie en Europe en 2025), de Yanus Varoufakis, parvient à faire élire 9 députés et à faire son entrée au Parlement avec 3,44% des voix, les partis Antarsya et Unité populaire n’obtiennent que respectivement 0,41% et 0,28%.Le parti d’extrême-droite, Aube Dorée, qui avait réalisé un score conséquent en septembre 2015 avec 7% des voix et 18 députés, ce qui lui avait permis de se hisser à la troisième place de cette élection, chute cette fois à 2,9% des voix et n’a sauvé aucun de ses sièges. Les raisons de l’échec Les électeurs grecs ont sanctionné les promesses non-tenues d’Alexis Tsipras et de Syriza, élus en janvier 2015 avec un programme censé transformer la Grèce et rompre avec les politiques d’austérité et les mémorandums qui avaient précipité le peuple dans la misère sociale. Pourtant, le 5 juillet 2015, le peuple grec donnait son accord à Tsipras pour refuser les injonctions de l’UE lors du référendum organisé à l’initiative du gouvernement où la question posée était : «  Approuvez-vous le plan proposé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne, et le Fonds monétaire international ? » Le Non l’emportait avec 61,31% des voix mais Alexis Tsipras préféra ignorer ce résultat et mettre au placard son programme initial afin de rentrer dans le rang. Pour éviter à la Grèce le défaut de paiement, cet « outsider » de la vie politique grecque, dominée par de grandes familles, a fait volte-face et s'est plié ainsi aux créanciers, UE et FMI, dont il a accepté les réformes rigoureuses impopulaires, malgré le « Non » précédent des Grecs. Résultat : la confiance gagnée durement au prix de longues luttes politiques pendant plusieurs années a été perdue en quelques mois à peine, ruinant le travail de milliers de militants et de plusieurs organisations politiques et syndicales grecques. Malgré une certaine reprise économique et le retour du pays sur les marchés d’emprunt, Alexis Tsipras s’est heurté à la lassitude des Grecs, meurtris par une décennie de privations et de ponctions fiscales draconiennes et un taux de chômage qui, malgré sa baisse à 19%, reste le plus élevé de la zone euro.

Pour sortir la Grèce de l’austérité, il n’y avait qu’un seul moyen : sortir de l’euro afin de pouvoir de fait dévaluer la monnaie (La drachme) et ainsi redresser les comptes publics et faire repartir l’économie mais Alexis Tsipras a préféré se plier aux exigences de la commission européenne en vendant le patrimoine, les ports et aéroports grecs et en prenant en otage toute la population grecque… 

Photo Creative Commons
Lire toutes les infos du blog : 
> Les 25 derniers articles
> Tous les articles  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Albert 1156 partages Voir son profil
Voir son blog