Magazine Côté Femmes

Le tatouage, un phénomène enchanté et ancré? – Trends-Trends: actualités économiques en temps réel.

Publié le 07 août 2019 par Alice Join @Alice_sur_twitt

Le tatouage est une pratique ancienne qui a finalement été généralisée. Vraiment?

Chaque année, la composition du panier de femmes fabriqué à la maison, qui mesure l'évolution du coût de la vie en Belgique et sur laquelle les salaires sont automatiquement indexés, est ajustée en fonction de l'évolution de la consommation. De nouveaux biens et services sont ajoutés, tandis que d'autres sont redéfinis ou supprimés. En janvier dernier, le tatouage a fait son entrée heureuse dans ce panier de dépenses aux côtés d’autres, louant une chambre d’étudiant et remplaçant une serrure de porte.

Devrait-on voir la preuve que cette pratique qui était auparavant l'apanage des marins et des cyclistes est répandue? Catherine Pirnay, une artiste tatoueuse professionnelle portant le nom de Cat également: "Oui, absolument, cela n’affecte pas seulement le tatouage à tous les âges, origines, professions et catégories sociales, mais elle crée une dépendance." En fait, il y a un certain engouement parmi les tatouages. Une fois qu'ils ont franchi le pas, ils sont motivés par le désir irrépressible de recommencer, souvent avec des dessins beaucoup plus visibles. Parce que si le pas de 0 à 5% de la surface du corps tatoué représente un changement significatif, la différence est à peine perceptible de 20 à 30%.

Mais ne vous faites pas tatouer et les clients de Cat viennent aussi pour gagner de l'argent afin de satisfaire leur "dépendance". Le prix moyen d'un petit tatouage est compris entre 70 et 80 euros. En Wallonie, le tarif horaire peut aller de la simple étude (100 euros) au double (200 euros) selon l’étude. Pour un bras complet, il faut 3000 à 4000 euros.

Le tatouage, un phénomène enchanté et ancré? – Trends-Trends: actualités économiques en temps réel.Une bouffée d'air frais souffle sur les tatouages ​​qui ne sont plus réservés aux marins ou aux cyclistes © Alexey Demidov

Le tatouage ne fait pas le moine

Catherine Pirnay (36 ans) est tatouée depuis l'âge de 15 ans. Après avoir travaillé pendant quinze ans dans un cabinet comptable où il exerçait de grandes responsabilités, il est devenu en 2017 un tatoueur professionnel. "Dans mon ancien travail, je devais m'habiller, j'avais des tailleurs et je me couvrais les bras et les jambes. J'ai posté mes tatouages ​​sur la table des négociations avec des personnes âgées, par exemple, elles J'aurais considéré une personne sale et rebelle, mais pour moi, les vêtements ajustés et les chaussures à crampons de mes collègues étaient beaucoup plus vulgaires ", se souvient-il.

En jouant la lettre de discrétion, Catherine Pirnay est revenue au moule. Jusqu'à ce beau matin où il arriva à son lieu de travail avec un trou dans le septum et fut convoqué dès le début par son employeur pour l'éliminer chose répugnant. "Je devais attendre que le forage puisse être guéri pour enlever la gemme, alors ça m'a laissé pour un mois et, entre temps, j'ai senti que j'insistais et que j'évitais." Quatre semaines plus tard, selon le processus, il a été appelé à son bureau et vraisemblablement, il a perdu du temps dans un dossier pour me tirer dessus et en 7 minutes, il s'est montré à la main ", dit-il.

Un mauvais pour un bon

"Ce licenciement était un acte de violence rare, je suis la mère d'un petit enfant et je ne pouvais même pas utiliser la voiture de mon entreprise pour aller à l'école", a déclaré Pirnay. Cela pose-t-il la question de savoir si un employeur peut licencier (ou refuser d'engager un candidat) à cause d'un tatouage ou d'un piercing? "Les tatouages, tout comme les piercings, les coupes de cheveux et les vêtements atypiques, ne sont pas inclus dans les critères énumérés dans la loi anti-discrimination de 2007. caractéristiques physiques limitée aux objets achetés à la naissance ou existants, quelle que soit la volonté de la personne ", a déclaré Alexandre Hachez, avocat au barreau de Bruxelles.

Victime d’une décision arbitraire de sa femme d’affaires, Catherine Pirnay n’a été privée de aucune protection. "Toute inégalité de traitement dans les relations entre citoyens, à laquelle aucune justification objective ne peut être donnée, constitue une discrimination et, par conséquent, un comportement défectueux pouvant notamment donner lieu à indemnisation", poursuit Pierre Vanhaverbeke, avocat également au barreau de Bruxelles. Eux Ainsi, il a été envisagé qu'un employeur puisse interdire le forage pour des raisons d'hygiène et de sécurité des aliments, à condition que cette interdiction soit limitée aux travailleurs manipulant des aliments et ne soit pas imposée aux employés administratifs, par exemple. . Dans le même ordre d'idées, un employeur a le droit d'inclure dans sa réglementation du travail une clause raisonnée interdisant à ses travailleurs en contact direct avec des clients portant des tatouages ​​visibles de préserver la réputation et / ou les intérêts économiques de leur entreprise.

Mais Catherine Pirnay ne voulait pas se battre pour gagner son ancien patron. J'avais un autre combat en tête: saisissez cette opportunité pour poursuivre votre rêve de devenir également Cat.

Un marché parallèle

Cela faisait en fait deux ans que Cat dessinait tous les soirs et continuait à apprendre dans un studio de tatouage le week-end. Aujourd'hui, elle a son propre atelier où prédomine une clientèle féminine. Si le Les styles de tatouages ​​sont multiples et riches en symboles: old school, black work, graphique, réaliste, portrait, tribal, etc. – Bureau en tatouage ornemental à des fins esthétiques. Il s'agit de porter un joyau unique et éternel.

Le tatouage, un phénomène enchanté et ancré? – Trends-Trends: actualités économiques en temps réel.Cat fabrique également des tatouages ​​ornementaux à des fins esthétiques. © Cat aussi

Dans le passé, l'acte était plus important que le motif même. Cela représentait une culture ou un mode de vie. De nos jours, le tatouage est devenu un corps complet (corps) qui rompt avec la pratique connotative des générations précédentes et continue de grandir alors qu'il apparaît surtout chez les athlètes et les influenceurs. Une tendance qui, contrairement à la mode éphémère, est durable et nécessite un avertissement en tant que tel. "Le danger est de donner naissance à une mode sans aucun caprice sans penser aux conséquences psychologiques et financières. Le regard de l'entourage privé ou professionnel est difficile à supporter. L'explosion de tatouage va de pair avec l'apparition de la suppression des tatouages. Une technique laser douloureuse et un marché parallèle aux prix désorientés ", ajoute Cat, disons aussi: si un tatouage donne beaucoup de satisfaction, retirez-le lorsque vous changez d'avis, rien de plus qu'une partie de plaisir

Montrez votre tatouage, je vais vous dire qui vous êtes

Judith (28 ans, tatouée sur tout le corps): "Je ne sais pas combien de tatouages ​​j'ai, je les ai faits pour l'amour dans l'art et un seul a un sens. Dans mon premier travail, je les ai cachés malgré la passion qu'ils ont inspirée parce que j'avais peur aux yeux des autres Aujourd'hui, je suppose, mais ils continuent de subir de nombreux préjugés: avec l'été et des vêtements légers, le poids des regards et des jugements est épuisant.

Alexis (38 ans, un tatouage au bras): "Mon tatouage montre un moment spécifique de ma vie que je voulais marquer, au sens propre comme au figuré, ce n'est pas un dessin, c'est une phrase: Noli me tangere. Je le trouve joli car il est riche de nombreuses interprétations. Ne me touche pas parce que je suis fragile Ne me touche pas parce que je suis fort. Je ne veux vraiment pas diriger cette phrase à qui que ce soit. Je ne montre pas non plus mon tatouage à mes étudiants (Alexis est professeur, Ed). Il est visible, mais je l'ai fait pour moi. "

Catherine (40 ans, un tatouage sur l'avant-bras):"Pourquoi voulez-vous qu'un tatouage montre que je suis toujours en vie, que le corps a souffert au plus profond de sa chair, mais qu'il le soit toujours?" À la fois fragile et fort. le corps que nous aimons toujours, malgré les souffrances qui ont infligé la maladie, il ne faut pas oublier (mais comment pourrait-il en être ainsi?), m'a dit l'oncologue, souvent les femmes veulent marquer le corps après le test du cancer, un moyen de Je le justifie probablement et ensuite peut-être même le transgresse un peu, bien que je ne sois pas sûr qu'en 2019 un tatouage soit un transgresseur. que les autres sont faits de vous. Et soyez fier de son côté juste un peu de roche Pourquoi ce dessin dirait-il qu'il est principalement de son côté esthétique. La beauté de la ligne, sa précision La géométrie des fleurs, la longueur des tiges, le turquoise que j'aime beaucoup. Parce que les autres y mettent souvent plusieurs sens. Oh, trois fleurs! Je suppose que c'est pour vos trois enfants? Et la partie japonaise? Se souvenir définitivement de votre voyage en Asie. Somric Je le laisse être dit. Je vis ".

Anne (52 ans, un tatouage sur l'omoplate): "J'aime mon tatouage et j'aimerais en faire d'autres, mais je suis responsable d'un hôtel et j'ai honte, je pense souvent qu'un tatouage n'est pas à sa place Le domaine professionnel: par âge ou par formation, je ne le sais pas, je ne veux donc pas porter une robe blanche ou un chemisier qui la laisserait montrer, même certains de mes amis ne comprennent pas pourquoi ils me font un tatouage. Mon fils qui est un comptable voulait le faire aussi, je lui ai dit un endroit facile à cacher et il a choisi le genou et le pied. "

Le livre

Passionnée dès son plus jeune âge pour les tatouages, l'auteur Heloise Guay de Bellissen est mariée à un tatoueur. Au début de l'année, il a publié un livre sous le titre Parce que les tatouages ​​sont notre histoire. Histoires, légendes et témoignages, il rend hommage à cet art ancien. Un travail à dévorer, qui hésite à franchir la porte d'un salon ou est déjà arrivé à la tentation.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alice Join 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte