Magazine Santé

AVC : De trop longues heures de travail associées à un risque plus élevé

Publié le 12 août 2019 par Santelog @santelog



Les participants travaillant de longues heures présentent un risque accru de 29% d’AVC, ceux ayant travaillé de longues heures pendant 10 ans ou plus, un risque accru de 45% d’AVC.

Cette étude française, publiée par la revue Stroke de l'American Heart Association, confirme chez les personnes qui travaillaient de longues heures, un risque plus élevé d'accident vasculaire cérébral (AVC), en particulier lorsqu’elles travaillent pendant 10 heures ou plus, et/ou à ce rythme pendant 10 années ou plus. Un résultat qui concerne tout particulièrement les professionnels de santé, qui doivent détecter ces durées de travail prolongées chez leurs patients bien sûr, mais qui doivent aussi veiller à leur propre durée de travail et à leur santé. Une grande majorité des personnels de santé travaillent bien au-delà de la limite considérée dans l'étude, rappellent les chercheurs français.

Risque d'AVC augmenté avec plus de 10 heures de travail par jour, pendant au moins 50 jours par an

Les chercheurs de l’Inserm et de différentes instituts de recherche français, en collaboration avec des collègues de Rome et de New York, ont analysé les données de la cohorte CONSTANCES, basée en population générale et débutée en 2012. Les chercheurs ont pris en compte les données d’âge (18 à 69 ans), le sexe, le tabagisme et les heures de travail, renseignées par questionnaires par 143.592 participants. Les « longues heures de travail » ont été définies comme plus de 10 heures par jour, pendant au moins 50 jours par an. Les facteurs de risque cardiovasculaires et les AVC antérieurs ont également été pris en compte dans l'analyse. Les travailleurs à temps partiel et ceux qui avaient subi un AVC avant d'effectuer ces durées prolongées de travail, ont été exclus de l'étude.

Une trop longue durée de travail accroît le risque d’AVC 

L’analyse confirme en effet, que :

  • sur l’échantillon total, 1.224 participants ont subi un AVC ;
  • 29% (n=42.542) ont déclaré travailler de longues heures ;
  • 10% (n=14.481) ont déclaré travailler de longues heures pendant 10 ans ou plus ;
  • les participants travaillant de longues heures présentent un risque accru de 29% d’AVC, ceux ayant travaillé de longues heures pendant 10 ans ou plus, un risque accru de 45% d’AVC.
  • Curieusement, ces associations s’avèrent plus marquées chez les personnes de moins de 50 ans.

Si ces données viennent confirmer les conclusions de précédentes études, les auteurs suggèrent que ces associations pourraient être moins marquées chez les chefs d’entreprise, les PDG, les agriculteurs, les professionnels libéraux, et d'une manière générale parmi les professions qui bénéficient d’une plus grande latitude de décision.

En conclusion, l’étude confirme qu’une durée de travail exagérée, tout comme des horaires irréguliers, le travail de nuit ou par quarts, et le stress au travail, peuvent avoir des conséquences sévères sur la santé.

Source: Stroke Journal Report June, 2019 DOI : 10.1161/STROKEAHA.119.025454 Association Between Reported Long Working Hours and History of Stroke in the CONSTANCES Cohort

Lire aussi  CRISE CARDIAQUE: Une durée de travail exagérée accroît le risque jusqu'à 80%

Équipe de rédaction Santélog Août 12, 2019Rédaction Santé log




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine