Magazine Culture

Grand Hotel (US) (Saison 1, épisodes 4 à 8) : l'hôtel de toutes les galères

Publié le 12 août 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Si Grand Hotel a une allure sympathique au premier abord, elle peut rapidement devenir ennuyeuse et irritante. C’est plus ou moins ce qui s’est passé pour moi avec ces nouveaux épisodes. Rien d’exceptionnel, rien de spécialement bon ni mauvais, juste du divertissement estival qui se consume et que l’on oublie aussitôt vu. Les personnages ne sont pas suffisamment développés à mon goût et manquent donc de ce petit truc qui donne envie de s’accrocher semaines après semaines. Malgré des rebondissements parfois efficaces, Grand Hotel ne semble pas avoir d’idées suffisamment fortes derrière la tête pour être dans la capacité de nous surprendre.

C’est ici une sorte de version aseptisée de la version espagnole, plus proche des tribulations d’un hôtel dans une série de The CW qu’un soap digne de ABC (car par exemple leur version de Mistresses avait beau avoir des défauts, elle me donnait envie de revenir). Du coup, cette petite escapade estivale n’a pas grand chose à offrir si ce n’est la plastique de ses personnages et des rebondissements que l’on voit rapidement venir. Le mystère de la saison et donc du meurtre n’arrive jamais à devenir celui qu’il était dans la version espagnol, au grand damne du téléspectateur que je suis et qui avait réellement envie d’une sorte de Devious Mais à l’hôtel. Mais Eva Longoria, qui a produit Grand Hotel, n’a pas le talent de producteur de Marc Cherry (dont la nouvelle série débarque prochainement).

L’autre erreur que l’on peut ressentir de plus en plus ici ce sont les gâchis de casting. Les acteurs les plus intéressants ont des rôles ennuyeux où les dialogues sont bâclés et n’offrent guère d’ambition au projet. C’est dommage de coincer des acteurs dans des rôles aussi étroits, sans possibilité de sortir un peu des sentiers battus. Grand Hotel aurait pu être l’évasion recherchée en plein été mas au lieu de ça, ces cinq épisodes, sont plus souvent une corvée que l’on regardera en faisant son repassage ou son ménage, sans trop se soucier de ce qui se passe à l’écran tant louper quelques minutes n’empêche pas de comprendre la finalité d’un épisode. De ce fait, Grand Hotel c’est un peu comme voir une offre de vacances pas très cher dans un hôtel paradisiaque qui se transforme en cauchemar sur place.

Note : 4.5/10. En bref, rien de neuf sous le soleil de la Floride, juste des personnages bâclés, des dialogues ratés et une intrigue saisonnière mal développée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte