Magazine Sport

EmbrunMan J-1 ... Y a plus qu'à !

Publié le 14 août 2019 par Pascal Boutreau

Nage

Plus que quelques heures à patienter, plus que quelques heures avant de savoir. Sensation étrange de se retrouver si proche d'un instant que l'on a timidement imaginé il y a plusieurs décennies en se disant ''un jour peut-être". Ce jour, nous y sommes. Ce jeudi 15 août, à 6 heures du matin, nous serons un petit millier à nous élancer dans la nuit pour plonger dans les eaux du plan d'eau d'Embrun. 3800 m de natation avec pour récompense le lever du soleil sur les sommets, 188 km de vélo avec 5000 m de dénivelé positif dans de superbes décors de carte postale et un marathon pour finir la journée. Le menu est riche, ses promesses intenses et les sensations forcément extrêmes. 

IMG_6730Avec mes 5 Ironman au compteur, j'ai certes une certaine expérience de ce genre d'épreuves. Mais l'EmbrunMan n'est pas un Ironman comme les autres. Il demande encore plus d'investissement, encore plus de sueur. Il exige d'aller puiser de nouvelles ressources sans trop savoir où les trouver, sans trop savoir si elles suffiront. Il est un voyage qui va bien au-delà des kilomètres à parcourir dans l'eau ou sur la route. 

Demain, quand j'enfilerai ma combinaison, je ne sais quelles idées et quelles émotions m'envahiront. Les contrôler sera le premier acte de cet EmbrunMan. Le contrôle (ou la gestion si vous préférez) sera une des clés de la réussite. Car contrairement à ce que beaucoup pensent, non, il ne faut pas être fou ou taré pour se lancer sur un tel défi. Bien au contraire. C'est la sagesse qui permet d'aller au bout. Elle vous évite de vous enflammer dans les moments d'euphorie en prévision des moments plus délicats qui ne manqueront pas pendant ces 16 heures de course. C'est la sagesse encore qui permet de maitriser l'exigence d'une préparation où l'on a souvent l'impression d'évoluer sur un fil. Tel un funambule. La folie conduit inévitablement à la chute. La sagesse vous maintient sur ce fil. Une question d'équilibre. Comme toujours. 

Cet équilibre a également été renforcé par toutes les marques de soutien que beaucoup d'entre vous m'ont témoignées au cours de ces dernières semaines et encore plus ces derniers jours. Tous ces mots et regards échangés "en vrai", lors d'une séance de La Cavalcade de Poissy (bien plus qu'un groupe de coureurs), ou à l'occasion d'un déjeuner ou d'un dîner, ces appels téléphoniques, ces sms, ces discussions sur les réseaux, tous m'ont apporté une bien belle énergie. Je n'avancerai pas seul jeudi sur mon vélo ou sur le marathon. Je sais que vous serez quelques-uns à aller voir de temps en temps où j'en suis  sur le suivi live (voir ci-dessous). Cette idée m'aidera, j'en suis certain, à aller de l'avant et à "laisser passer l'orage" cérébral quand se présenteront les inévitables coups de moins bien, ces moments où on se demande ce qu'on fait là et si tout ça vaut bien la peine.

Et si les choses devaient mal tourner et le défi se révéler trop ambitieux (c'est une éventualité), il ne faudra surtout pas être déçu pour moi. Comme je l'ai écrit dans la news précédente, les six derniers mois qui m'ont permis de me présenter ce jeudi sur la ligne de départ sont déjà une victoire. Parce qu'il y a longtemps, je me suis dit "j'aimerais un jour faire l'EmbrunMan"... et que demain, je vais le faire. 

...........

Plan A 

D'un point de vue pratique, voici le plan de route imaginé. Bien évidemment, ceci est le plan A. Pour les plans B, C voire D... il s'agira d'improviser sur le moment. Sur une telle amplitude de temps, beaucoup de choses peuvent se passer, dans un sens ou dans l'autre. A priori, je dis bien a priori, la plus grosse difficulté pour moi est de boucler le vélo en évitant de me fracasser contre les barrières horaires (13h15, sommet de l'Izoard et 17 h 15 fin du vélo). Ma natation me donne un peu de marge mais rien n'est acquis. Ma semaine de reconnaissance il y a un mois a été rassurante mais je n'ai pas non plus réalisé l'intégralité du parcours en une fois. Donc à voir. Les conditions de course annoncées sont aussi très rassurantes. Du soleil, une température autour de 25 degrés donc tout à fait convenable, du vent certes mais pas non plus trop excessif. Tout est donc réuni.

Pour reprendre l'expression consacrée dans ce genre de situation : y a plus qu'à !  

Site de la course : embrunman.com 

6 heures : Départ (le seul horaire dont je suis à peu près sûr)
7 h 10 : Fin de la natation

Capture d’écran 2019-08-06 à 01.28.307 h 15 : Début du vélo
9 h 15 : KM 40. Fin de la "petite" boucle qui pique bien avec 800 D+ dont les 10 premiers kilomètres en montée dès la sortie du parc vélos.
10 h 15 : KM 63. Bout de la nationale, on tourne à droite direction Guillestre (à partir de là, ça ne fait plus que de monter pendant 30 km
11 h 15 : KM 85. Virage à gauche, début du col d'Izoard (14 km) ... l'école de la patience dans les passages les plus difficiles au niveau de Brunissard... ça fait mal mais ça finit par passer
12 h 45 : KM 98. Sommet Col d'Izoard (barrière horaire : 13h10). Ravito perso avant de plonger dans la longue descente vers Briançon puis d'entamer le retour, vent dans le nez, sinon c'est pas drôle.  
14 h 15 : KM 140. Pied de Pallon (grosse côte de 1,4 km - 10 à 12 minutes qui piquent fort)
15 h 00 : KM 157. Traversée de la Nationale 
15 h 40 : KM 173. Pont Neuf (barrière horaire : 16h15) ... ça sent la fin mais reste cette putain de côte de Chalvet au 180e km, 5 km interminables de montée alors qu'on est déjà mort... Du sadisme. 
16 h 40 : Fin du vélo (barrière horaire : 17h15)

18 h 20 : 1er tour du marathon (barrière horaire : 19h20)
20 h 15 : 2e tour du marathon (barrière horaire : 21h30
22 h 30 : 3e tour du marathon ! (barrière horaire : 23h15)  Arrivée !

Si ça vous intéresse, un suivi live de la course permet de voir où en sont les concurrents... http://www.embrunman.com/live/ (et j'ai le dossard 614)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pascal Boutreau 6812 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine