Magazine Journal intime

Lecture : Paul-Bernard Marocchini - La fuite

Par Gui10sto
Lecture : Paul-Bernard Marocchini - La fuiteDes premiers romans, il en tombe chaque année un peu partout sur les étals des librairies, le plus souvent destinés à s'étouffer dans l'oubli puis à rejoindre le pilon. 
Quelques rares bouquins soutenus par des journalistes au mieux fatigués, au pire collaborateurs, sortent du lot et s'attirent des louanges injustement méritées dans les articles interchangeables de quelques journaux de connivence. Et je sais de quoi je parle, je suis abonné à l'un des plus célèbres d'entre eux. 

Il y a trop de romans. Trop de premiers romans. Trop de seconds romans. Trop de troisièmes romans... Trop de romans, trop de livres, trop de stock trop d'invendus, trop de rien. En tant qu'auteur j'ai la décence de ne pas emmerder les éditeurs avec mes élucubrations et de les réserver à un cercle très restreint de lecteurs proches, suffisamment patients et magnanimes pour me lire.  

Toutefois on trouve parfois des bouquins qui vous parlent, qui vous évoquent quelque chose et que l'on n'oublie pas à peine leur lecture achevée. Il n'est heureusement pas nécessaire que le bouquin soit un chef d'oeuvre. Même pas un très bon livre, même pas un bon roman. Parfois c'est un bouquin maladroit, déséquilibré, qui souffre d'une multitude de défauts qui l'écartent des canons recherchés par la presse spécialisée grand public à la recherche de produits formatés. "La fuite" est un premier roman. Celui de Paul-Bernard Marocchini, édité chez Buchet-Chastel en 2017. C'est un premier roman avec les écueils d'un premier roman, un peu de maladresse, une structure pas toujours maitrisée, un début raté... Oui mais c'est un bouquin qui m'a emporté et qui m'a fait me déconnecter de la réalité une paire d'heures. Parce qu'il est profond et écrit dans un style poétique et personnel. Alors oui ça rappelle quelques références d'une certaine catégories d'auteurs - américains principalement - que j'aime et qui sont souvent et injustement regroupés sous la bannière "nature writing" que brandissent les professionnels du livre avides de tout ranger dans des boites. Ce qu'en dit l'éditeur : "Prisonnier d’une société qu’il méprise, un homme décide de partir à la rencontre de son animalité profonde. Perdu en plein bois, vivant de ses chasses avec, pour seule compagnie, son chien Lione, le narrateur va se détacher de toute notion de réalité et vivre de ses rêves. Une errance onirique qui lentement bascule..."Alors oui, il y a un peu de David Vann dans ces pages, peut-être un peu de Thoreau aussi, et les alternances de descriptions et de réflexions qui rappellent McGuane en moins puissant. Ambitieux comme références ? Peut-être. Mais c'est un chouette bouquin, un premier roman qui n'est pas exempt de défauts mais qui a une voix, une personnalité. Ce qui à l'heure de l'uniformisation à outrance fait un bien fou par où ça passe.

Et puis il y a ce style, cette voix pleine de poésie, crépusculaire, frénétique par moments et qui tient le livre, qui le porte. De la vie dans les lignes. C'est ça que je demande à la littérature. Pas de chercher à faire du beau, mais à être beau même dans le noir. ExtraitLes crêtes dominaient, hautes et provocantes, verrouillant à merveille l’enceinte des collines. Le ciel s’obstinait à sombrer calmement derrière d’étranges silhouettes. Puis arrivait cet instant bref où l’azur vire au pourpre et vient épouser les cimes assombries. Soudain tout se figeait et, encerclé par une foule silencieuse, je n’étais plus seul. Les arbres ! Immobiles et noirs. Leur ligne de front se découpait tristement sur un dernier fond bleu. Droits et impassibles, ils semblaient m’épier, aux aguets comme prêts à lancer l’assaut. « Ils attendent la nuit ! » me disais-je souvent.


Paul-Bernard Marocchini - La fuite (Buchet-Chastel)160 pages

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gui10sto 292 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte