Magazine Culture

Critique Ciné : Les étoiles vagabondes (2019)

Publié le 21 août 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Les étoiles vagabondes // De Nekfeu et Syrine Boulanouar. Avec Nekfeu.


Je n’avais malheureusement pas pu voir Les étoiles vagabondes au cinéma, suite aux séances complètes. Quelle surprise donc que de retrouver ce documentaire sur la création de son dernier double album sur Netflix (et excellente surprise par ailleurs). Si je trouve qu’il faut regarder le film avant d’écouter l’album (ce que je n’ai malheureusement pas pu faire), il nous permet de plonger dans la quête d’inspiration de Nekfeu et comment, au travers de trois voyages (Tokyo, l’île grecque de sa famille et la Nouvelle Orléans) il a réussi à retrouver son esprit créatif. On partage son quotidien et la façon dont il a réussi à monter ce projet monstrueux. C’est une sorte d’introspection proposée sur un artiste hors du commun, qui parle de la musique comme d’un tout, pas seulement du rap en tant que tel qui l’a mené aux sommets qu’il connaît actuellement. Le film (album) qui voyage nous plonge donc au coeur de rencontres qu’il a fait, de problèmes qu’il a pu rencontrer (notamment la peur de la feuille blanche) et comment il a réussi à retrouver l’envie de créer après l’avoir perdu à Paris. Les étoiles vagabondes ce n’est pas seulement pour les fans de Nekfeu. Si pour le coup j’en suis un, on est happé par ses pensées qu’il partage en voix off, tout en ajoutant dans le montage du film pleins de moments qui changent un peu de ce que ce genre de documentaires peuvent faire.

Quand deux étoiles sont trop proches et que l'une d’elles explose en supernova, il arrive qu'elle condamne l’autre étoile à errer sans trajectoire dans l'univers.
On les appelle les étoiles vagabondes.

Les étoiles vagabondes mélange aussi les sonorités (comme son album d’ailleurs) en provenance des quatre coins du monde avec une envie, celle de proposer quelque chose de neuf, qui n’entre pas vraiment dans tout ce qu’il a pu faire auparavant. Il cherche à montrer un travail artisanal, avec des personnages qui vont arriver tout au long du film pour monter ce projet archaïque (un futon bien calé pour enregistrer, la rencontre avec un musicien de rue à la Nouvelle Orléans, etc.). Les étoiles vagabondes n’oublie pas non plus l’émotion et lui permet de transpercer l’écran grâce aux voyages mais aussi grâce à l’histoire qui nous est contée sur cet homme que l’on ne connaît pas totalement si l’on ne s’est jamais intéressé à lui. Notamment ses retrouvailles avec l’île grecque de sa famille et la cette histoire sur la crise migratoire. C’est probablement le moment le plus touchant et qui est d’ailleurs très bien retranscrit dans son album (et un titre en particulier, celui qui clôture le film). Au final, Les étoiles vagabondes c’est plus qu’un documentaire sur la fabrication d’un album à l’ancienne, c’est aussi l’histoire d’un homme qui cherche à sortir des sentiers battus pour se reconstruire et se ressourcer après avoir vécu des années de succès.

Note : 8.5/10. En bref, un documentaire étonnant qui nous plonge dans le procédé créatif de Nekfeu avec une vraie envie de nous le faire partager.

Date de sortie : 6 juin 2019 au cinéma - 20 août 2019 directement sur Netflix


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte