Magazine Culture

Grey’s Anatomy (Saison 15, épisodes 15 à 25) : sortir de l'ombre, viser la lumière

Publié le 22 août 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Je dois avouer que j’ai pris mon temps, par simple oublie et aussi car même si j’aime beaucoup Grey’s Anatomy, j’ai l’impression d’avoir toujours tout dit sur cette série. L’une des forces de cette saison 15 est d’avoir su renouveler encore une fois les intrigues, les personnages, sans jamais sortir de ce que la série sait faire. L’une des forces de Grey’s Anatomy est sa stabilité et son évolution constante, sans pour autant en faire des tonnes autour de ses personnages. La simplicité a du bon et c’est probablement pour ça aussi que la série continue encore (et qu’elle est déjà renouvelée pour deux saisons supplémentaires, avec Ellen Pompeo).

Cette saison a beaucoup donné d’amour. Avec des triangles amoureux et des relations toujours fortes, Grey’s Anatomy continue de faire de son hôpital un lieu de rencontres entre ses personnages et tente par la même occasion de voir aussi si certaines relations peuvent fonctionner. Notamment la relation entre Meredith et Andrew qui a fait beaucoup parler. Je dois avouer que je ne suis pas partisan du couple mais que les scénaristes savent toujours comment faire pour donner à chaque relation sa chance d’évoluer et surtout de donner au scénario une occasion de se renouveler et de proposer des éléments novateurs dans l’histoire de ses personnages. On a l’impression de tout savoir de Meredith par exemple et pourtant, Grey’s Anatomy n’a de cesse de la faire grandir, évoluer de ses erreurs, mais aussi lui donner des intérêts amoureux. Dans l’épisode 15.15 (qui est aussi entré dans l’histoire pour être le premier épisode de la série à dépasser le nombre d’épisodes d’Urgences), Meredith officialise sa relation avec Andrew en le dévoilant à Alex.

Franchement, vous préférez Link ? Pourquoi pas, mais ce n’est pas le personnage que je préfère dans la série. Et pourquoi devrait-elle rester célibataire depuis la mort de Derek ? Après tout, Meredith a le droit d’être heureuse non ? Quoi qu’il en soit, Grey’s Anatomy parvient à développer intelligemment l’histoire qu’elle partage avec Andrew. Et il faut dire que Andrew a un avantage et ce n’est que subject pour moi : il est bien plus beau. Les triangles amoureux ont fait leur bout de chemin cette année, car il y en a un autre : celui d’Amelia, Owen et Teddy. L’histoire de ces trois personnages est beaucoup plus complexe à cause (en partie) du passé qu’ils partagent tous les trois. Le fait que Teddy se rende compte que le père de son enfant a besoin de passer à autre chose, et que Owen est donc mieux avec Amelia permet là aussi de donner une conclusion plutôt favorable aux histoires de coeur en forme de trio qui à un moment de la saison commençaient à ronronner.

Cette seconde partie de la saison permet donc à Grey’s Anatomy de faire évoluer une nouvelle fois ses personnages dans des relations différentes, tout en continuant de proposer des cas médicaux intéressants et originaux. L’un des meilleurs épisodes de cette petite salve c’est « Silent All These Years » (15.19). Je me demande quand est-ce que Grey’s Anatomy a fait un épisode aussi fort et bouleversant. Cela remonte à plusieurs années mais cet épisode est la preuve qu’après quinze ans, on peut encore nous toucher et nous offrir des épisodes qui changent le cours des choses.

Centré en grande partie sur Jo, cet épisode aborde un sujet fort : celui des violences que peuvent subir les femmes et pose la question du consentement. Alors que dans l’épisode 15.18 Jo part à la recherche de sa mère biologique, cet épisode nous permet de revenir sur la rencontre entre Jo et sa mère. C’est l’une des rencontres les plus bouleversantes de toute l’histoire de Grey’s Anatomy. Les scènes ont beau se dérouler dans des flashbacks, elles sont particulièrement fortes et incarnent là aussi très bien ce que la série a toujours tenté de faire quand il s’agit de parler de sujets douloureux. Tout cela est mis en parallèle du cas médical de la semaine, avec la voix off de Meredith pour apporter un peu de sa philosophie et de sa pensée sur le quotidien de chacun (et notamment la perception à faire de cette histoire).

Grey’s Anatomy a réussi à faire d’une simple conversation autour d’un café un grand moment de télévision mais aussi pour Jo dont le personnage continue d’évoluer dans la série. Le fait de revenir sur le passé et sur sa mère biologique est une occasion en or de lui permettre d’aller de l’avoir et la scène est brillante. Le fait est que Jo est née d’un viol, que sa mère biologique a subit quand elle était encore adolescente et la façon dont sa mère lui raconte est bouleversant. Les violences que la mère de Jo a subit dans son adolescence (et le fait que cela a influencé toute sa vie par la suite) est mis en parallèle avec le cas d'Abby dans le présent qui a elle aussi été violentée.

Et puis que serait Grey’s Anatomy sans ses phénomènes météorologiques ? Un brouillard s’abat dans le dernier épisode de la saison sur Seattle, dans le but de mettre des obstacles dans la vie de nos personnages préférés. Si tout cela reste très artificiel pour beaucoup de raisons, j’ai trouvé l’idée réussie et surtout que c’est une métaphore intéressante pour parler de la vie des personnages et la situation dans laquelle certains peuvent être. Ce que je trouve cependant dommage dans le dernier épisode c’est le fait que Grey’s Anatomy nous donne tout ce que l’on attend de la série, sans grandes surprises. Jo fait ce qu’elle doit faire (et fort heureusement qu’il y a eu l’épisode sur ses origines), Owen et Schmitt sont là pour sauver Gus (le patient d’Alex), Meredith veut dire la vérité pour que DeLuca soit sauvé et Bailey et Catherine doivent quant à elles gérer les retombées.

Pour couronner le tout, la série sort aussi certains personnages du brouillard afin de parler de ce qui ne fonctionne pas chez Jackson et Maggie. Si ce n’est pas forcément brillant, cela a au moins le mérite de mettre un terme à une intrigue qui au fond n’était pas spécialement brillante. Chacun doit accepter ses différentes et la série ressert alors une soupe parfois un peu trop tiède. Mais globalement, cette salve d’épisodes aura su apporter pas mal de bonnes surprises à Grey’s Anatomy et nous proposer de changer un peu d’air tout en confrontant les personnages à leurs peurs. C’est une bonne nouvelle. En espérant que la suite soit aussi bonne.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte