Magazine Culture

This is Us (Saison 3, épisodes 10 à 18) : Dieu soit loué, tout n'était pas perdu

Publié le 23 août 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Bien qu’il y ait toujours des larmes et de l’espoir, je dirais que la saison 3 de This is Us a laissé apparaître les vraies faiblesses de la série. A la mi saison, un twist venait chambouler la vie de nos personnages préférés : si l’on avait cru que le frère de Jack, Nicky, était décédé durant la guerre du Vietman, on nous laissait avec une révélation étonnante. En effet, Nicky est bien en vie, il a survécu à l’explosion et vit apparemment sous son vrai nom en Pennsylvanie. De tels retournements de situation permettent de rapprocher encore un peu plus This is Us de Lost. Si les deux séries n’ont pas le même univers, elles sont structurées de la même façon et les révélations ici familiales sont tout aussi fortes que celles que Lost pouvait faire parfois.

Cette seconde partie de la saison 3 n’a pas toujours été brillante mais elle a tout de même eu le mérite de donner un second souffle à une saison en perte cruelle de vitesse. Si j’ai toujours l’envie de retrouver Randall, Kevin et Kate à l’automne, j’ai un peu eu de mal à avoir l’envie de voir cette seconde partie de saison au premier abord. Chacun des personnages a une belle histoire à nous conter mais This is Us a aussi connu un vrai coup de mou, comme si les scénaristes n’étaient plus créatifs et avaient un peu de mal à relancer une machine qui a su vrombir durant deux saisons.

Si la série a été renouvelée jusqu’à la saison 6 (qui sera probablement la dernière), j’ai déjà peur qu’ils n’arrivent pas à renouveler un genre pourtant fascinant, celui des multi-époques et des intrigues familiales à multiples tiroirs ouverts chaque saison. Cette année les personnages ont vécu pas mal de changements qui pour certains ont été bénéfiques, notamment dans la seconde partie de la saison. Mais en tirant sur les ficelles, This is Us a encore du mal à trouver de nouveaux ressorts narratifs, se contentant de répéter ce qui a fonctionné par le passé, quitte à nous ennuyer.

L’effet de surprise de la narration a totalement disparu et bien que l’émotion ait toujours une place au coeur de la série dans certains épisodes (notamment le dernier de la saison), je dois avouer que This is Us manque de la fraicheur des débuts. Elle souffre de redondances narratifs qui donnent l’impression de répéter des schémas narratifs des saisons précédents pour nous faire patienter jusqu’au bout de la saison. De plus, j’ai parfois eu l’impression aussi que la série cherche un peu trop à tire sur les larmes des spectateurs, ce qui peut là aussi devenir parfois mièvre et donc moins palpitant.

L’une des grandes forces de This is Us reste la qualité de ses personnages auxquels on s’est attaché pendant plusieurs années maintenant. En cherchant à forcer les personnages dans des situations qui ne sont pas toujours novatrices et qui apparaissent comme poussives, alors la série a su proposer aussi en parallèle des épisodes plus légers qui viennent aérer la pièce. Car This is Us en avait besoin. Je pense que les scénaristes ont compris les erreurs qu’ils ont pu faire dans la première partie de la saison et tentent alors de les corriger ici. Mais cela vient un peu trop tard à mon goût. Les derniers épisodes de la saison, bien que reposant sur les bases branlantes de la saison 3, tente de rectifier le tir et propose alors des intrigues plus intéressantes et lance des pistes pour une saison 4 pleine de promesses qu’elle devra tenir.

Si This is Us a parfois tendance à en faire trop dans le pathos, et que la machine semble par moment caler en pleine autoroute, elle se relève régulièrement grâce à ses personnages. Il y a aussi la révélation du dernier épisode, notamment le fameux « Her ». Cet épisode fait un bon dans le futur et permet aussi de répondre au dernier épisode de la saison 2. On ne sait pas combien d’années se sont déroulées, mais Rebecca est maintenant plus âgée que jamais. On apprend que Kevin aura un fils dans le futur (mais avec qui ? Car il rompt avec Zoe à la fin de la saison). La question que l’on peut se poser est donc : va t-il retrouver son amour de jeunesse, Sophie qui est apparu dans l’épisode 3.16 cette année. On ne sait pas trop où est-ce que la série veut en venir, mais j’aime bien l’idée qu’il y ait encore des mystères imposés qui donnent envie de revenir. Au delà de ça, chacun des personnages laisse des questions sans réponse, dans le but de nous conduire petit à petit vers ce qui promet une saison 4 palpitante.

Au final, si la saison 3 a ses gros défauts et qu’elle tire des ficelles narratifs simplistes, elle trouve tout de même de quoi nous émouvoir, révéler des histoires (notamment le fait que Nicky n’est pas mort au Vietnam, que Kevin aura un fils dans le futur, etc.) qui nous attachent toujours plus à cet objet sériel que Dan Fogelman semble maîtriser. Il semble, car oui tout ce que j’ai vu ici n’a pas forcément retenu mon attention. Malgré une faiblesse d’écriture flagrante dans une partie des épisodes, la série tente de se reprendre et fait évoluer son histoire comme elle sait si bien le faire.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte