Magazine France

Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique

Publié le 24 août 2019 par Juan

  Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique

Il sera critiqué de critiquer aussi rapidement et aussi violemment tant d'efforts présidentiels à paraître calme, souriant, attentionné, et délicat. Pourtant, il s'agit de la France, de la République et des engagements que l'on prend en son nom. 

Et de ceux que l'on ne prend pas.

Macron rate pourtant sa rentrée. Son spectacle du G7 est terni par d'énièmes violences policières et une hypocrisie politique trop visible. Sa rencontre sur l'Amazonie est boycottée par des ONG, la police envahit un camp de conférences alter-mondialistes. Et Macron fait mine de découvrir un peu tard que le MERCOSUR était un traité de dupes.


Jeune et joli
Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique Les conseillers anonymes de l'Elysée ont déployé beaucoup d'efforts en cette première semaine de rentrée pour imposer un nouveau story-telling à cette rentrée: Emmanuel sera "délicat." Le monarque exprime même des regrets sur les violences des mois passés - ces "blessures inacceptables". Cette démagogie de fausse réconciliation a ses limites, Macron met sur un pied d'égalité les policiers blessés et les 300 civils dont 25 éborgnés. Même les syndicats de policiers râlent contre ce revirement opportuniste et insincère.
Le G7 à Biarritz devait être la grande occasion de re-présidentialiser un jeune monarque dont la voix trop aigüe, les sautes d'humeurs, et l'autoritarisme personnel faisaient penser à un Sarko en version "jeune et jolie."  Avant le G7, Macron faisait multiplier les tweets "concernés" et consternants - sur l'Amazonie, l'Afrique, la paix dans le monde. Tout l'été, la communication élyséenne n'a pas chômé: photo-reportages de l'agence officielle de Mimi Marchand "Bestimage" en rafales chez Voici, Closer, Paris Match, Public, et même Gala: "torse nu et bronzé, sa parenthèse sportive avant une rentrée très chargée," Macron est le "Starship Trooper" de la Contre-révolution libérale qui revient reposé, "délicat" mais "déterminé" pour terrasser les "populistes". "Il est bronzé, détendu et loquace" nous assure l'Express, nouvelle Pravda du régime. Il prend le temps qu'il faut pour impressionner quelques rats d'écriture de la presse affectée à l'Elysée.
Il fallait vite oublier la saison politique précédente. Et surtout cette soudaine  convergence européenne avec ... Victor Orban. En avril, Macron nous le dépeint comme le diable et ses supporteurs hurlent au loup. En août, Macron accueille avec plaisir le soutien d'Orban... Ce n'est plus une Blitzkrieg mais une capitulation éclair. Où sont passés les Castors qui criaient au populisme
Mais pourquoi Macron lèche Poutine
A Brégançon, il reçoit un Poutine bouffi, visiblement lassé d'être là en avance pour cette corvée à Biarritz. La séquence de la fausse conférence de presse (on n'ose qualifier de "conférence de presse" ces monologues présidentiels si brefs où des journalistes n'ont pas de droit de suite dans leur question, quand ils ont la chance d'en poser une) est hallucinante: Macron célèbre l'autocratie russe "très profondément européenne" et qui adhère au "libéralisme politique". Quiconque connait l'histoire de la Russie - tsariste puis soviétique, puis autocratique - sourit péniblement en écoutant Macron raconter n'importe quoi. La Russie de Poutine est accusé par le FBI et la commission Muehler d'avoir attaqué le processus démocratique américain en 2016 par divers moyens - propagations de FakeNews en masse sur les réseaux sociaux, collusion avec l'équipe Trump, divulgation de milliers d'emails de l'équipe démocrate pour déstabiliser la campagne d'Hillary Clinton. Et voici Macron faire le castor, sourire coincé et genou tremblant, pour célébrer le libéralisme politique de la Russie. 
Imaginez Mélenchon, accusé de Poutinisme autocratique sans raison depuis des lustres par les macronistes, faire le dixième de cela...
Le gouvernement russe fut d'ailleurs ravi de ce léchage de bottes, public et télévisé en direct: le service de propagande Russia Today s'est empressé de faire applaudir bruyamment à "l'intelligence inattendue d'Emmanuel Macron"...
Le plus cocasse et sinistre fut cette comparaison de leurs répressions respectives: quand une journaliste osa interroger Poutine sur les arrestations d'opposants, l'autocrate donna quelques conseils au junior Macron: "Vous savez tous que pendant les manifestations des Gilets jaunes, plusieurs dizaines de personnes ont été blessées, des policiers aussi. Nous ne voulons pas que des événements pareils se passent dans la capitale russe." Piqué au vif, Macron répond, mais à côté, ignorant les blessés par centaines, les arrestations par milliers : “C'est la différence entre la liberté et le non-respect de liberté” .
La liberté ? 
Aucun journaliste n'osa ni ne put rappeler à Macron que son propre garde du corps et chef adjoint à la sécurité de l'Elysée avait été filmé en flagrant délit de tabassage de manifestants le 1er mai 2018. Au passage, le secrétaire général de l'Elysée est sans surprise dégagé de toute enquête sur sa "prise illégale d'intérêt" quand il représentait l'Etat dans une entreprise .... de sa famille... Il ne s'agit pas d'un jugement, mais d'une décision d'un parquet aux ordres du pouvoir en place.

Puis Macron reçoit Johnson, autre séquence cocasse. Le nouveau clown conservateur devenu premier ministre du Royaume Uni met un pied sur une table basse et cela suffit à agiter pro- et anti-Breixit.
Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique
Le spectacle entâchéc
Macron découvre que le président brésilien Bolsonaro détruit l'environnement, et qu'il n'en a rien à cirer des prétendues contreparties environnementales de l'accord commercial MERCOSUR signé au printemps entre l'Union européenne et le Brésil.
Roooooo.... Quelle surprise ! Quelle déconvenue !
"Après les pressions sur Twitter, Emmanuel Macron est passé à la sanction directe." Et oui... Il a suffit d'un clash sur Twitter, relayé par des journalistes, et paf, boum, crack ! C'est fini, Macron n'aime plus le MERCOSUR (ne lui rappelez l'autre affreux CETA, à cause duquel des agriculteurs terrifient des députés macronistes partout en France cet été). Quand ONG, experts et journalistes expliquaient à l'époque que ce traité commercial était désastreux et néfaste pour l'environnement, le président des riches et ses suppôts prostestaient: "mais non", promettaient-ils, grâce au MERCOSUR, Bolsonaro serait contraint de rester fidèle aux engagements de ses prédécesseurs en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Ne riez pas... Tout ceci n'était qu'arnaque et trahison. La Commission européenne sortante, soutenue par les idiots utiles de la Macronie et ses véritables supporteurs libéraux, avait signé ce fichu accord qui inquiétaient même les gauchistes du Monde;
Il a fallu des milliers d'incendies simultanés en Amazonie, des images choc d'un désastre de feu relayés tardivement mais puissamment par les médias français et du monde occidental, pour Macron soit contraint de dénoncer l'accord MERCORSUR si cher aux lobbyistes qui l'ont fait élire. Parfois, quand c'est trop gros, ça ne passe plus.  Macron tweete une mauvaise photo, gros malaise. Trop de com' tue la com'.
Sur le MERCOSUR, Macron a agit comme un menteur, ou un benêt. 
Au choix.
Puis voici le G7, "enfin"...
L'agenda du G7 lui-même prêtait à sourire:
"Les sujets seront abordés selon 5 axes :
  • les inégalités de destin ;
  • la préservation de la biodiversité et du climat ;
  • la sécurité et la lutte contre le terrorisme ;
  • le numérique et la protection des démocraties ;
  • le partenariat avec l'Afrique."
La planète capitaliste risque de sombrer une nouvelle fois dans une Grande Crise comme en 2008, mais il faut faire mine que tout va bien madame la Marquise. Dans deux courtes interventions filmées, l'une pour un site publicitaire dénommé Konbini, Macron masque et cache. Pas d'allusion à la catastrope économique qui se profile.
Aux États-Unis, la FED a baissé les taux d'intérêt pour tenter de protéger la croissance. L'argent peu cher a provoqué un surendettement des ménages, des entreprises et des États. Les grandes promesses de "réguler la finance mondiale", il y a 10 ans, n'ont pas été tenues. Mais le G7 s'inquiètera de la guerre commerciale entre Etats-Unis et Chine, ça fait tâche d'un l'argumentaire libre-échangiste général. On parlera "inégalités de destin" (quel concept!) alors que chacun de ces dirigeants œuvre à la sur-exploitation des travailleurs  - précarisation des salariés européens ici, esclavage industrialisé ldes pays asiatiques, africains et sud-américains.
L'Allemagne est même entrée en récession depuis deux trimestres, ce qui est inquiétant pour ce "poumon de l'Europe". Et voici qu'un fond américain propose quelques pistes inattenduies pour éviter une nouvelle catastrophe économique et financière - le financement direct de l'économie par les banques centrales et la généralisation des prêts à taux zeros aux ménages... Bref, les clignotants virent tous à l'orange, les uns après les autres, mais les dirigeants du G7 font mine de sourire face aux caméras comme si tout allait bien.
On dirait l'orchestre du Titanic avant que le navire ne sombre.
La responsabilité de Macron est grande dans cette farce, la France organise ce G7 et le jeune monarque veut faire croire qu'il en est le grand ordonnateur.
Au G7, Macron a placé la préservation de la biodiversité et du climat" au centre de ses préoccupations. Bel effort ! En France, l'écologie a pollué les 30 premiers mois du quinquennat. On avait cru un instant, en mai 2017, que le débauchage de Nicolas Hulot, tenté une décennie avant par Nicolas Sarkozy le nouveau mentor de la Macronie, signifierait autre chose que des gesticulations médiatiques. Il n'en fut rien: immobilisme politique, promesses trahies, démission de la vedette Hulot un an après, adoption des traité CETA puis MERCOSUR, Macron est un clown tout juste utile à tweeter des photos erronées sur les désastres environnementaux du moment. Les récents succès électoraux des écologistes en Europe, et la progressive prise de conscience des opinions publiques des ravages irrémédiables causés à la planète forcent Macron à continuer le spectacle. Le G7 est exemplaire de cet artifice marketing, une bouillie politique qui permet de cacher dans la multiplication des gadgets, détails, et autres colifichets une véritable inaction: ainsi, le site gouvernemental, vide de propositions politiques utiles, fait la pub d'un G7 "eco-responsable" car les gobelets des participants seront en "papier recyclable", des "produits locaux" seront consommés, et les transports seront "partiellement alimentés par un champ solaire".
On se pince devant tant de futilité.
"Dans la région où est organisé le G7, une compensation carbone pour contrebalancer les émissions de CO2 (reforestation de la vallée d’Hergarai au Pays Basque, réintroduction de l’abeille noire basque, le Label Bas carbone et la compensation carbone...)"
Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politiqueDe qui se moque-t-on ? Les ONG ne sont pas dupes. Quand, la veille du G7, Macron convoque un pré-sommet écolo à l'Elysée après quelques tweets sur l'Amazonie en feu, les ONG du réseau Action Climat boycottent.
Tout simplement.
Qu'est-ce que ce pyromane avait d'utile à dire ? 
Rien.
Le même Réseau Action Climat (22 associations dont OXFAM, France Nature Environnement, les fédérations d'usagers. des transports, Sortir du Nucléaire) a justement publié un bilan de l'action climatique de la France et des autres pays du G7. Le bilan parle de lui-même:
  • Les objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre sont "largement insuffisants" par rapport à la juste part française de l’Union 
  • La Macronie est floue sur la relève des objectifs climatiques de l’Union européenne pour 2030
  • La Macronie a bien l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050 dans sa loi énergie climat en juin 2019, mais "les politiques et mesures appliquées par la France sont insuffisantes pour atteindre les budgets carbone définis." Les retards les plus graves sont dans le secteur des transports, des bâtiments et du déploiement des énergies renouvelables.

Lui aussi, il a "changé"
Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politiquePour montrer sa nouvelle détermination écolo, Macron nous fait du Sarko devant les caméras du site Konbini: "J'ai changé" anone un vrai faux soutien au maire de Langouët (Ille-et-Vilaine) trainé au tribunal par la préfète du coin car il a interdit l'épandage de pesticides. Macron explique, sans rire, que l’épandage de pesticides "a des conséquences sur la santé publique.”Va-t-il agir alors ? Oh que non ! Il appelle chacun à se “mobiliser pour changer la loi” pour interdire les pesticides. Il est président de la République, il dispose de 380 députés godillots à l’Assemblée. Mais il explique qu’il faut se “mobiliser pour changer la loi” pour interdire les pesticides. 
Sans rire...  Il a "changé."
Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique
Dans la même interview publicitaire, sur la taxation du kérosène, le carburant le plus polluant, Macron promet ...  “l’ouverture d’une concertation.” Quel sens de l'urgence...
Même sens de l'urgence contre l’exportation des déchets plastiques dans les pays pauvres, Macron promet d’agir vite: en 2021, les pays pourront refuser de recevoir des déchets. 
En 2021.
Il a tellement changé que la France s'est décidé à accueillir quelques-uns des 400 migrants qui dérivaient dans l'Open Viking depuis 2 semaines en Méditerranée. L'Espagne voisine s'était décidée en début de semaine à accueillir un autre bateau en dérive également au large de l'Italie. La Macronie expliquait que les migrants auraient du accoster en Italie voisine. Ces racailles, car il n'y a pas d'autres de qualificatifs, se sont fendus de communiqués lénifiants sur leur générosité finale. Il fallait oublier ce qui attendait les migrants - les nouveaux dispositifs de la loi Asile, rétention rallongée et délais accélérés pour déposer son dossier sous peine d'expulsion accélérée. 
La Macronie est un spectacle.
La réconciliation... policière
Biarritz est quadrillée de quelques 13 200 policiers, gendarmes et militaires dont on imagine que les matraques ne sont pas en carton recyclable et les grenades LBD loin d'être eco-responsables. Un centre de rétention pour migrants voisin a été reconverti en "hub" de gardes à vues - 100 cellules, soit une capacité de 300 GAV par jour. Mais rassurons-nous - "L'état moral des forces de police et de gendarmerie est excellent" confirme l'adjoint de Castaner au ministère de l'intérieur.
Le moral est excellent, que faut-il de plus ?
Le #G7 en France.
Préparatifs. pic.twitter.com/F5SU4u3l7V — Juan. (@Sarkofrance) 21 août 2019

Comment Macron a raté sa rentrée- 641ème semaine politique Vendredi soir, Macron déboule en super-jet présidentiel à Biarritz. Tiens donc... pourquoi n'a-t-il pas préféré le train ? Les gobelets en carton et les cars électriques pour transporter les participants du G7 ne seraient-ils que des gadgets ? La ville est quadrillée par les forces de l'ordre, les rues vidées de ses habitants. On dirait une occupation. Les 7 plus grands pyromanes du monde sont cloitrés dans un palace de Biarritz. Samedi, Macron parle encore à la télévision. Tout heureux de sa trouvaille (car il lui faut un bouc-émissaire facile pour sa communication, et pour éviter de poser des questions plus systémiques sur un sujet aussi grave) il répète que le problème n'est pas le transport aérien ni les hydrocarbures ... mais le textile qui pollue. Et justement, il a un accord miracle avec les grandes entreprises mondiales du textile qui représentent, dit-il, "presque" la moitié de la production du secteur. Et de quel accord s'agit-il ? Elles vont s'engager à se concerter... Plus belle la vie, n'est-ce pas ?
Un contre-sommet s'organise à Urrugne, à 23 kilomètres de là, avec une assistance variée, quelques milliers de participants jeunes ou vieux, une cinquantaine d'associations, des conférences et débats sur le climat et les inégalités.
"Ce ne sont pas 7 pyromanes enfermés dans leur tour d'ivoire à Biarritz qui pourront éteindre l'incendie de la forêt amazonienne" Isabelle Trouvé, porte-parole d'Attac.
Dès vendredi soir, il suffit d'une provocation pour les forces de l'ordre déboulent, frappent, arrêtent et blessent au coeur même du contre-sommet.
La Macronie a-t-elle si peur que cela ?
Ami castor, où es-tu ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte