Magazine Environnement

La quatrième guerre mondiale a commencé

Publié le 05 septembre 2019 par Boprat

Source : https://www.monde-diplomatique.fr/1997/08/MARCOS/4902

Un article de 1997 du sous-commandant Marcos

La quatrième guerre mondiale a commencé


[...]
La première de ces pièces est la double accumulation de richesse et de pauvreté aux deux pôles de la société planétaire. La deuxième est l'entière exploitation du monde. La troisième est le cauchemar d'une partie désoeuvrée de l'humanité. La quatrième est la relation nauséabonde entre le pouvoir et le crime. La cinquième est la violence de l'Etat. La sixième est le mystère de la mégapolitique. La septième, ce sont les formes multiples de résistance que déploie l'humanité contre le néolibéralisme.
[...]
PIÈCE NUMÉRO 1 - CONCENTRATION DE LA RICHESSE ET RÉPARTITION DE LA PAUVRETÉ
La figure 1 se construit en dessinant un signe monétaire.

[...]
PIÈCE NUMÉRO 2 - GLOBALISATION DE L'EXPLOITATION
La figure 2 se construit en dessinant un triangle[...]
PIÈCE NUMÉRO 3 - MIGRATION, LE CAUCHEMAR ERRANT
La figure 3 se construit en dessinant un cercle.
[...]
PIÈCE NUMÉRO 4 - MONDIALISATION FINANCIÈRE ET GÉNÉRALISATION DU CRIME
La figure 4 se construit en dessinant un rectangle.

[...]
PIÈCE NUMÉRO 5 - LÉGITIME VIOLENCE D'UN POUVOIR ILLÉGITIME ?
La figure 5 se construit en dessinant un pentagone.

[...]
PIÈCE NUMÉRO 6 -LA MÉGAPOLITIQUE ET LES NAINS
La figure 6 se construit en faisant un gribouillage.

[...]
PIÈCE NUMÉRO 7 - LES POCHES DE RÉSISTANCE
La figure 7 se construit en dessinant une poche.
" Pour commencer, je te prie de ne point confondre la Résistance avec l'opposition politique. L'opposition ne s'oppose pas au pouvoir, et sa forme la plus aboutie est celle d'un parti d'opposition ; tandis que la Résistance, par définition, ne peut être un parti : elle n'est pas faite pour gouverner, mais... pour résister. " (Tomás Segovia, Alegatorio, Mexico, 1996.)
L'apparente infaillibilité de la mondialisation se heurte à l'obstinée désobéissance de la réalité. Tandis que le néolibéralisme poursuit sa guerre, des groupes de protestataires, des noyaux de rebelles se forment à travers la planète. L'empire des financiers aux poches pleines affronte la rébellion des poches de résistance. Oui, des poches. De toutes tailles, de différentes couleurs, de formes variées. Leur seul point commun : une volonté de résistance au " nouvel ordre mondial " et au crime contre l'humanité que représente cette quatrième guerre.
[...]
Cela est un exemple de poche de résistance, mais je n'y attache pas beaucoup d'importance. Les exemples sont aussi nombreux que les résistances et aussi divers que les mondes de ce monde. Dessinez donc l'exemple qui vous plaira. Dans cette affaire des poches, comme dans celle des résistances, la diversité est une richesse.
----
Après avoir dessiné, colorié et découpé ces sept pièces, vous vous apercevrez qu'il est impossible de les assembler. Tel est le problème : la mondialisation a voulu assembler des pièces qui ne s'emboîtent pas. Pour cette raison, et pour d'autres que je ne peux développer dans ce texte, il est nécessaire de bâtir un monde nouveau. Un monde pouvant contenir beaucoup de mondes, pouvant contenir tous les mondes.
Post-scriptum qui raconte des rêves nichés dans l'amour.

La mer repose à mes côtés. Elle partage depuis longtemps des angoisses, incertitudes, et de nombreux rêves, mais maintenant, elle dort avec moi dans la nuit chaude de la forêt. Je la regarde onduler comme les blés dans mes rêves et m'émerveille à nouveau de la retrouver inchangée : tiède, fraîche, à mes côtés. L'étouffement me tire du lit et prend ma main et ma plume pour ramener le vieil Antoine, aujourd'hui comme il y a des années... J'ai demandé au vieil Antoine de m'accompagner dans une exploration en aval du fleuve. Nous n'emportons qu'un peu de nourriture. Durant des heures, nous poursuivons le cours capricieux, et la faim et la chaleur nous saisissent. Nous passons l'après-midi à poursuivre une harde de sangliers. Il fait presque nuit lorsque nous les rejoignons, mais un énorme porc sauvage se détache du groupe et nous attaque. Je fais appel à tout mon savoir militaire : je jette mon arme, et je grimpe à l'arbre le plus proche. Le vieil Antoine reste impassible devant l'attaque et, au lieu de courir, il se place derrière un taillis. Le gigantesque sanglier, de toutes ses forces, fonce droit sur lui, et s'encastre dans les branchages et les épines. Avant qu'il ne parvienne à se libérer, le vieil Antoine lève sa vieille carabine, et, d'un coup, fournit le repas du soir. A l'aube, lorsque j'ai fini de nettoyer mon moderne fusil automatique (M-16, calibre 5,56 mm avec sélecteur de cadence et une portée réelle de 460 mètres, une mire télescopique, et un chargeur de 90 balles), je rédige mon Journal de campagne. Omettant ce qui est arrivé, je note seulement : " Avons rencontré sanglier et A. a tué une pièce. Hauteur 350 mètres. Il n'a pas plu. "
Pendant que nous attendons que la viande grille, je raconte au vieil Antoine que ma part servira pour les fêtes qu'on prépare au campement. " Des fêtes ? ", me demande-t-il, pendant qu'il attise le feu. " Oui, lui dis-je. Quel que soit le mois, il y a toujours quelque chose à fêter. " Et je poursuis par une brillante dissertation sur le calendrier historique et les célébrations zapatistes. Le vieil Antoine m'écoute en silence ; imaginant que cela ne l'intéresse pas, je m'installe pour dormir. Plongé dans mes rêves, je vois le vieil Antoine saisir mon cahier et y écrire quelque chose. Le lendemain, après le petit déjeuner, nous partageons la viande, et chacun s'en va de son côté. Une fois au campement, je fais mon rapport et je montre le cahier pour qu'on sache ce qui s'est passé. " Ce n'est pas ton écriture ", me dit-on en me montrant la feuille du cahier. Là, après ce que j'avais noté moi-même, le vieil Antoine a écrit en grosses lettres :

" Si tu ne peux pas avoir, et la raison, et la force, choisis toujours la raison et abandonne à l'ennemi la force. Dans de nombreuses batailles, la force permet d'obtenir la victoire, mais une guerre ne se gagne que grâce à la raison. Le puissant ne pourra jamais tirer de la raison de sa force, tandis que nous pourrons toujours tirer force de notre raison. "


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boprat 715 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte