Magazine Santé

ULCÈRE DIABÉTIQUE : La luminothérapie pour cicatriser plus vite

Publié le 10 septembre 2019 par Santelog @santelog



Ce dispositif de 32 ampoules émettant de la lumière infrarouge, rouge ou ultraviolette, apporte une première preuve de concept dans la cicatrisation des plaies chroniques

Cette équipe de dermatologues de l’Université de Manchester reprend la piste de la lumière ou luminothérapie pour le traitement des plaies chroniques et, précisément de l’ulcère diabétique. Ce dispositif de 32 ampoules émettant de la lumière infrarouge, rouge ou ultraviolette, apporte une nouvelle preuve de concept de l'efficacité de la thérapie dans le Journal of Dermatological Treatment. Cette petite étude pilote et expérimentale confirme ainsi une nouvelle voie thérapeutique, peu coûteuse et pratique en complément des traitements standards.  

On sait que les patients atteints de diabète encourent un risque accru d'ulcères ou de plaies ouvertes à retard de cicatrisation, voire chroniques, en raison d'une mauvaise circulation sanguine. Les ulcères veineux se produisent lorsque le sang ne remonte pas bien des jambes vers le cœur, ce qui provoque une accumulation de pression dans les veines.

La luminothérapie, une promesse dans le soin à domicile des plaies chroniques

La lumière bleue est déjà documentée pour sa capacité à réparer les tissus : la lumière bleue, utilisée comme révélateur d'infections a également déjà démontré son intérêt, aussi, dans la cicatrisation. On se souvient de ce dispositif hémostatique par LED bleue, développé par une équipe de l'Université de Florence. Une autre étude a montré qu’elle permettait, sur des longueurs d'ondes spécifiques, d’accélérer la réparation des tissus, en agissant sur une enzyme des mitochondries qui induisent alors les cellules à « travailler » avec plus d'efficacité.

Ici, c’est une lumière infrarouge, rouge et ultraviolette qui fait ses preuves chez 8 patients présentant au total 14 ulcères de doigt -provoqués par une maladie appelée sclérodermie systémique, dans laquelle le système immunitaire attaque les doigts et les orteils du corps. Les patients traités par luminothérapie, à l'aide de la lampe pendant 15 minutes, 2 fois par semaine pendant 3 semaines présentent, à l’issue du suivi, une amélioration moyenne de 83% des ulcères (taille de la plaie), sans effets secondaires.

  • La lumière ultraviolette, expliquent les chercheurs, qui ne peut être vue à l'œil nu, tue les bactéries et réduit l'inflammation qui bloque la cicatrisation ;
  • la lumière rouge stimule la circulation sanguine, augmentant l'apport en oxygène et en nutriments nécessaire à la cicatrisation des plaies ; De plus, elle semble stimuler la production de protéines de collagène dans la peau, ce qui fournit un échafaudage naturel qui contribue à la croissance de nouveaux tissus (épithélialisation) ;
  • la lumière infrarouge (celle utilisée dans de nombreuses télécommandes), favorise l’augmentation du débit sanguin et de l'oxygène.

Une luminothérapie à domicile ? Aujourd’hui, les patients qui suivent une luminothérapie par laser, sont traités à l'hôpital. Les auteurs suggèrent la possibilité de suivre ce traitement à domicile avec un système de surveillance à distance de l’évolution de la cicatrisation. D’autant que le dispositif -toujours selon ses auteurs- serait adapté au traitement des différents types d'ulcères, dont les ulcères diabétiques et veineux. La technologie apparaît peu coûteuse et pratique, avec l’avantage d’être adaptable donc aux soins à domicile.

Source: Journal of Dermatological Treatment 31 Jul 2018 DOI: 10.1080/09546634.2018.1484875 A feasibility study of a novel low-level light therapy for digital ulcers in systemic sclerosis

Plus sur l’Ulcère diabétique

Lire aussi : BIOFILM : Nanotechnologie et photonique pour le prévenir

PLAIES CHRONIQUES: La lumière bleue pour détecter, diagnostiquer, cicatriser

Équipe de rédaction Santélog Sep 10, 2019Rédaction Santé log




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine