Magazine Environnement

La pub déraille

Publié le 19 avril 2008 par Jcvie

Dans « Le jour où l’abeille disparaîtra… » j’évoquais une initiative des associations françaises de l’Alliance pour la Planète pour tenter de remédier aux dérives de la publicité surfant sur la vague du développement durable, un cas classique de ce que les anglo-saxons appelle du greenwashing. Malheureusement il semble que l’espoir nait de cette initiative ait pris un peu de plomb dans l’aile. Certes, leur effort a débouché récemment sur la signature d’une « charte d’engagement et d’objectifs pour une publicité éco-responsable » entre les professionnels de la publicité et le Gouvernement français mais, dénonçant une véritable duplicité, les ONGs de l’Alliance pour la planète ont décidé de ne pas participer au processus mis en place, placé sous la coupe des professionnels du secteur. Elles ont donc créé un Observatoire Indépendant de la Publicité « afin de donner un contenu réel à la co-régulation souhaitée lors du Grenelle de l’Environnement ».

La publicité est sans aucun doute un des secteurs les plus en retard dans sa prise de conscience de sa responsabilité environnementale; elle a certes pour but de vendre des produits dont on n’a pas forcément besoin, de susciter le besoin d’acquérir des biens matériels dont la production a parfois un impact sur l’environnement non négligeable… mais elle dispose d’une marge de progression considérable. La publicité, par ces supports a déjà largement défiguré la planète en s’accaparant tous les espaces libres, des bords de routes aux stations de sport d’hiver. De part leur « générosité » financière les annonceurs peuvent contrôler la ligne éditoriale des medias en étouffant les sujets qui fâchent. Restait à déculpabiliser le consommateur pour qu’il continue à acheter sans se poser trop de questions. Depuis quelques années, l’étape est franchie, faisant des constructeurs automobiles, fournisseurs d’énergie, groupes pétroliers, compagnies aériennes… les plus grands bienfaiteurs de la planète.

Les associations de l’Alliance pour la Planète ont rappelé que 99 % des publicités automobiles en cours ne respectaient pas la loi concernant l’affichage des consommations de carburant et les émissions de CO2 par les véhicules. Alors que ces publicités sont autorisées, d’autres, responsables, sont interdites, à l’image d’une campagne pour la prévention des déchets, sous prétexte qu’elle pourrait nuire aux intérêts des secteurs économiques. Il fallait oser !

Areva, pour qui le réchauffement climatique est une véritable aubaine, parle d’ « énergie au sens propre » ; conduire une Porsche est un acte de développement durable ; Volkswagen fait encore plus fort en nous assurant que ses 4X4 nous ferons prendre goût à l’écologie ; Saab vient de sortir une ligne de voitures bio !!! Je pourrais rajouter de nombreux autres exemples: Total, Air France, EDF… Tout le monde lave plus vert!

Alors dans cette cacophonie, l’idée d’une télévision publique débarrassée de la publicité est bien séduisante. On se met à rêver de journaux télévisés libres d’aborder tous les sujets (quitte à froisser certains secteurs économiques !), de magazines sur l’environnement aussi nombreux que les magazines économiques, voire d’émissions apprenant aux enfants à déchiffrer la publicité…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jcvie Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte