Magazine Info Locale

Xavier Beauvois a convaincu Suzanne Lipinska de devenir actrice…dans « petit-fils » son prochain long métrage

Publié le 15 septembre 2019 par Gezale

Xavier Beauvois a convaincu Suzanne Lipinska de devenir actrice…dans « petit-fils » son prochain long métrage

Suzanne Lipinska.©JCH

S’il est un lieu en France qui a contribué à servir d’écrin aux cinéastes français et étrangers, c’est bien le Moulin d’Andé. De grands réalisateurs y ont tourné des scènes de films devenues mythiques et c’était bien le moins que pouvaient faire les autorités européennes du cinéma que de reconnaître ce lieu comme un bijou dépassant largement les frontières de l’hexagone.
C’est fait depuis que Wim Wenders  et le conseil d’administration de la « European Film Academy » ont décerné au Moulin d’Andé le titre de : « Trésor de la culture cinématographique européenne ». Mais les lieux ne sont rien s’ils manquent d’âmes humaines pour les animer et les dévoiler. Au Moulin d’Andé, celles de Suzanne Lipinska et de Maurice Pons continuent leur cheminement dans l’espace et dans le temps. Belle Ame et grande émotion aussi de la part de « Suzon » à l’instant de dévoiler la plaque apposée à l’entrée du Moulin, symbole matériel de reconnaissance puisque le jour choisi — un 14 septembre — coïncidait avec la date anniversaire de la naissance de Maurice Pons (né à Strasbourg en 1927) ce grand absent-présent à la fête. 
Il fut, ne l’oublions jamais, l’un des principaux artisans de la renommée de ce monument artistique et culturel connu et reconnu partout dans le monde. Sans l’auteur des « Saisons », de « Mlle B » et de ses « Mistons », jamais François Truffaut n’aurait eu l’idée de s’intéresser à ce haut lieu de la vallée de Seine où les rencontres d’écrivains, de philosophes, de cinéastes, de musiciens, de politiques aussi, continuent de donner vie à ce haut lieu de l’esprit toujours en mouvement.

Xavier Beauvois a convaincu Suzanne Lipinska de devenir actrice…dans « petit-fils » son prochain long métrage

Xavier Beauvois.©JCH

La preuve ? Suzanne Lipinska, presque nonagénaire, sollicitée par Xavier Beauvois (présent hier à Andé) a accepté d’être une des principales actrices du prochain film de celui qui a reçu le grand prix du festival de Cannes pour « des hommes et des Dieux » le 5e long métrage d’un acteur-scénariste. Convaincre Suzanne Lipinska de faire l’actrice ne semble pas avoir été simple. Jamais, dans le passé, la présidente de l’association culturelle du Moulin d’Andé, n’avait été sollicitée pour jouer devant la caméra. Le film sera tourné à Etretat et Fécamp (dans les semaines à venir) et pourrait s’intituler « Le Petit-Fils » dont la grand-mère sera (devinez qui ?) celle qui continue de présider aux destinées d’un lieu que personne n’imagine devenir autre chose que ce qu’il est. (1) Un lieu « de tous les possibles » comme aime à le répéter Suzanne qui n’a de cesse de préparer sa succession. Une succession improbable, voire impossible, tant l’aura de la maîtresse de ce monument historique exigera de celui ou celle qui saisira les rênes, de patience, d’imagination, d’esprit créatif et de relationnel aussi dans le meilleur sens du mot.
La présence de Bernard Leroy, président de la Communauté d’agglomération, d’Alexandre Rassaert, samedi, pour le Conseil départemental de l’Eure, était la preuve de la bienveillance et de l’engagement des autorités politiques afin que le CECI (Centre d’écritures cinématographiques) les académies de musique, les concerts, les séminaires, les résidences d’artistes, poursuivent l’élan impulsé par Suzanne Lipinska et ses salariés dont on parle trop peu. Même si Stéphane Bern (et son loto du patrimoine) a choisi de doter le Moulin d’Andé d’une subvention (dont on ignore le montant) apte à entraîner la restauration des rocailles du parc en 2019, la situation financière globale ne permet pas (encore ?) de dégager suffisamment de marge pour réaliser des travaux d’importance. Bâtiment classé, le Moulin a besoin que des mécènes — ou des collectivités — se penchent sur la sauvegarde d’un patrimoine privé, certes, mais tellement impliqué dans la vie collective artistique de notre région. J’espère que la sous-préfète des Andelys, Virginie Sené-Rouquier, saura relayer auprès des autorités compétentes, les besoins du Moulin et l’urgence de les satisfaire, du moins en partie.

Xavier Beauvois a convaincu Suzanne Lipinska de devenir actrice…dans « petit-fils » son prochain long métrage

Pascal Pistone et son accompagnatrice. ©JCH

Il n’y pas de fête sans spectacle musical au Moulin. Pascal Pistone a su associer le public en musique et en images. Rappeler que Léo Ferré a chanté la poésie faisait du bien à ceux et celles qui connaissent peu ou prou ce texte immense dont je publie un extrait : « J'ai du savon qui lave
Les péchés capitaux
Un stylo-bille qui grave
Le goût d'un apéro
Un soutien-gorge à piles
Qui n' s'allume qu'aux beaux yeux
Un dentifrice habile
À blanchir les aveux
Un buvard facétieux
Qui sèche les chagrins
Un œil pour lire à deux
Quand le jour s'est éteint
Un violon capital
Voilé de Chambertin
A faire sonner le mal
Plus fort que le tocsin…»

(1) Xavier Beauvois a promis que Suzanne serait « choyée » pendant les 10 jours de tournage.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine