Magazine Santé

ALZHEIMER : La maladie se voit à l’œil nu

Publié le 16 septembre 2019 par Santelog @santelog



La rétine apparaît comme l'un des biomarqueurs les plus importants pour le diagnostic précoce de la maladie.

Cette équipe de l’Universidad Complutense (Madrid) vient d’identifier des zones de la rétine qui changent dans la maladie d'Alzheimer légère et précoce. Des modifications de l'épaisseur de la couche rétinienne qui confirment que la rétine est un biomarqueur majeur et sensible pour le diagnostic précoce de la maladie. Ces nouvelles données, présentées dans les Scientific Reports, constituent une avancée décisive dans le diagnostic et le suivi de la maladie d'Alzheimer.

L’œil a déjà été décrit comme une fenêtre ouverte sur le cerveau et sur de nombreuses maladies neurologiques dont la maladie d’Alzheimer. Mais pour la première fois, des chercheurs précisent la forme et la taille des zones présentant un amincissement significatif dans chaque couche rétinienne associé au stade précoce de la maladie. Ils constatent en effet, chez certains patients déjà diagnostiqués avec la maladie d'Alzheimer, que les couches rétiniennes présentent avant l'apparition des symptômes, une forme de dégénérescence.

 une image en 3D d'une zone carrée de 6 x 6 mm de la rétine de chaque participant a été obtenue par tomographie en cohérence optique (OCT).

La rétine, un biomarqueur prometteur pour la détection de la maladie d’Alzheimer

« La nouveauté de nos résultats est qu'au début de la maladie, l'amincissement de la couche neurale prédomine systématiquement sur l'épaississement, tant en ce qui concerne le pourcentage de surface amincie que le volume neural perdu », résume Luis Jáñez, auteur principal et chercheur au Knowledge Technology Institute de l’Université Complutense.

La zone maculaire est la première à présenter des modifications : les chercheurs ont mis au point de nouvelles techniques et outils analytiques qui leur permettent ici de confirmer que les premiers changements apparaissent dans la zone maculaire, qui contrôle la vision centrale et la perception des couleurs. Ce constat est issu du suivi de 19 patients sélectionnés parmi 2.124 suivis au service gériatrique de l'hôpital San Carlos à Madrid. Ces patients présentaient une maladie d'Alzheimer à un stade très précoce mais aucune autre maladie affectant la rétine. L'étude a intégré également un groupe témoin composé de 24 volontaires appariés pour l’âge et exempts de maladies et troubles notamment cognitifs ou neurologiques.

Des changements d’épaisseur dans certaines couches de la rétine : une image en 3D d'une zone carrée de 6 x 6 mm de la rétine de chaque participant a été obtenue par tomographie en cohérence optique (OCT). Cette technique permet le balayage avec un faisceau lumineux de cette zone de la rétine en 2,5 secondes. Ensuite, à l’aide d’un logiciel spécialement conçu pour la recherche, les chercheurs ont pu mesurer l’épaisseur de chaque couche rétinienne à 262.144 points répartis sur une grille de 512 colonnes et autant de lignes. Un modèle statistique a enfin permis de déterminer la forme, la taille et l'emplacement exacts des zones touchées par la maladie dans chaque couche rétinienne.

Ces résultats confirment que, compte tenu des caractéristiques communes de la rétine et du cerveau et de son accessibilité par des techniques non invasives, la rétine constitue l'un des biomarqueurs les plus importants et les plus prometteurs pour la détection et le suivi de la maladie d’Alzheimer.

Source : Scientific Reports 10 September 2019 Spatial analysis of thickness changes in ten retinal layers of Alzheimer’s disease patients based on optical coherence tomography (Visuel Knowledge Technology Institute, UCM)

Plus sur l’Alzheimer sur Neuro Blog

Voir aussi : Diagnostic Blog

Équipe de rédaction Santélog Sep 16, 2019Rédaction Santé log




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine