Magazine Info Locale

Vive l'union des gens de la classe du travail

Publié le 17 septembre 2019 par Jplegrand

La grande bourgeoisie a un profond mépris pour les gens du peuple, ses membres, à quelques rares exceptions, exècrent les sans-abri, les sans dents, les sans travail et craignent comme la peste l'organisation de la classe laborieuse. Ils ont oublié que leur vie matérielle est façonnée par les ouvriers. Ils ont toujours raison, ils ont fait les grandes écoles, embrigadés dès leur plus jeune âge dans l'idéologie de la concurrence, et de la guerre économique, autrement dit de la guerre tout court. Car ces gens là savent que leur pouvoir est celui qui répand la misère et la guerre, mais ils s'arrangent pour les éliminer de leur esprit et s'inventent des mots comme démocratie, liberté dans leur tour d'ivoire bunkerisée par leur pognon et le luxe.

Le peuple n'en pouvait plus. Il s'est soulevé. Et il a raison car c'est sa fonction que de montrer que rien sans lui ne peut exister : rien sans sa chair, sans ses corps, sa sueur, son sang, ses pensées, ses connaissances. Et surtout rien, aucun pouvoir politique qui ne puisse tenir si il n' a pas l'acceptation du peuple. Rien ! Et par un détournement abominable du langage, celui qui se prend pour un chargé de mission mystique au grand service du capital va affubler de "Rien" ce peuple qu'il méprise car il ne le connaît pas, et qu'il ne saurait pas même en comprendre ni la condition, ni les contradictions, tant sa vie est et fut éloignée toujours du prolétariat.

Car le peuple pour cet individu qui se pense investi d'une charge qu'aucun homme ordinaire ne pourrait vivre un jour, ce peuple il ne le voit qu'au travers de ce qu'il en a vécu, c'est à dire presque rien sauf de quelques clichés dont est friande sa caste.

Ces gens ne supportent pas que ce peuple grouille de contradictions, qu'il en soit pétri. Ces gens de la caste des bien pensants enrichis au prix du sang et des larmes des prolétaires somment sans arrêt le peuple d'être vertueux alors qu'ils sont eux-mêmes tout le contraire de ce qu'ils exigent !

De multiples contradictions traversent effectivement la classe des hommes et des femmes qui travaillent. La grande bourgeoisie ne cesse d'analyser ces contradictions pour les retourner contre cette classe de l'avenir. Il mène une guerre idéologique sans répit pour convaincre chaque individu de la classe du travail qu'il ne peut être membre d'une classe sociale qui n'existerait plus, le convaincre que toutes les tentatives de dépasser le capitalisme ayant en grande partie échoué, il est vain de tenter de s'engager dans la révolution.

Or cette grande bourgeoisie table surtout sur l'ignorance ou la méconnaissance des gens tout en déversant des flots de mensonges médiatiques dans les esprits.

C'est la raison pour laquelle la classe ouvrière et tous les exploités doivent étudier, étudier, étudier. Etudier qui ils sont, d'où ils viennent, et construire la stratégie de leur libération qui passe par leur union.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jplegrand 1025 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine