Magazine Culture

Four Weddings and a Funeral (Miniseries, 10 épisodes) : aimer jusqu'à l'impossible

Publié le 20 septembre 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Mindy Kaling a un vrai talent d’écriture et de la voir adapter le film Quatre Mariages et un Enterrement en série était une bonne idée. Produite pour Hulu (qui avait récupéré The Mindy Project quand FOX avait annulé la série), Four Weddings and a Funeral est une surprise fraîche et tendre, avec plein de bons sentiments dont Mindy Kaling semble avoir le secret. Pour autant, je dirais que le problème de Four Weddings and a Funeral c’est de ne pas toujours parvenir à nous faire ressentir totalement la magie du film original.

Four Weddings and a Funeral est aussi l’une des comédies romantiques les plus iconiques du monde (et l’une de mes préférées). Bien que j’aurais été plus refroidi si ce n’était pas Mindy Kaling qui était derrière, il y a quelque chose de frais dans ces dix épisodes, qui permet de moderniser une histoire connue en développant les personnages différemment. Car nous avons tout de même droit à dix épisodes. L’un des grands avantages de cette série est d’avoir aussi permis l’histoire de sortir de son côté « très blanc » pour représenter une diversité réaliste de la classe moyenne. Tout cela permet de développer des sentiments différents mais aussi de créer des familles dont les valeurs et la culture sont totalement différentes.

La relation entre Maya et Kash est l’une de mes préférées. Il y a quelque chose de touchant et de drôle à la fois dans cette relation qui m’a beaucoup plu. Bien que par moment la série semble insérer un peu trop de références à la pop culture qui ne sont pas forcément brillantes, la série fonctionne tout de même assez bien et c’est ce qu’il y a de plus rassurant là dedans. Et puis après il y a la magie du film original qui a un peu disparu, même si Four Weddings and a Funeral conserve les décors londoniens. Mais… et si Four Weddings and a Funeral ne voulait pas être un remake, juste une adaptation du pitch de départ du film ? Car ce que Mindy Kaling parvient à faire de cette histoire est différent du film. Il y a énormément de choses qui divergent ce qui est une bonne chose, mais tout ne fonctionne pas pour autant non plus.

Certains épisodes sont alors moins inspirés que d’autres et certaines lignes de dialogue sont parfois un peu plus faibles. Là où Late Night (écrit par Mindy Kaling) insérait de vrais moments de vie qui collent parfaitement avec l’esprit de Mindy Kaling, ce dont Four Weddings and a Funeral manque c’est de son humour. Cette actrice/scénariste brille justement souvent par sa façon de faire de l’humour, sortant des sentiers battus, mais Four Weddings and a Funeral veut toujours se construire un cocon touchant plus que drôle et percutant.

La série oublie donc un peu trop de nous amuser au milieu du pathos des relations entre les personnages. Mais justement, Mindy Kaling avait réussi à apporter quelque chose de magique à The Mindy Project avec Matt Warburton, que l’on ne retrouve pas non plus ici. Aucun des personnages ne semble écouter les autres ce qui là aussi créé une certaine forme de distance entre le téléspectateur et les aventures de chacun des personnages. Finalement, Four Weddings and a Funeral est une rom com classique et sympathique, fraiche et intéressante, mais qui manque de la magie du film original. J’étais alors à l’issue de la saison un peu les fesses entre deux chaises, sans trop savoir quoi garder une fois vue.

Note : 5/10. En bref, cela aurait pu être mieux mais la série reste fraiche et vivante avec un regard moderne sur les relations romantiques actuelles.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte