Magazine Régions du monde

Agnès Brezephin : ce que dit la broderie

Publié le 23 octobre 2019 par Aicasc @aica_sc

La récente exposition du projet Amazones à Paris invite à partager   quelques interviews de photographes impliqués dans le projet

Agnès Brezephin : ce que dit la broderie

©Agnès Brezephin

Vous êtes connue comme typographe et graphiste, spécialités que vous enseignez  au Campus caribéen des arts depuis plusieurs années, comme plasticienne après deux expositions, Lettre à Suzanne et Insectes. Vous y retravaillez par le graphisme ou la broderie en fils de soie de vieilles photographies. Avec ces œuvres créées pour Amazones, nous faisons connaissance avec  votre pratique photographique, je veux parler de la prise de vue. Est – ce une pratique récente ou déjà ancienne ?

J’aime la photographie et collectionne depuis longtemps des appareils photographiques anciens, de vieux kodaks, des polaroïds démodés car  j’aime le grain, la texture de leurs images. Ils fonctionnent tous/ils sont tous en état de marche. Donc, oui, je développe une pratique photographique personnelle, irrégulière, souvent familiale. Mes filles et moi aimons nous déguiser pour des séances dans des cabines de photomaton. Mais, vous savez, nous les graphistes – typographes sommes des artisans, nous touchons à plusieurs domaines , nous faisons de la photo ou de l’illustration sans pour autant nous sentir photographe ou illustrateur.

Pour les photos de Mélanie, j’ai utilisé un appareil contemporain, un Leica qui permet un rendu très « plastique »

Comment avez – vous abordé cette prise de vue particulière sur le plan de la relation du photographe à son modèle ?

Avant la prise de vue, le modèle et moi avons longuement échangé. Nous nous sommes rencontrées ce qui nous a permis de nous découvrir de nombreux points communs. Aussi lorsqu’elle m’a questionnée sur mes orientations et que je lui ai proposé une réalisation dans le style des photomatons de Prévert ou des surréalistes, elle a tout de suite adhéré à l’idée. Je lui ai montré quelques croquis préparatoires. Le choix des fils d’argent et de bronze, des pacotilles, des émaux, des perles de verre de haute couture avait  été guidé par tout ce que l’on m’avait raconté de Mélanie avant notre rencontre, en amont du projet  . Je trouve que cette exubérance de la matière lui correspond bien.

Par contre, nous ne disposions pas de beaucoup de temps pour la séance de pose. Il n’y a eu qu’une seule séance, chez moi, avec mes spots retro en aluminium des années trente comme éclairage. J’avais prévu un drap en lin afin de retrouver les plis du fond des cabines photomaton. Tout est resté très naturel, très détendu, très intime. Nous n’étions pas dans l’approche d’une  photo de studio avec maquillage et pose sophistiquée.

J’ai pris près de deux cents clichés parmi lesquels Mélanie en a choisi quatre.

La relation du créateur à l’œuvre   est elle identique lorsque l’on travaille une photo ancienne, anonyme, récupérée et lorsque l’on travaille avec une photo que l’on a prise soi même ?

Ma démarche créatrice m’amène à coudre et broder sur des photos anciennes, des photos de famille récoltées ici ou là, parfois même acquises chez des brocanteurs, donc que je ne les  capte pas moi-même. C’est donc la première fois que je customise des photos récentes, en couleurs et prises moi-même.

Comme cette fois, j’ai réalisé les prises de vue, j’ai pu anticiper et choisir le cadrage, le format, le fond. Et donc pour répondre à votre question, oui, c’est très différent de customiser une photo ancienne pré-existante et une photo récente dont on est l’auteur. Cela m’a de plus offert une possibilité de re- tirage des images, dans un premier temps assez déstabilisante. La photo ancienne est unique, il n’y a pas de possibilité de repentirs ou alors ils seront visibles et c’est un parti – pris. De la photo récente, on peut effectuer un retirage et recommencer. Le premier tirage des photos de Mélanie, sur papier canson baryté était impossible à travailler. J’ai pu donc tester un autre support mais je me suis imposé de m’en tenir là, de ne pas recommencer plusieurs fois.

Agnès Brezephin : ce que dit la broderie

©Agnès Brezephin

Agnès Brezephin : ce que dit la broderie

©Agnès Brezephin

Comment la broderie ou le graphisme ont-ils contribué à traduire l’image que vous vous faites de l’amazone dans le contexte de ce projet ?

La broderie et le graphisme fonctionnent comme un langage et construisent un récit qui cherche à dévoiler l’indicible. Il ne faut pas y voir une fonction décorative ou ornementale. Pour moi, c’est une forme de langage. Typographe, j’utilise des lettres pour raconter une histoire, ici broderie et graphisme jouent ce même rôle. La photo raconte quatre moments de la vie de Mélanie : Mélanie femme active, Mélanie mère, Mélanie épicurienne , Mélanie amazone. Les éléments ajoutés définissent, décrivent ces différentes facettes de sa vie. Le passage de l’une à l’autre est marquée par la position des mains et des bras qui se rejoignent et structurent la composition. Les trois Mélanie, active, maternelle, épicurienne ont le regard tourné vers Mélanie Amazone.

Les interventions brodées ou dessinées sur les photos sont-elles intuitives ou correspondent-elles à un schéma préétabli qui aurait une signification symbolique ou un autre sens?

Mon processus de création est impulsif. Mes émotions guident mes gestes et mes finitions. Ce  sont mes mains qui décident. Ce sont elles qui racontent pour moi. La broderie, le dessin, les pacotilles ajoutent à mes photos du relief ainsi qu’une dimension poétique. Au premier regard, on remarque les délicats contours brodés, des formes géométriques, ensuite l’œil découvre la présence de Mélanie forte comme une Icône. Le contraste entre le fond et le portrait révèle la complexité de la condition féminine du modèle : être une mère, une femme, une amazone.

Comment définiriez – vous une amazone dans le cadre de ce projet ?

Dans la mythologie, l’amazone est une guerrière  qui choisit de se couper un sein pour mieux tirer à l’arc. Ce qui peut paraître antinomique avec ces femmes qui, elles, ne souhaitaient certainement pas sacrifier un sein. Je dirais que l’amazone n’est pas une guerrière mais une survivante, une triomphante, une femme qui a refusé de baisser les bras, de renoncer.

ITW réalisé par Dominique Brebion

 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aicasc 12249 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte