Magazine Culture

Critiques Séries : Creepshow. Saison 1. Episode 5. Night of the Paw / Times is Tough in Musky Holler.

Publié le 09 novembre 2019 par Delromainzika @cabreakingnews

Creepshow // Saison 1. Episode 5. Night of the Paw / Times is Tough in Musky Holler.


On est ici très loin des meilleures aventures de Creepshow. Ces deux épisodes accumulent à la fois les défauts et les qualités de la série dans des aventures assez médiocres.

« Night of the Paw »
Ecrit par John Esposito, à qui l’on doit l’adaptation de la nouvelle de Stephen King « La créature du cimetière » en 1990, « Night of the Paw » n’est pas vraiment l’histoire la plus palpitante que j’ai vu dans Creepshow. Cette fois-ci il adapte la légendaire histoire de « The Monkey’s Paw » de W.W. Jacobs. Pourtant, même si cet épisode a Bruce Davidson dans ses filets, ce dernier ne parvient pas vraiment à sauver l’aventure d’un funeste destin. Ce dernier aide grandement l’épisode à s’en sortir honorablement, mais malgré un joli twist final, reprenant la mythologie du zombie, j’ai trouvé l’épisode mal fichu. Disons que l’on s’ennuie durant une bonne partie dans l’attente d’une surprise. Malgré un brin d’humour noir bienvenu, j’ai eu l’impression que Creepshow ne cherchait pas vraiment ici à nous surprendre. L’une des forces de la série reste tout de même ses effets spéciaux qui restent jolis (sauf ici la main en feu qui m’a donné l’impression de voir les démons qui brûlent dans Charmed dans les années 90). Que cela soit le maquillage, les costumes, tout est très travaillé et donne forcément envie d’en voir plus.

Cependant, le scénario est ici assez plat et creux, avec énormément de problèmes qui l’empêchent de s'en sortir convenablement. La façon dont le twist est installé notamment est ridicule et surtout mal expliqué par un scénariste qui aurait vraiment pu faire beaucoup mieux.

Note : 4/10. En bref, malgré de bons éléments, la structure de ce segment est assez mal fagotée, laissant un arrière goût amer à la fin.

« Times is Tough in Musky Holler »
Cette seconde aventure ne m’a pas plus plu que la première. Je dirais même que c’est pire ! C’est virement la roulette russe ce genre de séries car l’on ne sait pas ce que chaque aventure peut réellement apporter de bon et ce second segment est décevant à souhait. Ecrit par John Skipp et Dori Miller, on a l’impression ici que la série manque encore des opportunités. Si la base même de l’histoire est bonne, la façon dont se déroule l’ensemble n’a aucun vrai intérêt. Malgré la présence de David Arquette dans le rôle du shérif (ce qui n’est pas sans faire écho à son rôle de flic dans la saga Scream), le segment ne prend pas vraiment en compte tous les personnages. Peut-être est-ce aussi dû au fait que ce segment ne dure que 15 minutes (contre les 30 minutes du premier).

Derrière l’allégorie de l’épisode et la thématique assez similaire au précédent, je trouve qu’il manque clairement d’enjeux aussi. On a l’impression d’être dans un épisode d’anticipation ou post-apocalyptique amusant, puis rapidement l’amusement laisse place à l’ennui et le désintérêt total. Je me demande au fond si cet épisode n’est pas celui qui a eu le plus d’opportunités manquées car il y en a pas mal.

Note : 3/10. En bref, pour David Arquette en flic on va dire que c’est pas mal. Sauf que non, c’est naze.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte