Magazine France

En finir avec tous les tueurs d’abeilles en Europe !

Publié le 10 novembre 2019 par Albert @albertRicchi
En finir avec tous les tueurs d’abeilles en Europe !En janvier dernier, un avis de l'Autorité européenne de sécurité des aliments établissait que le thiaclopride, une molécule commercialisée par Bayer-Monsanto, était probablement un perturbateur endocrinien et un tueur d’abeilles en Europe.

Devant la pression des citoyens européens et de plusieurs ONG, les représentants des États membres de l’Union européenne ont fini par voter l’interdiction de ce néonicotinoïde... 


Le 22 octobre dernier, un comité de représentants des États membres de l’UE a décidé d’interdire le thiaclopride, suspecté de s'attaquer à la thyroïde, aux ovaires et à l’utérus et agissant sur le système nerveux central des insectes, notamment des abeilles, et au moins aussi toxique que les trois premiers néonicotinoïdes qui avaient déjà été interdits par l'UE en 2018. Son autorisation de mise sur le marché ne sera donc pas renouvelée en avril 2020. C’est un succès pour les citoyens européens et les ONG de défense des abeilles et de la nature face à l’agrochimie et sa mainmise sur les institutions européennes pour commercialiser en toute impunité des substances néfastes pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages en Europe.Au sein de l’autorité sanitaire européenne (AESA, en anglais European Food Safety Authority, EFSA) qui décide de la mise sur le marché de nouveaux pesticides en Europe, 7 représentants d’ONG y siègent, contre 38 représentants de l’agrochimie. Malgré cette sous-représentation des ONG, un réseau solide a néanmoins été établi qui permet de surveiller les manœuvres des lobbys à Bruxelles et déjouer leurs attaques sur les abeilles et l’environnement, en informant et mobilisant instantanément les citoyens.Les journaux relaient les informations des ONG (Le Monde, l’Obs, La Vie…) et des scientifiques indépendants pour faire le travail que les autorités sanitaires ne font pas et évaluer l’impact réel des insecticides et fongicides sur les pollinisateurs.Une aide est ainsi apportée aux apiculteurs soucieux de défendre l’abeille locale et aux projets de terrain qui permettent de restaurer un habitat favorable aux pollinisateurs et les préserver des intrants chimiques qui les déciment…Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour protéger durablement les abeilles et l’ensemble des pollinisateurs dont dépend l’alimentation de toute la population. « Petit à petit, les néonicotinoïdes sont interdits en Europe. C’est une bonne chose mais le système qui a permis à ces tueurs d’être mis sur le marché est toujours en place, réagit Nicolas Laarman, délégué général de l’ONG POLLINIS dont la pétition historique pour l’interdiction de ces substances a recueilli plus de 1,3 million de signatures. Notre système d’homologation est obsolète, incomplet et miné par les conflits d’intérêts : des tueurs d’abeilles, des substances nocives pour l’ensemble du vivant, continuent d’être autorisées et renouvelées. »Mais il faut maintenant obtenir une refonte totale des protocoles obsolètes de tests de toxicité pour les abeilles et autres pollinisateurs, menés avant la mise sur le marché de nouveaux pesticides, qui sont actuellement ceux que l’agrochimie avait élaborés pour elle-même il y a 20 ans, et qui permettent la commercialisation et l’utilisation à grande échelle de tueurs d’abeilles comme le thiaclopride, le sulfoxaflor, le flupiradifurone, et des centaines de fongicides comme les SDHI qui sont actuellement en circulation malgré leurs effets délétères sur les abeilles et parfois même la santé humaine...Pour soutenir POLLINIS, Association Loi 190110, rue Saint Marc 75002 Paris---> wwwpollinis.org
Photo Creative Commons  
Lire toutes les infos du blog :
> Les 25 derniers articles> Tous les articles  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Albert 1156 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte