Magazine Info Locale

un jour pourtant

Publié le 12 novembre 2019 par Pjjp44

un jour pourtant

un jour pourtant

un jour pourtant


Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange Un jour de palme un jour de feuillages au front Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche Ah je désespérais de mes frères sauvages Je voyais je voyais l'avenir à genoux La Bête triomphante et la pierre sur nous Et le feu des soldats porté sur nos rivages Quoi toujours ce serait par atroce marché Un partage incessant que se font de la terre Entre eux ces assassins que craignent les panthères Et dont tremble un poignard quand leur main l'a touché Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange Un jour de palme un jour de feuillages au front Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche Quoi toujours ce serait la guerre la querelle Des manières de rois et des fronts prosternés Et l'enfant de la femme inutilement né Les blés déchiquetés toujours des sauterelles Quoi les bagnes toujours et la chair sous la roue Le massacre toujours justifié d'idoles Aux cadavres jeté ce manteau de paroles Le bâillon pour la bouche et pour la main le clou Un jour pourtant un jour viendra couleur d'orange Un jour de palme un jour de feuillages au front Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche"
Louis Aragon "Un jour, un jour" extrait

un jour pourtant


"j'ai changé de maison parce que mon frère m'a crié d'aller me cacher dans la maison à côté parce que lui il pouvait pas bouger un morceau de mur sur ses jambes alors j'ai presque pleuré

mais je me suis retenu parce que je voudrais pas faire comme ma soeur des fois qui pleure dans la cuisine les meubles tombés sur elle et le plafond cassé et papa et maman ne parlent plus alors comme mon frère m'a dit d'aller me cacher dans l'autre maison chez le voisin j'ai couru dans la maison mais y a personne y a que du bruit mon frère m'a crié alors j'ai obéi parce que c'est mon frère et papa et maman j'ai vu leurs pieds seulement leurs pieds et ma soeur sa bouche grande ouverte avec la poussière dedans et mon frère qui m'a crié très fort que je dois me sauver dans l'autre maison pas cassée alors d'accord je voulais prendre mon fusil mais mon frère m'a dit non et il m'a dit de prendre une bouteille d'eau dans la cuisine alors j'ai été chercher et j'ai trouvé une bouteille d'eau mais j'ai pris mon fusil aussi et mon frère a rien dit parce que c'est mon fusil rouge et noir c'est mon père qui me l'a acheté et mon frère il m'a dit t'es encore là j'ai dit oui il parlait bizarre avec une drôle de voix et il m'a dit va-t-en tout de suite alors j'ai obéis et je suis parti avec le fusil et la bouteille d'eau ma soeur elle avait encore la bouche ouverte et les yeux pas tout à fait fermés et ses cheveux avec la poussière et dans l'autre maison où y a juste un monsieur assis sur une chaise au milieu et il dit rien avec les yeux bizarres alors je le regarde mais j'ose pas trop approcher mon frère m'a crié de venir ici et le monsieur répond pas il bouge pas du tout juste un peu une main fait des mouvements sur son genou on dirait qu'il dort les yeux ouverts mais je sais pas trop si ça existe de dormir les yeux ouverts ou alors il fait semblant la télé est allumée mais y a que des zigzags dessus j'appuie sur un bouton et y a un homme qui bouge les lèvres mais j'entends pas il est très bien habillé un micro devant sa bouche et des drapeaux derrière lui il a l'air triste et très sérieux et ensuite je cherche la cave parce que mon frère m'a dit de me cacher dans la cave mais je trouve pas la cave parce que y a beaucoup de fouillis et des morceaux de verre partout les fenêtres cassées et des choses noires par terre et ça sent mauvais et je veux pas demander au monsieur où elle est la cave je vais me débrouiller tout seul alors j'ai ouvert une porte qui a frotté sur les morceaux de verre c'est un escalier qui descend dans le noir j'ai un peu peur de descendre dans le noir mais j'ai mon fusil et ma bouteille d'eau le monsieur regarde par la fenêtre cassée y a des bombes qui explosent mais elles sont plus loin que cette nuit elles sont plus petites cette nuit elles étaient juste au-dessus c'est pour ça que mon frère m'a dit de partir et le monsieur il bouge sa main sur son genou je descends dans la cave il fait très noir sauf à un endroit parce que y a un trou dans le plafond j'ai bu de l'eau et j'attends mon frère il va revenir parce que comme il m'a dit de partir me cacher ici ça veut dire qu'il va venir ici et ma soeur aussi et mon père et ma mère toute la famille viendra là sinon il m'aurait pas dit de partir parce que mon frère il me laisserait jamais tout seul très longtemps et après il fait entièrement noir c'était la nuit et les bombes sont revenues au-dessus très grosses avec beaucoup de bruit et dans mes oreilles y a quelque chose qui fait un bruit tout le temps et aussi quand les bombes sont au-dessus je tremble l'autre nuit les bombes elles étaient au-dessus et tout le monde tremblait ma soeur papa et maman et même mon frère et le matin le plafond était cassé ça veut dire qu'il faut refaire presque toute la maison et toutes les choses dans la maison j'ai regardé par le trou de la fenêtre dans la rue mais mon frère m'a dit de pas regarder et de partir j'ai voulu soulever le morceau de mur qui est sur ses jambes mais c'est trop lourd et mon frère criait que si je pars pas tout de suite il me donnerait une fessée alors j'ai pris mon fusil et la bouteille d'eau et quand j'ai entendu les bombes revenir j'étais dans la cave c'était toute la nuit avec les bombes j'ai bu de l'eau mais surtout j'avais faim j'aurais dû prendre du pain et puis à un moment j'ai pleuré mais c'était pas grave parce que j'étais tout seul et personne m'a vu la lumière est revenue par le trou du mur j'en avais marre d'être dans la cave et comme les bombes sont parties plus loin je suis remonté là-haut j'ai eu du mal à pousser la porte à cause des pierres mais j'ai réussi à passer quand même et là y avait plus rien le monsieur avait disparu sa chaise cassée j'ai juste vu une main par terre je sais que mon frère m'aurait grondé de revenir dans la maison mais je voulais le voir je voulais revenir je voulais lui dire que dans la cave je suis tout seul et que j'ai peur de rester mais j'ai pas pu rentrer dans notre maison parce qu'elle était encore plus cassée qu'avant si j'avais retrouvé mon frère il m'aurait sûrement dit de retourner dans la cave parce que on entendait encore des bombes et même si elles étaient loin elles allaient se rapprocher de la maison la maison plus cassée qu'avant ça veut dire plus de maison juste un grand tas une colline de cailloux je sais pas si mon frère est dans la colline et ma soeur aussi et mon père et ma mère peut-être mon frère a soulevé le morceau de mur qui était sur ses jambes parce que moi j'arrivais pas à le soulever mon frère est beaucoup plus fort que moi alors il est parti et il va venir me chercher avec ma soeur et mon père et ma mère dehors j'avais mon fusil mais pas la bouteille d'eau alors je suis retourné dans la cave la chercher et quand j'étais dans la cave les bombes sont revenues et donc je suis resté et je voyais le jour par le petit trou du mur et c'était un peu rouge j'ai bouché mes oreilles parce que j'étais fatigué j'ai gardé mon fusil dans mes mains et je tremblais je tremble toujours quand y a les bombes et j'ai peur aussi que les bombes elles arrivent sur la maison du monsieur parce que si c'est comme avec ma maison y aura plus rien et comment fera mon frère pour me retrouver il faudra que je parte parce que si les murs de la cave tombent aussi je trouverai une autre cave et mon frère me cherchera mais pour l'instant je préfère rester dans cette cave après je suis remonté pour trouver à manger parce que j'avais faim mais y avait rien dans la maison du voisin y avait plus de maison du tout et tout autour dans la rue y avait plus rien je suis monté sur la colline de cailloux pour regarder loin y avait beaucoup de fumée je suis resté assis en haut de la colline des avions passaient dans le ciel je voyais personne dans les rues que des morceaux de maisons partout j'ai posé mon fusil à côté de moi la bouteille je l'ai coincée dans un trou j'ai attendu et comme j'étais tout en haut de la colline mon frère me verrait et il m'emmènerait ailleurs donc je l'attends et après on reviendra ici on reconstruira une autre maison et y aurait plus de bombes jamais" Olivier Bordaçarre "J'ai presque pas pleuré" source:
Lundi Matin

un jour pourtant

un jour pourtant


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pjjp44 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine