Magazine Médias

What’s your name? Danny Boyle

Publié le 03 décembre 2019 par Bigreblog

Bonjour les Nautes!

Cette semaine, je vais vous parler d’un réalisateur plutôt discret, car même s’il a grandement tendance à faire des pépites, on n’en parle que trop peu à mon gout!

Dites-moi, vous connaissez Danny Boyle, au moins?

😛

Daniel « Danny » Boyle, né en 1956 près de Manchester, est un réalisateur, metteur en scène, producteur et scénariste anglais.

Fils de deux émigrés irlandais, il considère d’abord devenir prêtre avant de se tourner vers le théâtre à l’âge de 14 ans. Il étudie alors à l’University College of North Wales.

Les débuts

Danny commence sa carrière au théâtre, en mettant en scène plusieurs pièces, dont notamment sept productions de la Royal Shakespeare Company.

Il réalise aussi quelques fois pour la télévision, entre autres pour sept épisodes d’Inspector Morse.

En 1994, il fait ses débuts comme réalisateur de cinéma avec Shallow Grave, dans lequel il met en avant deux acteurs encore inconnus: Christopher Eccleston et Ewan McGregor. Le film recevra en 1995 le BAFTA du Meilleur Film Britannique.

Transpotting, 28 jours plus tard, Aramis et les autres…

En 1996, il retrouve donc plusieurs de ses collaborateurs de Shallow Grave pour Trainspotting, adaptation d’un roman de Irvine Welsh. Avec ce long-métrage – qui révèle définitivement Ewan McGregor – les critiques annoncent que Danny Boyle a « réveillé et révolutionné le cinéma britannique ».

En 2000, il adapte un autre roman, The Beach, et choisit Leonardo DiCaprio pour le rôle principal. Ce choix créera des tensions avec Ewan McGregor, jusqu’ici son « acteur fétiche ».

S’enchainent alors les productions, avec 28 days later, Sunshine, tous deux en collaboration avec l’auteur Alex Garland; Millions; et évidemment, Slumdog Millionaire, qui révèle Dev Patel au public et gagne huit Oscars et sept BAFTAs. En 2007, il produit 28 weeks later, suite de son film évènement.

Dans les années 2010, il réalise 127 Hours; Steve Jobs; T2 Trainspotting ou encore Trance.

Once upon a time in 2012…

En 2012, Londres organise les Jeux Olympiques d’été. Danny est choisi comme directeur artistique pour la cérémonie d’ouvertures, qui doit faire honneur à la culture britannique.

Son premier tableau porte sur la Révolution industrielle, avec Sir Kenneth Branagh ou encore J.K. Rowling en invités de marque. La cérémonie est une réussite, vue par plusieurs milliards de téléspectateurs, et la reine propose donc à Danny de l’adouber Chevalier l’année suivante. Il refuse, avançant comme argument qu’il préfère « rester un citoyen comme les autres, et c’est bien ce que la cérémonie mettait en avant ».

Yesterday, all my troubles seemed so far away…

Cette année, il a réalisé, avec la complicité de Richard Curtis, la comédie romantique Yesterday, qui se déroule dans un univers alternatif où les Beatles n’existent pas.

Il a été un temps pressenti pour réaliser No time to die, le 25e James Bond, mais a laissé la place pour différends artistiques.

Danny Boyle est un réalisateur qui sait choisir ses projets. Des projets qui font toujours passer des messages, qui ont une sensibilité certaine et que, quoiqu’il arrive, j’aime regarder encore et encore pour en capter les subtilités.

Et puis, il a révélé mon Ewan et mon Cillian Murphy, et ça, je peux que lui en être reconnaissante ad vitam…

❤

Et si on devait me demander lequel de ses films je préfère? Je répondrais…Sunshine, évidemment.

😛
Et vous?
😉


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bigreblog 1726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte