Magazine Médias

Le Bazar de la Charité (TV)

Publié le 06 décembre 2019 par Bigreblog

Hello mes Nautes! Et tout d’abord, Joyeuse Saint-Nicolas à tous les étudiants et professeurs qui me lisent! ❤

Ajd, pas de TFSA (comme d’habitude), mais un article série quand même! Je profite donc de la fin de la diffusion du Bazar de la Charité sur la Une (en avance sur la France, mouarf) pour vous parler de cette série déroutante, mais superbe!

Je ne spoile rien!

🙂

Synopsis

1987. Paris. L’inauguration du Bazar de la Charité bat son plein, jusqu’à un accident tragique: un incendie fulgurant et d’une intensité rare. Trois femmes vont vivre cet évènement, et leur destinée en restera changée à jamais…

Le Bazar de la Charité (TV)

Les gueux et les autres

N’étant pas française, je n’avais jamais entendu parler du Bazar de la Charité avant la série. Mon frère, lui, l’avait étudié en secondaire (comme quoi, hein, à trois ans près…). Du coup j’arrivais sans rien savoir des conditions, de l’accident ou même des répercussions.

Alors si, évidemment, la série est romancée, dramatisée comme il faut, ça reste passionnant comme sujet.

Je n’aurais jamais pensé tant aimer une série française, car c’est rare, très rare quand j’aime ça, mais est-ce la collaboration d’avec Netflix ou autre chose: j’ai été happée dedans directos sans pouvoir en sortir.

😛

J’ai lu beaucoup de gens qui ont critiqué les anachronismes dans le phrasé, dans les comportements des personnages, mais personnellement, ils ne m’ont pas dérangée, au contraire. Cela rapproche le téléspectateur de ces gens auxquels on peut donc facilement s’identifier.

Et puis, je dois bien avouer, j’ai été scotchée par le jeu de pas mal d’acteurs qui, d’habitude, sont juste à chier. XD

Surprise, we can act!

Du coup, parlons casting.

Nos trois héroïnes, Adrienne, Alice et Rose, sont donc incarnée par Audrey Fleurot, Camille Lou et Julie De Bona, toutes les trois superbes (surtout ma Camille mais je suis blasée).

Autour d’elles, on a, en vrac: Antoine Duléry, génial; Florence Pernel; Stéphane Guillon dans le rôle de sa vie; le joli Victor Meutelet, ou encore Josiane Balasko, terrible.

Mais bon, je ne peux pas ne pas citer le grand méchant, le pourri de chez, interprété par Gilbert Melki qui donne là la prestation de sa carrière. J’ai été scotchée, sérieusement, parce que je ne le connaissais que dans La vérité si je mens. Révélation donc: il fait magnifiquement bien les enfoirés. XD

En conclusion, Le Bazar de la Charité est une surprise, non pas sans défauts, mais qui vaut franchement la peine d’être vu!

Note: 8/10


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bigreblog 1726 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte