Magazine Environnement

Par delà Nature et Culture

Publié le 03 janvier 2020 par Boprat

Synthèse

Schèmes = outils de filtrage / compréhension de l'expérience, outils intégrateurs de l'expérience.
= sources et produits d'une cosmologie, d'une structure de cadrage d'un rapport à soi et au monde.
4 schèmes primaires d'identification = 4 ontologies = " qu'est-ce que je considère comme moi ou différent de moi " = comment j'articule mon expérience entre familiarité et altérite = le moyen général par lequel on établit des différences et des ressemblances entre soi et les autres.

  • Intériorité recouvre une gamme de propriétés tournant autour de la notion d'esprit, d'âme, de conscience, d'intentionnalité, de subjectivité, de capacité à avoir des affects, à signifier et à rêver, bref la croyance universelle qu'il existe des caractéristiques internes à l'être.
  • Physicalité concerne quant à elle la forme extérieure, la substance, les processus physiologiques, perceptifs et sensori-moteurs, le tempérament ou la façon d'agir dans le monde et concerne aussi l'influence des humeurs corporelles, des régimes alimentaires, des traits anatomiques ou des modes de reproduction.


x schèmes secondaires de relation = le don, l'échange, la prédation, la protection, la transmission, la production.

----------------------------------------------------

Poursuivant cette réflexion sur la Nature initiée avec les Achuar, il va ensuite écrire un vaste ouvrage de théorie anthropologique, " Par delà Nature et Culture " (2005) où il va tenter d'identifier ce qu'il appelle des grands schèmes organisateurs de l'expérience. [...] L'ouvrage est ainsi fondé sur le pari abondamment argumenté qu'il existerait quelques schèmes fondamentaux organisant l'expérience humaine. Il identifie des schèmes primaires tournant autour de la question de l'identification (qu'est-ce que je considère comme moi ou différent de moi) et les appellent des ontologies. Il en détecte 4 (Animisme, Naturalisme, Totémisme et Analogisme) puis évoque pour les compléter des schèmes secondaires dits également " schèmes de relation " tournant notamment autour de questions forts débattues en anthropologie comme le don ou de l'échange, auxquels il ajoute les schèmes complémentaires de la prédation, la protection, la transmission et de la production.

Toutes des raisons pour lesquelles D se pose la question de savoir s'il y a une place pour ce que nous appelons la Nature dans une cosmologie qui confère aux animaux et aux plantes la plupart des attributs de l'Humanité. La Nature n'est en tout cas pas ici une instance détachée, objet de l'étude des phénomènes naturels, mais le sujet d'un rapport social.

D nous invite ici à voir que même si les inventions fonctionnent, elles représentent ensemble une politique, un projet spécifique qui ne va pas de soi, qui nous est propre. L'Objectivité que ces procédures ont construites est un rapport au monde particulier. Un rapport qui tend à faire du monde une machine. La coupure entre l'Homme et ce que nous appelons Nature devient par exemple particulièrement totale avec Descartes pour qui même le corps n'est que le fruit de mécanismes et où l'âme seule est régie selon l'intention divine : JE PENSE DONC JE SUIS.

Selon D, le point culminant de cette approche est atteint quand Nature et Culture se sont retranchées dans leurs domaines d'objets distincts [...] c'est avec cette grille de lecture et ces lunettes que vont désormais être étudiés les autres peuples. On croit d'abord que les différences de représentations peuvent être réduites à des phénomènes que les êtres humains n'ont pas su bien s'expliquer autrement. [...] D met ainsi en évidence que le surnaturel est une invention du NATURALISME. C'est-à-dire une tendance qui nous fait trier des connaissances estimées légitimes et illégitimes selon que nous les jugerons comme des résidus symboliques ou des " superstitions " ou comme des faits démontrables par les procédures que la science occidentale à mise en place.

Pourtant, quand un chasseur Achuar chante un " anent " à l'intention du gibier, il ne bascule pas soudain du rationnel à l'irrationnel, d'un savoir technique efficace à la chimère. Toutes ses attitudes participent ensemble au tissu de relations qu'il établit avec son environnement et jouent chacune un rôle dans la configuration des comportements. L'incantation magique n'est pas fonctionnelle parce qu'elle est efficace (en terme de prédation), elle l'est (aussi) en ce qu'elle contribue à caractériser (ici via la manière d'entretenir des relations de personne à personne avec le gibier). Elle est l'une des occasions d'incarner leur manière de se représenter les relations au monde. Un système qui fait ses preuves empiriquement au quotidien

Une manière différente des naturalistes que nous sommes qui produit par exemple une utilisation parcimonieuse et équilibrée de l'environnement dont nous sommes si difficilement capable. Nous qui avons construis un monde qui ne voit plus désormais dans le monde "naturel" que des ressources à exploiter. Nous qui essayions de reconstruire un lien pour nous réinscrire dans des écosystèmes dont nous nous sommes nous-même exclu physiquement et, comme les animistes nous le donnent à penser, également relationnellement.

Il ne faudrait donc pas plus voir des superstitions dans les comportements Achuar tournant autour de la considération des animaux/personnes que dans celui d'une organisation internationale qui interdirait la capture des dauphins et pas celle des harengs sous prétexte qu'au nom de ses valeurs elle décrète l'une "protégée" et l'autre pas. Dans les deux cas, des choix de sociétés sont orientés par des représentations et des valeurs qui ne vont pas de soi

pour les êtres humains, le sens d'une action n'est pas totalement dicté par ses aspects factuels. La chasse par exemple, est perçue comme une danse de séduction pour les Desana (p.473), l'animal est attrapé quand il est séduit et cette prise au maître du gibier sera compensée en rêve quand le chasseur copulera sous forme animale avec une des filles du maître du gibier. Pour les Campa (p.482), la chasse est un don, le gibier répond à une prière et cède son enveloppe charnelle (sans perdre son âme), il n'est donc point nécessaire d'une telle compensation.

Le choix volontairement vague d' intériorité recouvre une gamme de propriétés tournant autour de la notion d'esprit, d'âme, de conscience, d'intentionnalité, de subjectivité, de capacité à avoir des affects, à signifier et à rêver, bref la croyance universelle qu'il existe des caractéristiques internes à l'être.
La physicalité concerne quant à elle la forme extérieure, la substance, les processus physiologiques, perceptifs et sensori-moteurs, le tempérament ou la façon d'agir dans le monde et concerne aussi l'influence des humeurs corporelles, des régimes alimentaires, des traits anatomiques ou des modes de reproduction.
Leur rapport est parfois étroit et interdépendant ou au contraire relativement distinct, mais c'est précisément le propos d'étudier les différentes modalités d'ontologies, soit les rapports pouvant exister entre ces deux entités et les rapports qu'elles induisent avec les autres et le monde.
[...]

[...] le monde serait DIVERS EN SON ESSENCE, complexe et varié. [...]

Ces civilisations et groupes vont pourtant avoir besoin - dans un monde menacé sans cesse par l'anomie - de tenter de nouer des liens entre les existants. Et c'est dans ses méthodes qu'on trouvera le point commun qui les relient et le choix de D pour le nom d'ANALOGISME.

On est en effet dans des mondes où l'on va installer toute une série de rapports entre le MACROCOSME ET LE MICROCOSME (notamment grâce à des analogies faite de MÉTAPHORES, de MISES EN ABÎME, de SYMÉTRIES, D'ENGLOBEMENTS ou de DÉDOUBLEMENTS (ce qui explique pourquoi on y retrouve tant de " JUMEAUX "). Les relations y sont articulées dans des JEUX DE RÉPULSION ET D'ATTRACTION.

[...] Ces chaines signifiantes tissent ainsi entre elles une dense toile qui répond au constat initial désespérant que " rien ne va de soi ", qu'au fond, grâce à toute une série de procédures " TOUT EST DANS TOUT ". Cet univers définit ainsi les choses par des POSITIONS RÉCIPROQUES. L'un existe par rapport à l'autre, et CHAQUE ÉLÉMENT N'ACQUIERT DE SENS ET DE FONCTION QUE PAR RAPPORT AU TOUT.

L'épistémologie de tels univers synthétise et théorise dans des ouvrages comme le YI KING (qui articule 5 éléments à huit trigrammes fondamentaux) un SYSTÈME DE CORRESPONDANCES entre des organes, des directions, des saisons, des émotions et des éléments de paysages pour arriver aux 64 états possibles de quelque chose, à savoir aussi bien l'état d'une personne, que d'une guerre, d'une transaction commerciale, d'un problème familial, politique ou même agricole. Telle l'astrologie ou la numérologie, ces SCIENCES DU " GRAND TOUT " permettront à ces peuples [de penser] [...]

Une autre manière de relier tout en considérant des légions de différences consiste à produire des HIÉRARCHIES faites d'ÉCHELLES, d'ÉTAGES et de NIVEAUX

Pour citer les exemples les plus vertigineux de conception de la personne faite de multiples composants en partant des plus simples on croit voir un RÉSIDU D'ANALOGISME dans la PSYCHANALYSE qui compose l'intériorité de trois instances (MOI, ÇA ET SURMOI), mais elle n'est pas aussi complexe que la représentation des BAMBARA pour qui " maa " la personne doit composer avec " maaya " (LES PERSONNES DE LA PERSONNE). Etat de fait qui date de la genèse, lorsque le démiurge ayant créé les êtres, vu qu'aucun n'était apte à devenir son interlocuteur, et préleva alors une partie de tous les existants pour les mélanger afin de FAIRE UN ÊTRE HYBRIDE : L'HOMME. Perspective pas tout à fait étrangère aux Hommes des trois religions révélées qui seraient fait à l'image de Dieu.

Le foisonnement intérieur atteint enfin probablement son paroxysme, chez les DOGONS où la diversification des composants pour ne parler que de leur intériorité, attribue huit âmes à chaque être, (...) des âmes intelligentes, des âmes de sexe, de corps, deux couples d'âmes jumelles de sexe opposé. Chaque enfant recevant un ensemble spécifique. Comme je l'ai dit plus haut, parce que la frontière avec l'intérieur et l'extérieur est floue et que l'influence d'autres niveaux est toujours en jeu, LA POSITION DU TOUT PEUT ÊTRE CHANGÉE À CHAQUE RITE de passage, ou cérémonie collective, ou chaque ensorcellement. Chaque Dogon forme ainsi un alliage composite absolument unique d'une quantité prodigieuse de composants matériels et immatériels pouvant se mouvoir chaque jour au gré des circonstances et des échanges avec les autres.

Une instabilité qui explique pourquoi ce système voit comme une NÉCESSITÉ DE MAINTENIR ACTIFS ET EFFICIENTS LES CANAUX DE COMMUNICATION ENTRE CHAQUE PARTIE.

Par delà Nature et Culture

Par delà Nature et Culture

Par delà Nature et Culture

Par delà Nature et Culture


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Boprat 715 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte