Magazine Insolite

Bientôt une note environnementale sur nos vêtements

Publié le 12 février 2020 par Golem13 @Golem_13

Parmi plusieurs mesures, la loi anti-gaspillage promulguée mardi 11 février prévoit l'instauration d'une notation de " A " à " E " pour nos vêtements d'ici la fin du quinquennat Macron. Ce sur la base de critères environnementaux. Le dispositif permettra ainsi de distinguer les bons des mauvais élèves d'une industrie textile souvent pointée du doigt pour son impact environnemental.

A, B, C, D ou E

Le système est déjà bien connu des consommateurs. Nutri-score pour les produits alimentaires, étiquettes énergies concernant les automobiles, mais aussi les produits électro-ménagers. Et même l'immobilier.

La note affichée sur les étiquettes ira de " A " pour les moins polluants jusqu'à E pour les plus impactants. Le calcul de ce résultat devrait logiquement prendre en compte les matières premières et produits synthétiques utilisés. Ainsi que les émissions de CO2 nécessaire à la fabrication du produit. Mais les facteurs exacts de classification restent à définir par le gouvernement.

Brune Poirson, secrétaire d'Etat à la Transition écologique a déclaré que l'objectif était de définir une " méthodologie forte " d'ici 18 mois. Laquelle ferait ensuite l'objet d'un décret pour entrer en vigueur avant d'ici 2022.

J'étais ce matin avec les acteurs clés de l'industrie #textile et @ademe afin de travailler à l'application d'un affichage environnemental sur les vêtements 👗👖

Avec la #LoiAntiGaspillage & la future directive européenne du #GreenNewDeal, la mode 🇫🇷 doit imposer ses standards ! pic.twitter.com/L32FikLvtS

- Brune Poirson (@brunepoirson) February 11, 2020

Le textile, deuxième industrie la plus polluante...

... Après le pétrole ! Le projet de notation sur les étiquettes répond donc à une urgence. L'objectif est d'obliger les géants du vêtement à modifier leurs modes de production par la pression des consommateurs. Étant supposé que ces derniers inclineraient à acheter des " A " plutôt que des " E ".

Pour rappel, il faut en moyenne 10 000 litres d'eau d'un bout à l'autre de la chaîne p our fabriquer un simple jean. L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) rappelle également que ce produit nécessite plusieurs voyages avant d'être vendu, depuis la récolte de coton en Asie à la livraison aux quatre coins du globe.

Au total, la mode émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.

Dans le monde, chaque année, près de 100 milliards de #vêtements sont vendus. Connaissez-vous l'impact environnemental de leur production ?

Demain, @brunepoirson réunit des fabricants #textiles pour échanger à propos de l'affichage environnemental.

L'@ademe vous en dit plus ⤵ pic.twitter.com/E0SEXEX5oF

- Ministère Écologie 🇫🇷 (@Min_Ecologie) February 10, 2020

Et retrouvez ici la récente alliance de Diesel et Coca-Cola sur une collection capsule à partir de matériaux recyclés.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Golem13 2330373 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines