Magazine France

Constitution / contributions…

Publié le 18 juillet 2008 par Philippe Thomas

J’ai bien du mal à comprendre l’attitude paradoxale de François Hollande, exprimant en principe la position officielle du PS, refusant de voter la réforme des institutions qui sera proposée lundi au Congrès. Sur bien des points, cette réforme va pourtant exactement dans le sens de ce qui était proposé naguère par bon nombre de socialistes et pas les moins « à gauche ». Citons seulement l’accroissement des pouvoirs du Parlement, visant à un meilleur contrôle de l’exécutif, et les renforcement des droits de l’opposition parlementaire (comptabilisation des temps de parole, droit de réponse, droit d’obtenir des commissions d’enquête).

Alors quoi ? Que demande le peuple ? On m’objectera qu’à cette saison, Populo s’en fout. Mais quid du bon peuple des députés socialistes ? A quoi bon s’enferrer dans une attitude de refus systématique à Sarkozy au moment où celui-ci propose une réforme dont le moins qu’on puisse dire qu’elle a pleinement intégré des propositions de l’actuelle opposition ? Si le PS –et avec lui probablement le reste de la gauche- en vient à refuser toute avancée sous prétexte qu’elle vient de la droite et singulièrement de Sarkozy, cela relève d’un sectarisme bête à pleurer. Je crois, comme Jack Lang, que « tout progrès est bon à empocher ». Là-dessus, Lang a très bien parlé dans son interview sur le site du nouvel obs même si l’on peut sourire de son pudique bottage en touche à propos de son vote lundi.

Dès lors, comment expliquer le « niet » annoncé du PS autrement que comme un de ces jeux tactiques politiciens que chacun déplore quand ce n’est pas lui qui s’y adonne ? Car la partie n’est pas gagnée d’avance pour Sarkozy : une majorité des 3/5e étant requise au Congrès, il faudra rallier des voix au-delà de la seule droite… Malicieusement, un vieux gaulliste évoque sur son blog le Mitterrand dénonçant le « Coup d’état permanent » et s’installant sans rien changer surtout dans le fauteuil constitutionnel de la 5e République… Le PS actuel craindrait-il, une fois revenu aux affaires, de gouverner selon les principes vertueux de notre constitution une fois réformée ? Ou s’agirait-il tout bêtement d’infliger un échec à Sarkozy, au mépris des progrès que porte la réforme ? Et dire que la « contribution » présentée par François Hollande pour le congrès de Reims s’intitule sans complexe : « Donner une cohérence à la Gauche et un espoir à la France ». Pour la cohérence, c’est pas gagné…

PS : Comme d’habitude, le PS est bien plus doué en contributions qu’en constitution. Je viens de recevoir le pavé de 258 pages grand format (A4) et écrit petit rassemblant les 21 « contributions générales » en vue de Reims. Encore plus touffues, les « contributions thématiques » devraient suivre bientôt. J’en causerai peut-être un de ces jours si j’en ai le courage…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippe Thomas 103 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte