Magazine

Kris

Publié le 17 juin 2008 par Kristff

Grosse pression. L’équipe de France joue ce soir sa qualification pour les quarts de finale de l’Euro. Bien que je n’y crois pas tant que ça, je serai devant l’écran à regarder et supporter. Comme une gnose généralisée et populiste. Le foot. Le sport. La compétition. Le ballon rond. Une passion. Une personnification en ces joueurs qui courent pour nous, quelque part sur ce parterre plus ou moins glorieux, plus ou moins foulé, plus ou moins glané.

Quelque part, quand on pense foot et supporter, le modèle vient bien d’Outre-manche, où supporter est religion. Le football britannique est l’un des sports national les plus influents sur la culture globale du pays. Et notamment sur la musique. La Grande-Bretagne et le football. La Grande-Bretagne et le rock. Deux couples à deux maîtresses qui aiment parfois s’acoquiner en ménage à trois. Socialement et sociologiquement, les grandes tendances populaires ont tendance à converger en présence d’un ennemi commun. Dans les années 80, l’oppresseur fut la Dame de Fer, tandis que des groupes comme Sham 69 ou les Undertones s’inspirent de la jeunesse et de la culture des stades.

Si aujourd’hui Kasabian est hymne des stades et des simulations de foot, il ne faut pas non plus oublier la raison principale de cet attachement au foot : sa simplicité, ses valeurs, son universalité. En Angleterre plus qu’ailleurs, le foot est une question sociale, marquant les divergences de classe, les oppositions de perspectives politiques. Car le foot est un palliatif comme un autre, un cache-misère comme un autre, un paravent illusoire, donnant cette impression d’appartenir à un tout, lorsque soi-même n’ayant rien. Que l’on soit paumé dans sa vie avec pour seul ancre le foot comme Arab Strap, ou que l’on vive un drame et que le football est un moyen de montrer sa communion et sa compassion comme Glasvegas, ce terrain d’entente, ce sol commun que l’on foule tous est un moyen parfois de se raccrocher, oublier, et apporter cette joie que l’on ne trouve pas par soi-même.

Lorsque le stade et les joueurs exultent à la victoire, on aime à croire que quelque part, on y est un peu pour quelque chose.

( ♫ ) Sham 69 - If The Kids Are United [mp3]
Disponible sur Tell Us The Truth (Polydor, 1978) [acheter l'album]

( ♫ ) The Undertones - Teenage Kicks [mp3]
Disponible sur The Undertones (Sire, 1978) [acheter l'album]

( ♫ ) Kasabian - Club Foot [mp3]
Disponible sur Kasabian (RCA, 2004) [acheter l'album]

( ♫ ) Arab Strap - The First Big Weekend [mp3]
Disponible sur The Week Never Starts Round Here (Chemikal Underground, 1996) [acheter l'album]

( ♫ ) Glasvegas - Flowers And Football Tops [mp3]
Disponible sur le single Daddy’s Gone (Sane, 2007)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kristff 14 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte