Magazine Nouvelles

Nuit d’ivresse

Par Dagi @carnetspirales

Sous les arcades du palmier en zinc
La chaleur de la nuit me rend dingue
En terrasse, un verre à la main
Nous parlons, de tout de rien

De petits marchands de cigarettes
Assaillent des marins en guinguette
Soldats et légionnaires enivrés
Se mêlent à une foule bigarrée

Dans les quartiers, les bars font le plein
Des filles à soldats, le cœur sur la main
S'offrent, en échange de bien peu
L'alcool coule à flot, l'air est en feu

Demain, sur les pistes du Nord
Sous nos yeux, d'autres décors
Les montagnes comme forteresses
Très loin de cette nuit d'ivresse

Au loin, les hauts plateaux d'Abyssinie ...

Un dernier adieu à René Haller, caporal au 5 ième RIAOM à Djibouti, en 77 et poète à ses heures. retrouvé là-haut, Rimbaud et Monfreid, avec lesquels tu partages sans doute une petite absinthe. Adieu l'ami. Veuillez trouver ici l'adresse de sa page facebook avec ses textes : RATURES ET RÉCIDIVES

Photo en provenance du blog : notre séjour à Djibouti (forêt du Day)

Nuit d’ivresse
Nuit d’ivresse

12 Octobre 1977, au soir

Dernière nuit avant de partir pour le nord. Nous profitons de celle-ci pour une virée au quartier. Un resto au lac Assal, puis la tournée des bars une partie de la nuit. L'alcool et les filles nous emportent dans une nuit de folie.

13 octobre 1977, début d'après midi :

Perception de l'armement et des boites de rations. 15h, direction la base aérienne, où nous attend un nord atlas. Assis sur un banc de bois, la ville défile sous nos yeux. La vue que j'ai de Djibouti est magnifique. Nous survolons le port, le golf de Tadjoura, puis la terre ferme. Enfin, Assa-gela sa piste précaire et quelques bâtiments du GNA. La température au sol est supportable. Nous attendons la nuit et l'arrivée des camions à proximité d'un oued. Le convoi arrive, les chauffeurs sont des légionnaires de la 13 DBLE. On s'entassent dans les bahuts, des T46. Parfois, la piste longe des canyons très profonds, en bas, éclairés par la lune, quelques cadavres de Land . Puis nous continuons à pied, on nous accorde une heure de repos. Je m'endors roulé dans ma toile de tente. Nous partons pour plusieurs heures de marche. Le paysage est fantastique. L'allure est soutenable, la piste très caillouteuse, ce qui plus tard deviendra difficile. Nous faisons quelques pauses, à chaque fois je m'endors. Puis, nous arrivons à Randa, petit village perdu dans une profonde vallée.

14 octobre 1977

Réveil à 6h, de jour le paysage est magnifique, dans le ciel des aigles tournoient, au sol une trentaine de chèvres nous tient compagnie. Les habitants sont très sympas avec nous. À la source, je trouve de l'herbe et des arbres. Après avoir rempli nos gourdes, nous repartons en direction du Day ....

Le retour se fera par la forêt du Day, une marche de nuit, dans un autre monde, qui nous ramènera à Tadjoura. A l'embarquement, j'échangerai avec un gosse, une boite de ration contre une bouteille de fanta glacée. La traversée du golfe pour rejoindre Djibouti, se fait sur des barges de débarquement, allongé sous un bahut, je m'endors ...

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dagi 35684 partages Voir son profil
Voir son blog