Magazine Société

Jackson Hole, de Karel Gaultier

Publié le 01 juin 2020 par Francisrichard
Jackson Hole, de Karel Gaultier

S'il n'y avait pas la rivière Snake, qui serpente et alimente la petite agglomération, Jackson Hole ressemblerait à un désert en pleine montagne: sommets enneigés, prairies à perte de vue, sapins sur les coteaux, et le bleu du ciel, de la rivière, du lac.

Chaque année, depuis 1982, un symposium économique a lieu dans ce trou de Jackson. Il réunit l'élite de la finance mondiale dont la prétention est de rien de moins que d'améliorer la condition humaine:

A travers des échanges d'idées libres par tous moyens, ainsi que par des convocations régulières, le Jackson Hole Economics veut offrir une orientation vers de meilleures solutions pour les générations futures, et tous les êtres qui peuplent la planète.

Avec son titre, Karel Gaultier annonce donc tout de suite la couleur. Il s'agit pour lui de faire faire au lecteur, avec son roman, un tour dans les coulisses des financiers qui ont pour ambition de mener le monde.

S'il y a de nombreux protagonistes, pour la plupart des gouverneurs de banques centrales, il en est un qui sort du lot, un certain Matteo Andreani, qui a fait fortune dans des opérations de bourse automatisées.

D'une intelligence supérieure, il a été surnommé le Devin parce qu'il sait anticiper les cours sur les marchés de valeur, comme sur les marchés de devises. En réalité, il y parvient grâce à de savants algorithmes.

Ces algorithmes sont conçus par un ami autiste pour prévoir la survenance et la magnitude de séismes sur Terre. Matteo en fait un usage détourné que cet ami ignore et qui, certainement, ne lui plairait pas.

Matteo a d'autres ambitions que d'être trader, fût-il couronné de succès. Un accident d'avion dans lequel périssent des gouverneurs de banques centrales, dont celui de la BCE, lui en offre l'opportunité.

Matteo, fin manœuvrier, en devient le président. Confronté à une crise internationale, il débat avec ses collègues banquiers de solutions, qui sont devenues classiques depuis la création des banques centrales.

Les banques centrales, depuis deux siècles pour les plus anciennes, manipulent les taux d'intérêt à la hausse ou à la baisse, créent de la monnaie ex nihilo et depuis Keynes prétendent relancer l'économie.

Si les connivences des banques centrales avec les politiques sont connues, celles avec les mafias de tous pays le sont moins. En tout cas elles permettent des enrichissements indus des uns au détriment des autres.

La création d'une monnaie digitale perturbe momentanément le jeu convenu entre tous ces acteurs politiques et financiers. Mais force est de constater qu'il est difficile d'ébranler longtemps un tel mondialisme.

Une crise économique peut être créée à tous moments par ceux qui croient être seuls à savoir ce qui est bon pour les autres. L'actualité en est l'illustration et les remèdes habituels ne permettent pas de la résoudre.

Francis Richard

Jackson Hole, Karel Gaultier, 448 pages, Slatkine & Cie


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine