Magazine Société

Château Charbon, de Yasha Breen

Publié le 19 septembre 2020 par Francisrichard
Château Charbon, de Yasha Breen

J'ai commencé à accompagner les gens parce que le rythme de leurs pas m'intéressait. Ils allaient comme ça, chemin faisant, ils avaient tous des démarches particulières, et faisaient des tas de trucs. Je les accompagnais, je les écoutais, je les regardais. Et je rentrais, rempli de leurs pas, de leurs histoires, de leurs vies et j'écoutais de la musique.

Quand Marceau dit qu'il accompagne les gens, c'est une façon de dire qu'il les suit. Il ne cherche pas à leur faire de mal. C'est simplement un solitaire en quête de compagnie, d'amitié. Il est patient et a tout son temps, parce qu'il n'a pas besoin de travailler.

Ainsi accompagne-t-il jusqu'à son travail la fille du bus. C'est comme ça qu'il l'appelle au début, en attendant de connaître son vrai nom. Il l'accompagne un jour jusque chez elle, mais il n'est pas plus avancé parce qu'il ne sait pas quelle est sa boîte aux lettres.

Dans le passé, il a fait la connaissance d'Anne-Marie: il l'a accompagnée, accostée et elle ne l'a pas rejeté. De temps en temps il la voit. C'est devenu une amie. Elle a compris qui il était et l'a mis en garde de ne pas aborder comme ça les gens qu'il accompagne.

Schwartz vit en colocation avec Ruby. Ruby est bibliothécaire; Schwarz un petit dealer, qui plus est un petit voleur. Avec l'expérience il muscle son jeu: Il vend plus, il vole mieux, il est meilleur qu'avant. Bientôt il pourra réaliser son rêve: s'installer au Cambodge.

Dans une zone d'activités se trouve Château Charbon. Ces locaux désaffectés hébergent une association culturelle et sportive en vertu d'un bail précaire et d'un loyer symbolique. C'est immense et tortueux: on n'avait pas baptisé cet endroit château pour rien.

Dans ce château, l'une des divinités figure sur un grand dessin accroché dans le couloir du premier étage du bâtiment principal. C'est la Hyène, une Guerrière au repos, ravie et repue après une partie de chasse, à flanc sur l'herbe sèche, nimbée d'une lumière lunaire.

Avec habileté, Yasha Breen tisse peu à peu les liens entre ces quatre personnages et ce château que fréquente l'un d'entre eux. Le lecteur doit être attentif s'il veut suivre les méandres de cette histoire forte qui a pour protagonistes des jeunes gens d'aujourd'hui.

Accompagner les gens comme le fait Marceau n'est toutefois pas sans risques et périls. Il ne faut pas qu'il oublie tout ce qui lui a martelé Anne-Marie. Il ne faut pas qu'il se laisse guider par une curiosité, qui, sans l'être toujours, peut être un défaut, vilain et cuisant...

Francis Richard

Château Charbon, Yasha Breen, 224 pages, Slatkine & Cie


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine