Magazine Bons plans

Un message de l'au-delà : l'Esprit du Roi Louis II de Bavière fait la réclame d'Allan Kardec

Publié le 30 septembre 2020 par Luc-Henri Roger @munichandco

Un message de l'au-delà :  l'Esprit du Roi Louis II de Bavière fait la réclame d'Allan Kardec

L'Esprit du Roi Louis II est encore apparu
dans un numéro du Jugend en 1908


Le Progrès spirite, l'organe de la Fédération spirite universelle (Paris) et de la Société d'études psychiques (Genève, Suisse) rappelait dans ses éditions des 5 et 20 octobre 1899 que la medium dénommée Soeur Espérance avait reçu en 1887, le jour de la Saint Louis,  les révélations de l'esprit du roi Louis II de Bavière. Le message spirite de Louis II était précédé d'une note d'introduction de la rédaction. Dans son message, Louis II nous rappelle qu'il a été trompé par sa fiancée... et, par la suite, rappelle qu'il s'est opposé à l'ultramontanisme (et donc à l'église catholique). Le véritable message du Christ, soutient-il, nous a été révélé par Allan Kardec...Édition du 5 octobre 

MESSAGE SPIRITE[Note de la rédaction]        Le 25 août dernier, pendant qu'on fêtait la Saint Louis, notre conversation se porta naturellement sur cet anniversaire, et notre pensée s'attacha à l'Esprit de Louis IX de France, qui fut l'un des principaux guides inspirateurs d'Allan Kardec, ainsi que le président spirituel du groupe si sérieux et si important que le Maître avait fondé autour de lui. Cet anniversaire de la désincarnation de saint Louis fut aussi celui de l'incarnation de cette âme d'élite (quoique hélas ! souvent incomprise) qui fut LouisII de Bavière, ce souverain qui cultiva si noblement les arts et les sciences, dont la vie fut un modèle de pureté et dont la fin tragique, mystérieuse, émotionna le monde entier.    Ne pouvant oublier le cher souvenir de plusieurs messages reçus par elle de Louis II, il y a une douzaine d'années, notre soeur « Espérance » nous proposa de nous montrer un de ces messages, qui semble avoir quelque rapport avec certaines prophéties répandues depuis peu. Nous avons cru devoir mettre celle communication sous les yeux de nos lecteurs, en lui conservant son caractère, son tour particulier, et jusqu'à la simplicité de certaines formes littéraires, afin de laisser absolument intacte la personnalité de l'Esprit. (Il est à remarquer que le style de celte dictée d'outre-tombe diffère de celui qui est propre au médium.)(N.D.L.R)[Le message spirite de Louis II]    Y a-t-il une fleur plus acceptable que celle de la prière pour les souffrants ? Mon but est de rapprocher tous ceux qui ont jadis fait le mal contre moi, soit incarnés, soit désincarnés, afin que je puisse leur en faire la lecture pour leur bonheur.    Ne pouvant faire cette lecture que par l'intermédiaire d'un instrument matériel, j'ai tenté, pour arriver à mes fins, d'impressionner l'esprit d'un de mes médiums, afin qu'elle puisse transmettre ces impressions mentales sur le papier.    Ce médium fut ma compagne bien-aimée, dans une existence antérieure (1), mais elle m'avait trompé avec son page d'honneur.    Au comble du désespoir, je lui fis subir une mort violente.    Ce crime, je l'ai expié dans ma dernière existence terrestre, en subissant une mort terrible et violente ! Quant aux instruments de mon supplice, ils ont inconsciemment servi à réhabiliter mon Esprit— déjà épuré par le repentir de cette faute d'un lointain passé. Alors, non seulement je leur pardonnais ma mort pénible, mais je les bénissais du fond de mon coeur.   Me voyant libre, j'ai voulu, dorénavant, me consacrer à l'oeuvre de la régénération de tous ceux qui m'ont fait jadis du mal, — afin qu'ils puissent me rejoindre dans un monde meilleur, où le crime et la calomnie sont inconnus.    Ainsi, pour moi, il est arrivé que ma réparation est accomplie. Ma dernière existence terrestre s'est passée sans tache, car je n'ai jamais fait de tort à personne. Je ne me suis jamais laissé séduire non plus par les tentations de la vie, aussi séduisantes fussent-elles en apparence.    La véritable passion de ma vie était celle de chercher à procurer le bien-être à mes peuples, en leur laissant la conscience libre. Pour ce but, j'ai lutté, pendant toutes les années de mon règne, contre l'envahissement du parti ultramontain, avec ses vieilles superstitions qui ne sont plus admissibles de nos jours.    Afin que mes vœux puissent être réalisés, j'ai poursuivi mes études, avec un enthousiasme sans bornes, sur la doctrine spirite ; j'étais convaincu qu'elle était la plus pure, celle qui se rapprochait le plus des enseignements du Christ.    Allan Kardec, le maître, l'apôtre de cette foi, avait achevé de former (formuler) une doctrine complète, d'après l'inspiration de ses Guides. C'étaient ses oeuvres qui m'avaient enseigné ma propre foi, et je voulais qu'elles fussent répandues parmi mes peuples. D'autres influences intervinrent pour détourner mes desseins.   Quant à mes ennemis — les leçons qu'ils devront apprendre dans l'adversité ne seront pas perdues, pourvu qu'ils arrivent à comprendre leurs torts envers celui qui ne leur a jamais fait de mal, au contraire, qui n'a voulu que leur bien-être !    Ces ennemis peuvent devenir même les instruments de la réhabilitation de ma mémoire — qu'ils ont ternie par leurs calomnies.    La vérité sur mon histoire sera connue à mesure que les coupables qui m'ont persécuté se repentiront de leurs mauvais actes ; car c'est alors qu'ils reconnaîtront leurs torts et qu'ils chercheront la réparation par la confession complète de leurs méfaits, en reconnaissant de vive voix que ma foi inébranlable dans la doctrine spirite avait été le mobile de tous les actes de mon règne et de ma vie.    Que Dieu se hâte de délivrer le monde de toutes les mauvaises traditions qui l'enchaînent aux cultes matériels, si contraires à son bonheur, l'empêchant de recevoir les avantages d'un enseignement qui met sa condition sociale et morale hors des contrariétés de la persécution ou du despotisme. Sans cette régénération dans ses croyances, le monde ne sera jamais heureux.    Que mes peuples se rappellent mes paroles et qu'ils les tiennent dans leurs coeurs !   Ce serait leur meilleur tribut d'hommages à la mémoire de celui qui fut leur roi, de celui qui a voulu leur enseigner la vérité selon les lumières de sa foi — ce qui est la Foi de la nouvelle Dispensation, divinement annoncée par l'Esprit de Vérité (dont Allan Kardec fut l'Apôtre — le Révélateur), et qui est le Consolateur promis avec tant de clarté par l'envoyé de Dieu, le Christ.  Priez, ô mes peuples! que les paroles de celui qui fut votre Roi soient exaucées, et qu'ainsi, en embrassant cette Foi, vous soyez délivrés de vos présents fardeaux matériels et moraux, afin que vous puissiez devenir libres d'agir selon vos propres et puissants voeux.ESPRIT Louis de Bavière.Édition du 20 octobre
MESSAGE SPIRITE
Suite 
  Combien de fois n'ai-je pas voulu vous épargner les ennuis de votre fardeau de superstitions ecclésiastiques — tout en essayant de trouver le moyen de répandre parmi vous ces vérités divines !    Mais, hélas ! il était hors de mon pouvoir de faire marcher mon projet, — l'unique, puis-je dire, que j'avais au fond du cœur, puisqu'il était pour moi la clef de la porte de votre émancipation ; car vous auriez été délivrés de ce joug vieux et étroit apporté par les émissaires de Rome.    Pensez à moi, et, quand vous m'appellerez, je serai avec vous en Esprit, et plein d'amour pour vous, ô mes peuples bien-aimés !    Et je veux que vous m'écoutiez, en me prêtant vos serments dévoués, afin que vous suiviez loyalement les conseils que je vous envoie par mon Esprit, comme jadis vous m'avez toujours suivi et obéi quand j'ai été parmi vous dans mon corps matériel.    Puissent mes vœux être exaucés !    Comptez sur le dévouement de votre roi, — celui que vous avez appelé le bien-aimé de ses peuples, et qui, maintenant, vous appelle tous, tous, à partager sa félicité et ses jouissances dans le Royaume des Cieux — le Royaume de Dieu, — le Roi de tous.    Pour que ce but soit atteint, ô mes peuples ! il faut apprendre, étudier, pratiquer les enseignements de la foi spirite, car muni des connaissances de la doctrine spirite, le monde deviendra plus apte à comprendre ces lois, telles qu'elles sont et telles qu'elles ont toujours été.    Cherchez-le dans les œuvres divinement inspirées d'Allan Kardec, qui a reçu la mission de répandre la Vérité partout, et qui a fait tout ce qui était en son pouvoir pour achever sa tâche. Que Dieu lui accorde les fruits de ses labeurs ! — si pénibles en raison de l'opposition des adversaires ecclésiastiques et temporels, qui n'ont agi que par orgueil et pour la conservation de leur ancien pouvoir sur l'esprit de leurs semblables.    Que les retardataires aient soin de n'être pas surpris dans leur obstination, lorsque, vers la fin de ce siècle, les Errants viendront prendre une autre incarnation parmi les Incarnés!    Il est à souhaiter que les flots de ces réincarnations ne viennent pas engloutir les pécheurs et les viveurs dans leurs vagues impitoyables !    Car alors, mourant de désespoir, ils seraient relégués dans les mondes inférieurs pour expier leur dureté de cœur.    Les enseignements du Maître, Allan Kardec, ayant été écoutés par les âmes fidèles, le moment redoutable n'aura aucun effet mauvais sur elles, puisqu'elles seront préparées, n'ayant négligé ni enseignements ni pratiques. Pour elles, les événements ne seront point effrayants, quand même les forces de la nature seraient en pleine action; car il y aura des conflagrations, des inondations, des ouragans et des commotions de toutes sortes.    Les peuples de la terre, voyant ces catastrophes, deviendront plus attentifs aux préceptes de leurs Bons Guides Spirituels, et reviendront à la doctrine du Christ, — celle de l'Esprit de Vérité!(MESSAGE SPIRITE À MES PEUPLES, envoyé par l'Esprit de Louis II de Bavière, 13 juillet 1887.)

Enfin, l'Esprit de Louis II vous invite à la lecture :
  J'invite les lectrices et lecteurs que l'histoire des Habsbourg et des Wittelsbach passionne à découvrir les textes peu connus consacrés à mon ami le prince héritier Rodolphe réunis dans Rodolphe. Les textes de Mayerling (BoD, 2020).Un message de l'au-delà :  l'Esprit du Roi Louis II de Bavière fait la réclame d'Allan KardecVoici le texte de présentation du recueil  (quatrième de couverture):   Suicide, meurtre ou complot ? Depuis plus de 130 années, le drame de Mayerling fascine et enflamme les imaginations, et a fait couler beaucoup d'encre. C'est un peu de cette encre que nous avons orpaillée ici dans les fleuves de la mémoire : des textes pour la plupart oubliés qui présentent différentes interprétations d'une tragédie sur laquelle, malgré les annonces répétées d'une vérité historique définitive, continue de planer le doute.   Comment s'est constituée la légende de Mayerling? Les points de vue et les arguments s'affrontent dans ces récits qui relèvent de différents genres littéraires : souvenirs de princesses appartenant au premier cercle impérial, dialogue politique, roman historique, roman d'espionnage, articles de presse, tous ces textes ont contribué à la constitution d'une des grandes énigmes de l'histoire.Le recueil réunit des récits publiés entre 1889 et 1932 sur le drame de Mayerling, dont voici les dates et les auteurs :1889 Les articles du Figaro1899 Princesse Odescalchi1900 Arthur Savaète1902 Adolphe Aderer1905 Henri de Weindel1910 Jean de Bonnefon1916 Augustin Marguillier1917 Henry Ferrare1921 Princesse Louise de Belgique1922 Dr Augustin Cabanès1930 Gabriel Bernard1932 Princesse Nora FuggerLe dernier récit, celui de la princesse Fugger, amie de la soeur de Mary Vetsera, est pour la première fois publié en traduction française. Il n'était jusqu'ici accessible qu'en allemand et en traduction anglaise.Luc-Henri Roger, Rodolphe. Les textes de Mayerling, BoD, 2020. En version papier ou ebook (ebook en promotion de lancement).Commande en ligne chez l'éditeur, sur des sites comme la Fnac, le Furet du nord, Decitre, Amazon, etc. ou via votre libraire (ISBN 978-2-322-24137-8)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Luc-Henri Roger 35935 partages Voir son profil
Voir son blog