Magazine Échecs

La star des échecs oubliée qui a battu les hommes 90 ans avant le «jeu de la dame»

Publié le 28 novembre 2020 par Chess & Strategy @Chess_Strategy

Notre sélection de jeux/livres/logiciels - Cours d'échecs - Jeu en ligne


Vera Menchik a étonné le monde des échecs en éliminant des adversaires masculins de haut niveau dans les années 1920 et 1930.

Traduction de l'article de Michael S. Rosenwald du Washington Post.

Vera Menchik affronte 20 adversaires simultanément à l'Empire Social Chess Club de Londres en 1931. (Bettmann Archive)

Ci-dessus, Vera Menchik affronte 20 adversaires simultanément à l'Empire Social Chess Club de Londres en 1931 (Archive Bettmann).

On vit actuellement une période d'euphorie pour les échecs. Les échiquiers s'arrachent comme des petits pains. Les librairies voient leurs étagères vidées des livres pour apprendre le jeu des échecs. La raison: Beth Harmon, une orpheline devenue prodige des échecs du Kentucky qui, dans les années 1950 et 1960, a dominé ce jeu réputé typiquement masculin, battant les grands maîtres les uns après les autres.

En fait, Beth Harmon n'a jamais existé. Elle est la star fictive du « Jeu de la dame », traduction française du titre «The Queen’s Gambit», la série à succès de Netflix basée sur un roman de 1983 de Walter Tevis. Les passionnés d'échecs l'appelant, selon les mots de Chess.com, «La vraie vie de Beth Harmon».

Anna Taylor-Joy interprétant Beth Harmon dans « Le Jeu de la dame »  (Phil Bray/Netflix)

Ci-contre, l'actrice Anna Taylor-Joy interprétant le rôle de Beth Harmon dans « Le Jeu de la dame » (Photo Phil Bray/Netflix)

Elle s'appelait Vera Menchik.

Elle est née l'hiver 1906 à Moscou. Contrairement à Harmon, qui a passé ses années d’enfance dans un parc à roulottes, la famille de Menchik était prospère. Ils possédaient un moulin et Vera Menchik a fréquenté une école privée pour filles.

Puis vint la révolution russe.

« Tout a alors changé », selon un article du Chess Magazine de 2019 relatant sa vie. « Les Menchiks se sont retrouvés au milieu d'une guerre civile et ont vécu sous un régime qui traitait avec suspicion les richesses même modérées. Le moulin a été confisqué. La famille a dû partager sa maison avec d'autres et l'a finalement complètement perdue. »

Vera Menchik a été contrainte de changer d'école. C'était tout un changement, comme elle l'a décrit plus tard dans une lettre de 1943 au Chess Magazine:

"Pendant l'hiver 1919-20, l'école que j'ai fréquentée a été pendant un certain temps sans eau, chauffage ou lumière électrique, mais les cours ont continué et les élèves, vêtus de leurs manteaux et chapeaux doublés de fourrure, ont lu à la lumière de quelques scintillements de bougies ou d'une lampe à huile. Ensuite, environ une heure de marche était requise pour rentrer chez soi dans la neige, car tout le trafic s'est arrêté après les heures de travail."

Pour se réconforter, elle s'est tournée vers les échecs, un jeu que son père lui a appris à l'âge de 9 ans. Mais, ce ne sont pas seulement les retombées de la révolution russe qui ont laissé à Vera Menchik le cœur lourd. Ses parents ont divorcé. Son père, d'origine tchèque, est retourné en Tchécoslovaquie. Sa mère, originaire d'Angleterre, y est revenue avec Vera et sa sœur Olga.

Vera Menchik ne parlait pas anglais, alors elle se jeta avec toute son âme dans les échecs, rejoignant un club local et prenant des cours privés. Le jeu convenait à son incapacité à communiquer. Dans sa lettre au Chess Magazine, elle a écrit:

"On m'a souvent demandé, qu'est-ce qui m'a fait opter sérieusement pour les échecs ? Il semblerait que l'atmosphère de silence et de tabagisme excessif ne soit pas appropriée pour une jeune femme. C'est vrai! Dans d'autres circonstances de la vie, il ne me serait pas venu à l'esprit de passer du temps de cette manière, mais les échecs sont un jeu calme et donc le meilleur passe-temps pour une personne qui ne parle pas correctement la langue."

Elle a immédiatement excellé, d'abord dans les matchs locaux, puis régionaux, puis nationaux, puis internationaux. Lorsque le premier championnat du monde d’échecs féminin a eu lieu en 1927, Vera Menchik l'a remporté. Lorsqu'elle a continué à gagner des matchs féminins, souvent très facilement, elle a jeté son dévolu sur les hommes, devenant la première femme à jouer dans des tournois masculins.

Vera Menchik les a battus aussi.

En 1929, à l'âge de 23 ans, elle a attiré l'attention internationale après avoir défait Akiba Rubinstein, un grand maître polonais. Pourtant, de nombreux joueurs masculins de haut niveau l'ont rejetée. Plus tard dans cette année-là, elle a joué dans ce que le Chess Magazine a appelé «le tournoi d'échecs le plus puissant depuis la fin de la Première Guerre mondiale».

Vera Menchik dans la fin des années 20. (ullstein bild/Getty Images)

Ci-contre, Vera Menchik fin des années 20. (Ullstein Bild/Getty Images)

Lors de l'événement, un joueur de haut niveau autrichien nommé Albert Becker se montrait assez arrogant avant de jouer face à Menchik.

Le fameux club Vera Menchik.

"Messieurs, j'ai une excellente idée", a déclaré Becker à quelques amis avant le match. «Je suggère de créer un club nommé Vera Menchik. Ceux qui parviendront à perdre un match contre elle deviendront membres à part entière du club. Ceux qui feront nulle ne seront considérés que comme des candidats à l'adhésion. »

Becker est devenu le premier membre du club. Les journaux du monde entier ont couvert ses matchs. Jouant dans plus d'un trentaine de tournois masculins, Vera Menchick a continué à battre de nombreux joueurs de haut niveau, même si elle avait des problèmes avec les Russes de la super-élite. Pourtant, ses résultats étaient remarquables.

« Vera Menchik a réalisé quelque chose qui était impensable à l'époque: défier les meilleurs joueurs d'échecs masculins », a écrit Chess.com dans un article célébrant une femme qui est « presque oubliée aujourd'hui ».

Une affiche sur les échecs

En 1937, Vera Menchick épousa Rufus Henry Streatfeild Stevenson. « C'était une personnalité d'échecs de force modérée dans le jeu », a écrit Robert B. Tanner, dans «Vera Menchik: une biographie de la première championne du monde d'échecs féminine». C'était le deuxième mariage de Stevenson avec une star des échecs. Sa première femme, Agnes Lawson Stevenson, est décédée après avoir accidentellement marché dans une hélice d'avion en rotation. Stevenson était en mauvaise santé et Vera a passé beaucoup de temps à s'occuper de lui, souvent au détriment de la participation à des tournois.

Il mourut en 1943, au plus fort de la Seconde Guerre mondiale. Un an plus tard, Vera participait à un tournoi. «C'était un tournoi éliminatoire et elle avait remporté ses trois premiers matchs, se qualifiant pour les demi-finales», a écrit Tanner. «Son prochain match devait être joué le 27 juin.»

Le 26 juin 1944, il y eut un raid aérien nazi sur Londres. Vera vivait avec sa mère et sa sœur dans une banlieue de Londres. Une roquette a frappé leur maison, les tuant tous instantanément. "Non seulement la famille a été anéantie", a écrit Tanner, "mais ses trophées aussi.". Elle avait 38 ans.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chess & Strategy 4330240 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines