Magazine Culture

One Chicago - Chicago Med (Saison 6, épisode 3), Chicago Fire (Saison 9, épisode 3) & Chicago P.D. (Saison 8, épisode 3)

Publié le 14 janvier 2021 par Delromainzika @cabreakingnews

Après deux épisodes, les trois séries Chicago nous quittaient déjà. C’est enfin le moment de retrouver tous ces petits personnages dans des aventures qui pour le coup ne changent pas forcément de ce que l’on a déjà vu l’an dernier.

Chicago Med // Saison 6. Episode 3. Do You Know the Way Home?.

Les deux premiers épisodes de Chicago Med étaient plutôt sympathiques, loin de certains problèmes que la série a connu en saison 5. En réorganisant un peu les intrigues et les personnages, la série parvient à s’élancer vers un certain potentiel qui me plaît. Ce que je regrette c’est sa mécanique qui est certes bien huilée mais qui donne l’impression que l’on refait encore et encore les mêmes choses. Will démontre qu’il n’a pas appris à sa leçon, celle de respecter les voeux de ses patients. Will n’est pas mon personnage fétiche mais l’épisode a le mérite de connecter intelligemment les problèmes de certains personnages avec une intrigue autour de la série et donc un cas médical. L’intelligence de la série est de sortir un peu des sentiers en remettant aussi en cause les choix des médecins de la série (et leurs égos par la même occasion).

Quand Maria a débarqué, je me suis demandé si elle avait le droit d’arrêter le traitement. Le fait qu’elle soit le gardien de Rueben ne lui donne pas forcément le droit de prendre des décisions médicales dans son dos tant qu’il est conscient. La série ajoute donc des éléments qu’elle aime ajouter sur le milieu médical et la façon dont les traitements peuvent être administrés (en fonction aussi du caractère légal de la chose). C’est intéressant et cela permet de se plonger autrement dans cette partie de l’épisode. Will en tout cas démontre une fois de plus que ce n’est pas la meilleure personne dans ce genre de circonstances. Mais cela ajoute du piment d’un point de vue narratif et permet de reprendre Chicago Med sur de bons pieds. L’implication de Will et Maggie dans la vie médicale de Rueben est une bonne idée bien que j’aurais par moment préféré que la série aille un peu plus loin. D’un autre côté nous avons Choi. Ce n’est pas mon personnage favori et je dois avouer que la série fait encore pas mal d’erreurs qui peuvent devenir assez ennuyeuses. Je n’ai pas l’impression que Chicago Med cherche à me donner envie d’aimer Choi. Mais cet épisode est clairement centré sur le choix des patients et la façon dont les médecins doivent prendre des décisions.

C’est une occasion de développer des cas médicaux pas forcément originaux mais d’en faire ressortir un véritable propos réellement passionnant. La série revient aussi sur le côté humain et le fait que les séniors ont parfois besoin plus d’attention et de soutien qu’ils n’en ont réellement dans le monde médical. Peut-être que Chicago Med est en train de s’améliorer sur sa façon de gérer ses intrigues et j’ai hâte de voir ce qu’ils nous réservent encore pour la suite de la saison.

Note : 6/10. En bref, un retour en force et plutôt passionnant pour l’équipe du Chicago Med.

Chicago Fire // Saison 9. Episode 3. Smash Therapy.

Après deux mois de pause, je dois avouer que je n’ai pas grands souvenirs de ce qui s’est passé en dehors de l’accident de la fin du premier épisode (qui était sensé être le cliffangher de fin de la saison 8). Et vous savez quoi ? Ce nouvel épisode était une fois de plus à côté de la plaque compte tenu des attentes que j’ai envers la série. Cet épisode n’offre rien de neuf, pas de grands changements ni de ligne directrice qui donne envie de poursuivre l’aventure. Ce n’est pas que « Smash Therapy » est totalement raté mais disons que la série rabâche une fois de plus tout ce qu’elle a déjà fait précédemment et que cela commence à devenir légèrement lassant. Je me demande cependant si cet épisode n’était pas prévu pour être un épisode comme les autres et pas vraiment prévu pour être l’épisode du grand retour après la pause hivernale.

A la fin de l’épisode précédent, Casey et Brett partageaient enfin leurs sentiments. Cette relation n’est pas ce que je préfère. Je sais bien que les fans de Chicago Fire aiment les amourettes de ce genre là mais personnellement je suis bien plus ennuyé par cette partie du récit qu’autre chose. C’était pourtant une fin intéressante pour l’épisode précédent mais elle n’a aucun vrai intérêt ici. C’est comme si la série avait balancé des trucs mais à l’instar de l’épisode 2 face au cliffangher de l’épisode 1, la série ne construit rien autour de tout ce qu’elle laisse en plan. La structure de l’histoire manque de spontanéité et de surprises alors que l’on a plus l’impression de plonger dans un truc ronronnant et pas spécialement travaillé. Je trouve ça dommage. Pour ce qui est des cas de la semaine, l’idée qu’un drone coupe le nez d’une personne me rappellerait presque l’humour de Years & Years lorsqu’un politicien se fait décapiter. C’est assez graphique aussi dans cet épisode, ce qui me donne envie de vous prévenir en avance pour vous éviter de manger en même temps. J’ai testé et je ne valide pas vraiment.

La série en vient alors aux « smash therapy ». C’est un truc qui est de plus en plus à la mode et puis voir Brett s’éclater à détruire un drone c’est plutôt amusant. C’est la partie légère de l’épisode, qui permet aussi de contrebalancer avec le côté horrible de voir un nez coupé en deux. Je pourrais ajouter à cela l’intrigue de voir Boden tenter d’être gentil est amusant et permet de se reposer entre deux moments moins light. Chicago Fire a encore des efforts à faire pour que je suis complètement remis des erreurs que la saison fait. La série a peut-être fait son temps aussi après tout avec neuf saisons au compteur, elle recycle un peu trop.

Note : 4.5/10. En bref, l’épisode n’est pas « raté » à proprement parlé mais disons qu’il n’a pas l’allure d’un retour sur les chapeaux de roues.

Chicago P.D. // Saison 8. Episode 3. Tender Age.

Ce que j’aime avec ces soirées Chicago c’est le fait que ma série préférée de l’univers est toujours la dernière. Depuis le début de la saison, Chicago P.D a repris les hostilités lancées l’an dernier autour d’Atwater. C’était l’une des meilleures intrigues que Chicago P.D ait délivré depuis pas mal d’années et « Tender Age » ne déroge pas à la règle des bons épisodes. La série est une fois de plus lancée sur des pistes intéressantes pour la suite tout en délivrant du cas de la semaine intelligent et soigné. Que demander de plus en somme ? La série me rappelle ici le bon vieux temps lorsque les épisodes étaient en grande partie centrés sur des cas de la semaine. Cela fait même très longtemps que l’équipe n’avait pas une affaire qui permettait de les suivre ensemble et travailler ensemble. Le meurtre de toute la famille de Makayla est une sordide affaire mais Chicago P.D vient remémorer ce qu’elle faisait de bien auparavant.

De plus, l’affaire était intéressante par la façon dont elle est conduite avec intelligence. La série décide de mettre toute l’histoire sur une jeune fille innocente qui permet d’ajouter une vraie dimension émotionnelle. Tout cela permet aussi de reprendre les erreurs de Burgess dans la saison précédente et de le confronter une fois de plus à son passé. Voight de son côté est quelqu’un que j’aime beaucoup dans sa façon d’être quelqu’un qui veut la justice. D’ailleurs, l’intrigue lancée dans les deux épisodes précédents sur le fait qu’il est obligé de suivre les règles de la police a un peu disparu par la même occasion. C’est quelque chose qui n’est pas nouveau dans Chicago P.D et je me demande si les scénaristes se souviennent parfois des intrigues qu’ils lancent. Ils ne font même pas référence dans cet épisode à ce qui s’est passé avec Atwater dans les deux précédents et les policiers racistes. Comme si cela n’avait jamais existé.

Mais dans un sens, cela fait plaisir aussi de voir que Chicago P.D peut faire d’autres choses que ses intrigues saisonnières et prendre le pari de jouer tout sur un cas de la semaine. Le tout en reprenant intelligemment la mécanique de la série. Je ne sais pas ce que la série compte faire avec Burgess aussi tant les intrigues dans lesquelles on peut la lancer pour la saison ne me font guère envie mais avec Chicago P.D on peut être surpris. En somme, ce retour est réussi car il nous remet dans le bain sans nous ménager et c’est pile poil ce dont j’avais besoin.

Note : 6/10. En bref, retour réussi à l’ancienne.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delromainzika 18158 partages Voir son profil
Voir son blog