Magazine France

Sarkozy et Obama : raisons et récupération

Publié le 25 juillet 2008 par Juan
Sarkozy et Obama : raisons et récupération
Nicolas Sarkozy reçoit Barack Obama ce vendredi 25 juillet. Les raisons de s'afficher avec le candidat démocrate à l'élection présidentielle américaine sont nombreuses et évidentes. Mais on devrait se réjouir de cette rencontre.
En finir avec Bush
La proximité de Sarkozy avec Bush en devenait gênante. Eric Besson avait même un temps qualifié Sarkozy d'atlantiste. Suivre notre président s'empresser de saluer Bush, de renforcer le dispositif militaire français en Afghanistan, d'excuser la résistance diplomatique française contre la guerre en Irak était insultant pour l'image du pays.
Ce temps sera peut être terminé.
Obama, une chance pour la France ?
l'attitude pragmatique et éthique d'Obama en matière de politique étrangère devrait être une bonne nouvelle (toute relative) pour le monde. Obama pense davantage à l'Afghanistan qu'à l'Irak.
"Pour le peuple d'Afghanistan, et pour notre sécurité commune, il faut terminer le travail, a-t-il dit. L'Amérique ne peut pas le faire seule. Le peuple afghan a besoin de nos troupes et des vôtres ; de notre soutien et du vôtre pour vaincre les talibans et Al-Qaida, pour développer son économie et pour l'aider à reconstruire son pays." (source)
Obama tient un discours plus équilibré sur le Proche Orient et, notamment, le conflit israélo-palestinien. Lors de sa récente visite en Israël, il a assuré l'Etat hébreu de "son indéfectible soutien." Que dire de moins ou de plus ? Il est caricaturé par l'extrême droite républicaine américaine comme un fondamentaliste musulman. Sur l'Irak, il s'est engagé à retirer les troupes de combat américaines en 2010, quand son opposant républicain de 72 ans expliquait qu'il était prêt à rester une centaine d'année s'il le fallait.
Sarkozy et Obama : raisons et récupération
Obama, une image pour Sarkozy ?
Nicolas Sarkozy aurait tout à gagner à s'afficher proche et souriant auprès de Barack Obama. Le candidat démocrate est d'abord jeune, et cela fait chouette et moderne sur les photos de s'afficher à côté. Ensuite, Obama est métisse. Sarkozy sera tenté d'afficher une proximité pour cette simple étiquette colorée, comme il a brandi Rachida Dati, Fadela Amara ou Rama Yade comme les cache-sexe de diversité d'un parti de blancs bourgeois. Enfin, Obama est "de gauche", suivant les critères américains. Nicolas Sarkozy adore se réclamer proches des hommes politiques de gauche des autres pays que le sien. C'est une façon de cliver utilement le débat national.
Mais Sarkozy a peu de points communs avec Obama
Primo, Sarkozy semble préférer le candidat républicain. Il a déjà reçu deux fois John McCain. Le candidat républicain (qui préfère le Viagra à la pilule) a eu droit aux honneurs alors qu'il n'était même pas assuré de gagner les primaires américaines, la première fois en juillet 2007, puis en mars dernier. En matière de relations internationales, Obama parle d'unité et d'ouverture, des dangers communs plutôt que des ennemis communs.
"Le XXIe siècle s'est ouvert sur un monde plus interdépendant que jamais dans l'histoire humaine. (...) Mais ce rapprochement a entraîné de nouveaux dangers qui ne peuvent pas être endigués par les frontières ou les océans" (source)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte