Magazine France

Pendant l'été, le social aussi est soldé

Publié le 27 juillet 2008 par Juan
Les vraies réformes sont votées l'été.La session extraordinaire s'est ainsi achevée mercredi 23 juillet au soir Le Parlement n'a pas chômé pas en ce début d'été. Les lycéens et les professeurs sont en vacances, les Français pensent aux soldes.
Mercredi 23 juillet, le service minimum à l'école était adopté par l'Assemblée Nationale. La loi loi prévoit désormais dans les écoles maternelles et primaires un service minimum d'accueil en cas de grève ou d'absence "imprévisible" d'un professeur. Ultime ironie de l'ex-lobbyiste des industies du tabac devenu député UMP, Frédéric Lefebvre: "La majorité ne boude pas son plaisir d'aborder à la fin de cette session ce texte si symbolique qui montre le volontarisme politique" sur un sujet sur lequel "personne n'avait le courage de légiférer."
Le même jour, le Sénat a définitivement voté le texte surla réforme du temps de travailainsi que la loi de modernisation de l'économie (LME). Le premier texte a suscité un mouvement de protestion des cadres le lendemain. Le texte porte de 218 à 235 jours le seuil maximal de travail pour les salariés au forfait, principalement des cadres, "sauf accord contraire conclu dans une entreprise ou une branche."
Dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 juillet, l'Assemblée a adopté, après le Sénat, le projet de loi sur les droits et devoirs des demandeurs d'emploi. C'est la fameuse "offre raisonnable" d'emploi qui va entrer en vigueur ces prochains mois. Un confrère chômeur vous explique sur son blog combien il devient compliqué de rester chômeur et motivé en Sarkofrance.
Le même jour, l'Assemblée a aussi voté la suppression progressive d'ici 2012 de la dispense de recherche d'emploi (DRE) dont pouvaient bénéficier les chômeurs âgés de plus de 57,5 ans.
Jeudi 24 juillet, la réforme de la carte militaire était annoncée : 83 sites supprimés, 33 déménagements d'une ville à l'autre, et la la disparition de 54.000 postes dans la défense; 20 régiments ou bataillons, 11 bases aériennes et une base aéronavales vont être fermées, "ainsi qu'une série d'unités de moindre importance." Après la fermeture de tribunaux, la sanction est rude pour certains territoiress. Fillon a promis une enveloppe de 320 millions d'euros pour les "territoires les plus touchés," et le redéploiement de 5.000 postes de fonctionnaires parisiens d'ici 2012 (source).
"Amertume" à Cambrai, où le maire (DVD) François-Xavier Villain "attend maintenant que des annonces de compensation soient faites", après la confirmation de la fermeture de la base aérienne qui emploie 1.500 personnes.
Dans l'Est, particulièrement touché par la réforme, le maire PS de Metz Dominique Gros s'est dit "extrêmement choqué et scandalisé" de la suppression de la base aérienne et d'autres unités.
La dissolution du 8e Régiment d'artillerie de Commercy (Meuse) place cette commune de 7.000 habitants "dans une situation très inconfortable", a déclaré son maire Bernard Muller, invoquant "un manque à gagner de 20 millions d'euros pour la collectivité". (source)

Lundi 28 juillet, les ministres de la Santé et du Budget ont annoncé leurs plans de réduction du déficit de la sécurité sociale. Le principe fondateur de cette dernière, la solidarité nationale, est depuis longtemps mis à mal. Mais les brèches les plus importantes sont récentes. Surtout, les économies pénalisent d'abord les plus démunis (ceux qui n'ont pas d'assurances complémentaires, les familles nombreuses, les malades de longue durée, etc)
7,9 millions de Français sous le seuil de pauvreté
envoyé par Rive-gauche
Lire aussi:
Sécurité Sociale, le temps des inégalités"

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 51795 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte