Magazine

Parkings relais : pourquoi pas a andernos avec les parkings du stad et celui de la place camille goubet

Publié le 26 juillet 2008 par Jean-Robert Bos

TRANSPORTS. --Depuis deux semaines, l'opération parking relais combine à la fois navettes et stationnements gratuits pour se rendre au cœur de la cité arcachonnaise

http://www.sudouest.com/260708/vil_gir_arcachon.asp?Article=260708aP2811334.xml

Pratique et gratis

Parkings relais : pourquoi pas a andernos avec les parkings du stad et celui de la place camille goubet

Trouver une place de stationnement au cœur de l'été en bord de mer est un véritable casse-tête. Et les rares emplacements libres, souvent payants, allègent sensiblement le portefeuille des automobilistes. Depuis deux ans, la mairie d'Arcachon tente d'apporter une solution au problème, en mettant à disposition des visiteurs un parking relais.

600 places. Concrètement, les personnes qui le souhaitent peuvent garer leur voiture à l'entrée de la ville, sur un parking gratuit de 600 places aménagé près du lycée Condorcet. Ensuite, les automobilistes n'ont plus qu'à prendre une navette, gratuite elle aussi, qui effectue des rotations entre le parking et le centre-ville toutes les quinze minutes en moyenne (lire encadré ci-dessous).
Cette année, le service a débuté le samedi 12 juillet. Il semble faire l'unanimité. Robert et Martine, originaires de l'Hérault, utilisent le parking relais pour la première fois : « C'est vraiment une très bonne initiative. Quand on ne connaît pas une ville, on ne sait pas trop où se garer », confie le touriste Montpelliérain. Stéphane, originaire de Dijon, a ainsi pu visiter Arcachon à moindre frais : « Je suis arrivé à 9 heures. J'ai garé ma voiture et je suis parti me promener en ville. Franchement, c'est pratique. En plus, ça permet d'économiser quelques euros de parcmètre .»
Sur le parking, des emplacements sont également réservés aux camping-cars. Une aubaine pour Yvon et Martine, qui utilisent ce moyen de locomotion. « C'est toujours compliqué de garer un grand véhicule. Le parking nous simplifie la vie », observent-ils.

Guides touristiques. En prime, les chauffeurs des navettes s'improvisent parfois guides touristiques. Pendant le trajet, qui dure environ cinq minutes, Marcel, conducteur du minibus, évoque ainsi de la création de la ville d'hiver à des passagers curieux : « Les usagers sont vraiment agréables. On échange beaucoup avec les touristes », confie le chauffeur, qui partira en retraite à la fin du mois. « Ce contact avec la clientèle me manquera », avoue-t-il.
À l'inverse, le dialogue est plus difficile avec les quelques automobilistes indisciplinés. « Certaines personnes garent leurs voitures sur l'emplacement réservé aux navettes. Il faut parfois batailler pour les faire partir. Ils ne comprennent pas qu'on manœuvre difficilement avec le grand bus », déplore Annick, la conductrice.
Mais globalement, les allers-retours s'enchaînent rapidement et sans encombre, pour le plus grand bonheur des touristes et de leurs chauffeurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Robert Bos 885 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte