Magazine

Les proNetaires

Publié le 29 juillet 2008 par Anne-Caroline Paucot

Avec les robots et le développement de l'intelligence artificielle, on a un temps imaginé que la technologie supprimerait les travaux ingrats. Il n'en fut rien. Le Net a fait apparaître des nouveaux boulots pénibles.

Dans la liste, on a par exemple les farmers. Au début du siècle les farmers étaient des joueurs qui, contre rémunération, permettaient à d'autres joueurs de passer des étapes délicates. Les farmers étaient la plupart du temps des jeunes chinois qui travaillaient dans des conditions inhumaines pour de riches américains. Aujourd'hui, les farmers sont tous ceux qui travaillent pour performer l'image numérique d'un autre. Création de fils d'information, écriture de commentaires, posts divers, photos, montages créatifs, recherche d'amis... En référence aux nègres qui écrivaient des livres pour un autre, on les nomme aussi les black.

On a aussi les méchaniciens qui font des travaux que les ordinateurs ne peuvent pas faire ou du moins en utilisant peu de ressources. Les mécaniciens vont par exemple repérer les personnes qui sourient sur une photo ou choisir dans une série de photos d'immeubles celle qui montre le plus clairement la façade d'un commerce donné. Le nom vient de Mechanical Turk qui, fut, outre un automate du 18e se présentant comme un joueur d'échec, un service mis en place par Amazon, un géant du commerce.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Caroline Paucot 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte