Magazine Gadgets

Ottawa Life Magazine maintient son portrait cinglant de la police d’Ottawa: documents déposés au tribunal

Publié le 04 août 2021 par Mycamer

Liens du fil d’Ariane

  1. Nouvelles locales

Le rapport du magazine a déclaré que la gestion de la misogynie endémique au sein de la force a été un désastre effréné depuis que Sloly a été nommé chef.

Auteur de l’article :

Gary Dimmock

Date de parution :

03 août 2021il y a 3 heures3 minutes de lecture 5 commentaires

Le magazine Ottawa Life a déposé une défense dans la poursuite intentée contre lui et son éditeur par le chef de police d'Ottawa Peter Sloly.
Le magazine Ottawa Life a déposé une défense dans la poursuite intentée contre lui et son éditeur par le chef de police d’Ottawa Peter Sloly. Photo de Julie Oliver /Postmédia

Contenu de l’article

Ottawa Life Magazine maintient son portrait cinglant du Service de police d’Ottawa dans son édition de mars et déposera une requête en irrecevabilité Le procès en diffamation du chef Peter Sloly comme rien de plus qu’une tentative de museler la liberté d’expression à propos d’une force de police en difficulté avec un leadership moche.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Mark Bourrie, l’avocat représentant Ottawa Life Magazine et son éditeur sans restriction Dan Donovan, a déclaré qu’il déposerait une requête en rejet de la poursuite en tant que SLAPP (poursuite stratégique contre la participation publique) à la première occasion.

Si le procès de Sloly aboutit un jour, la défense du magazine sera ancrée dans la vérité – arguant que leurs déclarations sur la force et son leadership étaient vraies et que les commentaires étaient fondés sur des faits, selon la déclaration de défense du magazine, déposée le mois dernier.

Sloly a déposé une poursuite personnelle en diffamation de 150 000 $ au début du mois de juin après la publication par Ottawa Life Magazine de « Viols et mensonges – l’inconduite cancéreuse au service de police d’Ottawa » dans son édition du 10 mars.

Le rapport du magazine a déclaré que la gestion de la misogynie endémique au sein de la force a été un désastre effréné depuis que Sloly a été nommé chef.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« En raison de la culture misogyne au sein du SPO, les femmes qui dénoncent leurs agresseurs sont souvent confrontées au silence ou au sexisme, à l’intimidation et aux réactions négatives », a rapporté le magazine.

Le magazine a noté qu’après que le chef adjoint Uday Jaswal a été inculpé en interne en raison d’accusations de harcèlement, d’autres employées ont déposé des plaintes pour harcèlement sexuel et agression. Le magazine a qualifié la réponse du chef Sloly de surprenante.

“Le 25 mai 2020, (Sloly) a déclaré que” à moins que les femmes en dehors des services de police ne soient touchées, les noms des policiers reconnus coupables d’actes répréhensibles contre leurs homologues féminines ne devraient pas être identifiés car il s’agit d’une affaire interne “”, lit-on dans l’article.

Le magazine a également déclaré que Sloly et l’exécutif de la FPO ont examiné ou examiné les plaintes des employés de la FPO avant de lancer une enquête « indépendante ».

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le magazine n’a souligné que certains des policiers de la force suspendus avec solde alors qu’ils faisaient face à un procès pénal, affirmant qu’il y avait trop de cas trop imprimés.

Dans le procès, Sloly prétend que l’article du magazine l’a faussement dépeint comme un menteur corrompu, incompétent et stupide. Sloly affirme également que l’histoire n’était pas seulement diffamatoire mais malveillante, fausse et faisait partie d’une campagne bizarre visant à ruiner sa réputation.

Rien n’a été prouvé en cour et la poursuite n’a pas encore été autorisée à se poursuivre devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Sloly, 54 ans, a demandé au magazine de supprimer la version en ligne de l’histoire, de la rétracter et de s’excuser, mais Ottawa Life Magazine a refusé de reculer et a l’intention de défendre vigoureusement ses reportages devant les tribunaux, si le procès est approuvé par un juge. .

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Bourrie, l’avocat représentant le magazine, a déclaré qu’il était “important pour la démocratie que les médias aient le droit de critiquer la police et les responsables des services de police”.

« De nos jours, les questions policières sont au centre de la politique partout en Amérique du Nord pour de très bonnes raisons », a-t-il expliqué.

«Je crois que ce procès satisfait au test d’un SLAPP. M. Donovan (et) le magazine Ottawa Life sont soumis à un processus de litige potentiellement coûteux et stressant simplement parce qu’ils ont essayé de partager leurs préoccupations concernant les services de police à Ottawa avec le public. Des poursuites comme celle-ci envoient un message aux autres journalistes qu’ils seront poursuivis s’ils font du journalisme similaire.

Bourrie a déclaré que le magazine réclamerait également des dépens contre Sloly.

Le chef de la police a déclaré que l’article du magazine s’apparentait à du journalisme imprudent, agrémenté de mensonges malveillants qui n’ont servi qu’à le ridiculiser et à détruire sa carrière, selon des documents judiciaires.

La poursuite en diffamation du chef de la police a également cité des critiques qui ne le concernaient pas, notamment des remarques tranchantes sur ses patrons au sein de la commission des services policiers.

Si la poursuite personnelle de Sloly contre le magazine est couronnée de succès, il dit qu’il fera don des profits au Club Garçons et Filles d’Ottawa.

www.twitter.com/crimegarden

crimegarden@gmail.com

Partagez cet article sur votre réseau social

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Logo Ottawa Citizen Headline News

Inscrivez-vous pour recevoir les nouvelles quotidiennes d’Ottawa Citizen, une division de Postmedia Network Inc.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia Inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300

Merci pour votre inscription!

Un e-mail de bienvenue est en route. Si vous ne le voyez pas, veuillez vérifier votre dossier de courrier indésirable.

Le prochain numéro d’Ottawa Citizen Headline News sera bientôt dans votre boîte de réception.

Nous avons rencontré un problème lors de votre inscription. Veuillez réessayer

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail Les paramètres.



Liens du fil d’Ariane

  1. Nouvelles locales

Le rapport du magazine a déclaré que la gestion de la misogynie endémique au sein de la force a été un désastre effréné depuis que Sloly a été nommé chef.

Auteur de l’article :

Gary Dimmock

Date de parution :

03 août 2021il y a 3 heures3 minutes de lecture 5 commentaires

Le magazine Ottawa Life a déposé une défense dans la poursuite intentée contre lui et son éditeur par le chef de police d'Ottawa Peter Sloly.
Le magazine Ottawa Life a déposé une défense dans la poursuite intentée contre lui et son éditeur par le chef de police d’Ottawa Peter Sloly. Photo de Julie Oliver /Postmédia

Contenu de l’article

Ottawa Life Magazine maintient son portrait cinglant du Service de police d’Ottawa dans son édition de mars et déposera une requête en irrecevabilité Le procès en diffamation du chef Peter Sloly comme rien de plus qu’une tentative de museler la liberté d’expression à propos d’une force de police en difficulté avec un leadership moche.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Mark Bourrie, l’avocat représentant Ottawa Life Magazine et son éditeur sans restriction Dan Donovan, a déclaré qu’il déposerait une requête en rejet de la poursuite en tant que SLAPP (poursuite stratégique contre la participation publique) à la première occasion.

Si le procès de Sloly aboutit un jour, la défense du magazine sera ancrée dans la vérité – arguant que leurs déclarations sur la force et son leadership étaient vraies et que les commentaires étaient fondés sur des faits, selon la déclaration de défense du magazine, déposée le mois dernier.

Sloly a déposé une poursuite personnelle en diffamation de 150 000 $ au début du mois de juin après la publication par Ottawa Life Magazine de « Viols et mensonges – l’inconduite cancéreuse au service de police d’Ottawa » dans son édition du 10 mars.

Le rapport du magazine a déclaré que la gestion de la misogynie endémique au sein de la force a été un désastre effréné depuis que Sloly a été nommé chef.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« En raison de la culture misogyne au sein du SPO, les femmes qui dénoncent leurs agresseurs sont souvent confrontées au silence ou au sexisme, à l’intimidation et aux réactions négatives », a rapporté le magazine.

Le magazine a noté qu’après que le chef adjoint Uday Jaswal a été inculpé en interne en raison d’accusations de harcèlement, d’autres employées ont déposé des plaintes pour harcèlement sexuel et agression. Le magazine a qualifié la réponse du chef Sloly de surprenante.

“Le 25 mai 2020, (Sloly) a déclaré que” à moins que les femmes en dehors des services de police ne soient touchées, les noms des policiers reconnus coupables d’actes répréhensibles contre leurs homologues féminines ne devraient pas être identifiés car il s’agit d’une affaire interne “”, lit-on dans l’article.

Le magazine a également déclaré que Sloly et l’exécutif de la FPO ont examiné ou examiné les plaintes des employés de la FPO avant de lancer une enquête « indépendante ».

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le magazine n’a souligné que certains des policiers de la force suspendus avec solde alors qu’ils faisaient face à un procès pénal, affirmant qu’il y avait trop de cas trop imprimés.

Dans le procès, Sloly prétend que l’article du magazine l’a faussement dépeint comme un menteur corrompu, incompétent et stupide. Sloly affirme également que l’histoire n’était pas seulement diffamatoire mais malveillante, fausse et faisait partie d’une campagne bizarre visant à ruiner sa réputation.

Rien n’a été prouvé en cour et la poursuite n’a pas encore été autorisée à se poursuivre devant la Cour supérieure de l’Ontario.

Sloly, 54 ans, a demandé au magazine de supprimer la version en ligne de l’histoire, de la rétracter et de s’excuser, mais Ottawa Life Magazine a refusé de reculer et a l’intention de défendre vigoureusement ses reportages devant les tribunaux, si le procès est approuvé par un juge. .

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Bourrie, l’avocat représentant le magazine, a déclaré qu’il était “important pour la démocratie que les médias aient le droit de critiquer la police et les responsables des services de police”.

« De nos jours, les questions policières sont au centre de la politique partout en Amérique du Nord pour de très bonnes raisons », a-t-il expliqué.

«Je crois que ce procès satisfait au test d’un SLAPP. M. Donovan (et) le magazine Ottawa Life sont soumis à un processus de litige potentiellement coûteux et stressant simplement parce qu’ils ont essayé de partager leurs préoccupations concernant les services de police à Ottawa avec le public. Des poursuites comme celle-ci envoient un message aux autres journalistes qu’ils seront poursuivis s’ils font du journalisme similaire.

Bourrie a déclaré que le magazine réclamerait également des dépens contre Sloly.

Le chef de la police a déclaré que l’article du magazine s’apparentait à du journalisme imprudent, agrémenté de mensonges malveillants qui n’ont servi qu’à le ridiculiser et à détruire sa carrière, selon des documents judiciaires.

La poursuite en diffamation du chef de la police a également cité des critiques qui ne le concernaient pas, notamment des remarques tranchantes sur ses patrons au sein de la commission des services policiers.

Si la poursuite personnelle de Sloly contre le magazine est couronnée de succès, il dit qu’il fera don des profits au Club Garçons et Filles d’Ottawa.

www.twitter.com/crimegarden

crimegarden@gmail.com

Partagez cet article sur votre réseau social

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Logo Ottawa Citizen Headline News

Inscrivez-vous pour recevoir les nouvelles quotidiennes d’Ottawa Citizen, une division de Postmedia Network Inc.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia Inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300

Merci pour votre inscription!

Un e-mail de bienvenue est en route. Si vous ne le voyez pas, veuillez vérifier votre dossier de courrier indésirable.

Le prochain numéro d’Ottawa Citizen Headline News sera bientôt dans votre boîte de réception.

Nous avons rencontré un problème lors de votre inscription. Veuillez réessayer

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Visitez notre Règles de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster votre e-mail Les paramètres.

— to ottawacitizen.com


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mycamer Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines