Magazine Échecs

Le jeu d'échecs, outil thérapeutique ?

Publié le 23 octobre 2021 par Chess & Strategy @Chess_Strategy

Découvrez chaque jour l'actualité des échecs et 3 exercices tactiques avec les solutions sur des échiquiers dynamiques en bas de page

Apprendre à jouer aux échecs et progresser avec nos formations en vidéo .
Essai gratuit avec notre garantie satisfait ou remboursé pendant 30 jours !

Pour recevoir par mail nos exercices ainsi que des informations sur les échecs, abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter ChessTips.fr

De nombreuses pistes ont été ouvertes lors des premières rencontres "Santé & Echecs" organisées à Paris du 23 au 25 juin 2016 par Kaissa Consulting, l'institut Imagine et la société Léonard

Le jeu d'échecs, outil thérapeutique ?

Sur son lit d'hôpital, le maître des échecs Xavier Parmentier, ex-entraîneur de l'équipe de France espoir d'échecs âgé de 52 ans, donnait encore des cours par Skype, quelques jours avant son décès le 30 avril 2016. "Ce qui est formidable avec les échecs, c'est que pendant que vous jouez vous oubliez la maladie", explique le Dr Alexandre Alcaïs, chercheur en génétique humaine (université Paris Descartes), lors des premières rencontres "Health & Chess", à l'Institut Imagine, à Paris.

Un bénéfice qui va bien au-delà de la distraction. "Cela vous oblige à vous projeter dans l'avenir de façon concrète, en vous fixant des objectifs et en mettant en œuvre des stratégies pour les atteindre. C'est utile quand on lutte contre la maladie ", ajoute le Dr Alcaïs.

La concentration, une vertue cardinale dans un monde de zapping permanent

"Quand un joueur joue, explique l'ancien patron du service de radiologie de Necker, le Pr Francis Brunelle, le réseau cérébral est focalisé sur une tâche précise." Une capacité de concentration indispensable au plus haut niveau. "Quand je joue, je ne vois que l'échiquier", confirme le sextuple champion du monde, Anatoli Karpov, présent à cette première rencontre.

Mais d'autres processus cérébraux sont activés: perception visuo-spatiale, mémoire de travail, prise de décision. Bref, un exercice mental particulièrement exigeant, quel que soit le niveau auquel on joue. "Aux échecs, les positions possibles sont incalculables, explique Jean-Claude Moingt, huit fois champion de France par équipes, à un moment donné vous entrez forcément dans l'inconnu." Stimulation cérébrale garantie. "C'est justement l'activation des réseaux cognitifs qui permet leur survie, assure le Pr Brunelle. Les échecs pourraient probablement devenir un outil de rééducation après un accident vasculaire cérébral au même titre que la musicothérapie."

Pas de malade d'Alzheimer parmi les grands maîtres

Même perspective d'une action bénéfique pour retarder, sinon éviter, le déclin cognitif lié à l'âge. "Je ne connais pas de grands maîtres qui ont eu la maladie d'Alzheimer!", remarque le président de la Fédération française des échecs. Toutefois, les études scientifiques manquent encore pour confirmer cette intuition. Étonnant pour un jeu dont les bases sont vieilles de plusieurs milliers d'années!

Comme si les deux univers - échecs et santé - ne se côtoyaient que le temps d'examiner le cerveau des grands maîtres à grand renfort d'IRM fonctionnelles ou autres Pet-scan. "Le temps de réponse de l'aire visuelle est beaucoup plus rapide chez un grand maître que chez un novice", remarque notamment le Pr Brunelle.

La condition physique compte aussi. "C'est sans doute pour cela que les champions du monde ont désormais moins de 30 ans", souligne Franck Droin, joueur d'échec passionné, à l'initiative des rencontres, "mais c'est un sport que tout le monde peut faire, quel que soit son âge ou son état de santé". "Et c'est aussi très utile pour apprendre aux enfants à se concentrer", glisse le triple champion du monde senior, Anatoli Vaïsser.

L'intégralité de cet article est à retrouver sur Le Figaro

Découvrez notre plateforme de cours 👉 jouer-aux-echecs.com

Le tacticomètre, outil de mesure de votre habileté à bien calculer

Résolvez 3 exercices d'échecs tirés de tournois internationaux pour progresser durablement en tactique. De difficulté progressive, mat en 2 coups en vert, mat en 3 coups en orange et mat en 4 coups en rouge, nous vous conseillons de vous concentrer pendant 5 minutes maximum sur chaque diagramme ci-dessous. Si vous ne trouvez pas une solution dans le temps maximum imparti, revenez sur cet exercice plus tard dans la journée. Enfin, comparer vos solutions avec celles qui sont données en fin d'article. Une manière efficace de progresser est de chercher par soi-même avant de découvrir la solution.

Les exercices et solutions du jour

Échec et mat en 2 coups

Le jeu d'échecs, outil thérapeutique ?
Les Blancs jouent et matent en 2 coups
Ronald Bancod vs Richard Forster, Weilburg, 1996

Les échecs aident à développer des compétences analytiques

A chaque partie, un joueur se retrouve face à des problèmes à résoudre et des défis à surmonter. Les échecs aident à anticiper, à ne pas se précipiter et à bien peser le pour et le contre de chaque décision. Comme dans la vie de tous les jours, où l'on essaie de prendre les meilleures décisions possibles pour obtenir des résultats positifs.

Échec et mat en 3 coups

Le jeu d'échecs, outil thérapeutique ?
Les Blancs jouent et matent en 3 coups
Anatoly Bannik vs Iskir Kurass, Kiev, 1963

Les échecs apprennent à gérer la pression

C'est lors d'une partie d'échecs intense, dans laquelle on donne tout, que l'on apprend à rester calme malgré la pression. Prendre la décision critique en temps limité pour assurer la victoire nécessite une concentration totale et un calme profond, qui permet à votre cerveau de fonctionner au maximum de ses capacités. Toute notre vie, nous sommes confrontés à des dates-butoirs, à des défis difficiles, au trac des entretiens... Comme dans une partie d'échecs, il faut savoir rester confiant et calme malgré la pression pour réussir au mieux.

Échec et mat en 4 coups

Le jeu d'échecs, outil thérapeutique ?
Les Blancs jouent et matent en 4 coups
Kick Langeweg vs Franz Auer, Brunnen, 1966

Les échecs favorisent la bonne santé du cerveau

Le jeu d'échecs stimule la croissance de dendrites, ces corps qui envoient des signaux aux cellules neuronales du cerveau. Avec plus de dendrites, la communication neurale dans le cerveau s'améliore et devient plus rapide. L'interaction et les activités avec d'autres personnes stimulent également la croissance de dendrites. Pratiquer régulièrement le jeu d'échecs en famille, avec des amis ou dans un club est ainsi une expérience idéale.

Les solutions des 3 exercices tactiques

Échec et mat en 2 coups : 1. Dd8+ Fxd8 2. Txd8#

Échec et mat en 3 coups : 1. Tg5+ hxg5 2. Dh8+ Th7 3. Dxh7#

Échec et mat en 4 coups : 1. Cxg6+ Re8 2. Txe6+ fxe6 3. Dxe6+ De7 4. Dxe7#

Débutez et progressez aux échecs avec nos 3 PACKS de formation conçus par les grands-maîtres Anthony Wirig et Tigran Gharamian.

Pack Enfant Débutant : 6 modules
Pack Adulte Débutant : 9 modules
Pack Adulte Confirmé : 15 e-books

N'hésitez pas à partager ces exercices sur les réseaux sociaux avec vos amis. Vous pouvez également déposer vos suggestions en commentaire de ce blog.

Retrouvez tous nos exercices quotidiens

Vous avez une idée qui nous aidera à nous améliorer ? Nous vous invitons à déposer un commentaire ci-dessous. Merci.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chess & Strategy 4330240 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines