Magazine Société

Au carrefour des intentions, de Sven Papaux

Publié le 24 octobre 2021 par Francisrichard
Au carrefour des intentions, de Sven Papaux

Tout est une question d'équilibre dans ce sport: si mentalement ça va, vous skiez bien et tout s'enchaîne. Le facteur psychique est prépondérant, comme pour tout un chacun. C'est mieux de foncer tête baissée avec l'esprit libre, si vous avez l'intention de réussir. Encombrez-vous l'esprit, et vous avez de grands risques de vous encombrer de blessures.

Ces bonnes paroles, River les a écrites au début de ce récit. Peut-être ne les a-t-il pas suffisamment en tête, car, à près de dix-huit ans, après dix ans d'embrigadement dans le sport de haut niveau, il se retrouve finalement à la lisière de l'autodestruction.

Ce récit est celui de l'année décisive, au cours de laquelle River pense récolter les fruits d'avoir, pendant ces dix ans, mis le sport avant tout. Quand il a choisi cette vie de sacrifices, son père l'a soutenu, mais savaient-ils tous deux ce qu'elle impliquait?

Il a abandonné ses études, en quelque sorte joué son va-tout. Est-il fait pour la compétition? Il est permis d'en douter, d'autant qu'il est sensible psychiquement, qu'il est tendre, et qu'il n'a pas le physique de l'emploi en dépit de rudes mises en condition:

Je suis tout fluet monté sur de frêles cuisses, avec des épaules de cycliste presque inexistantes. Je suis fin, comme ma manière de skier, plus en souplesse qu'en puissance. En somme, je n'ai pas la carrure du skieur type. J'ai plus l'allure d'un danseur étoile.

Il malmène son corps, ne l'écoute pas; celui-ci tombe, se redresse, retombe. Son esprit est au diapason. Il déprime un jour, un autre il redevient ambitieux, avant d'être à nouveau grincheux et défaitiste: C'est risible comme on est bête face à la contrariété.

Un fossé se creuse entre ce sport, ses responsables, ses entraîneurs et lui. Il en est conscient. Pourtant, il passe outre, si bien que le lecteur, très vite, avant même que le récit ne s'achève, sait que cela ne peut qu'aller de mal en pis malgré des éclaircies.

Au-delà du cas personnel de River, ce récit pose la question du sport de haut niveau. L'illusoire rage de vaincre, ce poison qui lui est intrinsèque, la solitude et l'oubli dans lesquels l'athlète se retrouve en cas d'insuccès peuvent conduire à l'autodestruction.

Pour y échapper, l'entourage doit jouer son rôle, que ne remplissent pas des collègues ou des coaches inhumains. Une petite phrase lumineuse, dite par un proche, à laquelle il n'a pas été prêté attention, peut alors faire bifurquer Au carrefour des intentions...

Francis Richard

Au carrefour des intentions, Sven Papaux, 160 pages, Slatkine


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Francisrichard 12008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine