Magazine

Rêvant d'Italies

Publié le 23 juillet 2008 par Perce-Neige
Rêvant d’Italies, de Toscanes, d’Ombries, de nuits de velours à caresser l’horizon, rêvant de Castilles, d’îles immobiles dans la brume azurée de l’été, rêvant de jours où chaque geste, chaque mot, chaque élégance du regard, chaque mouvement des lèvres et clignement des paupières aurait la transparence du cristal et le goût du printemps, rêvant de quais de gares d’où tu partais pour ne jamais revenir, rêvant ta silhouette qu’estompait la foule, toujours, rêvant ton corps festonné de lumière, rêvant l’ombre de ta voix sur le silence d’incessants bavardages, rêvant d’Afriques alors, de fleuves paresseux où s’assoupissent d’innombrables pirogues, des jours et des jours durant à vouloir t’oublier, rêvant soudain d’assécher l’océan, d’embraser la galaxie et plus encore, rêvant d’inventer de nouveaux arcs-en-ciel, rêvant tant et tant, debout sur ma chaise, désespérant l’univers d’un ample mouvement de la main gauche, j’ai simplement déclaré, à la petite troupe qui peu à peu m’entourait, pompiers, gendarmes et autres psychiatres aux visages impassibles, simplement déclaré "Messieurs, il est de notre responsabilité que le ciel reste bleu". Mais j’ai bien senti, à voir leur sourire s’étrangler, s’expatrier, que cela ne suffirait pas. Je suis donc descendu de mon siège. Et j’ai posé mon arme là, sur la table en merisier, juste devant moi. Puis, j’ai su que le monde s’apaisait. Alors, je n’ai plus rien dit. Jamais. Sauf à toi.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Perce-Neige 102 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte