Magazine Gadgets

CORSICANA, un portrait de famille obsédant — Critique

Publié le 23 juin 2022 par Mycamer

Will Arbery Corse, une étude en deux actes sur l’aliénation, coupe souvent trop près de cet effet voulu pour atterrir d’une manière satisfaisante, voire totalement convaincante. Peut-être parce que la pièce est en partie autobiographique, se déroulant dans la petite ville titulaire du Texas près de Dallas, la ville natale du dramaturge et suivant une relation frère-sœur tout comme la sienne, il est trop investi dans les sentiments intangibles de sa dynamique pour créer une image claire et digeste. . Maintenant en représentation à Playwrights Horizons, il scintille avec des moments de brillance mais est finalement un portrait trop aride pour être correctement apprécié.

Ce que la production, habilement dirigée par Sam Gold, présente indéniablement, ce sont quatre performances remarquables, centrées sur le nerveux Will Dagger dans le rôle de Christopher, le remplaçant d’Arbery avec des rêves en décomposition de célébrité cinématographique et le délicat Jamie Brewer dans le rôle de son aîné. demi-sœur Ginny, dont le syndrome de Down reflète simplement les conflits vécus par tous, plutôt que d’assumer ses blâmes.

CORSICANA, un portrait de famille obsédant — CritiqueDeirdre O’Connell et Harold Surratt | Photo: Julieta Cervantès

Après la mort de leur mère biologique, Christopher demande l’aide de la gentille bibliothécaire Justice (une mère Deirdre O’Connell dans son premier rôle post-Tonys) pour enrôler l’artiste reclus Lot (Harold Surratt, exceptionnel) pour passer du temps avec Ginny, avec le vague objectif de créer une chanson, mais vraiment juste pour la faire sortir de sa coquille. Conformément à l’aridité du paysage texan, aucun des personnages ne déborde de compétences communicatives.

Corse est une pièce remplie de pauses, pleine de promesses non tenues et de profonds regrets. Dans cette première production, son histoire et son dialogue reflètent cela; ses performances magnifient cela; la vacance solitaire de l’ensemble de Laura Jellinek et Cate McCrea l’enferme; tout devient trop, atteignant un sommet impénétrable dans les scènes entre Ginny et Lot peut-être non diagnostiqué. La performance de Surratt est époustouflante, pleine de mouvements et de réactions indéchiffrables, mais finit par renverser la grande pile d’angoisse silencieuse de l’œuvre avec sa puissance et son impénétrabilité.

CORSICANA, un portrait de famille obsédant — CritiqueDeirdre O’Connell | Photo: Julieta Cervantès

Les gestes vers la grandeur qu’Arbery arrose partout, comme les noms Justice et Lot, signifient sûrement quelque chose, mais ne font qu’ajouter à la longue liste d’examens dont le public est accablé. Il en va de même pour comprendre pourquoi l’ensemble – ses deux canapés positionnés sur un plateau tournant comme des miroirs inversés l’un de l’autre, sous un toit en tôle ondulée hissé au-dessus du public – fait ce qu’il fait. Tout devient trop, et cela sans même commencer à prendre en considération les émotions profondément ressenties par ses personnages.

Il y a beaucoup à admirer dans cette production, cependant, comme la conception d’éclairage obsédante d’Isabella Byrd et les magnifiques détails du personnage d’Arbery. L’obsession de Ginny pour Lizzie McGuire-era Disney Channel, par exemple, est à la fois révélatrice et souvent hilarante. Corse se sent comme l’une des œuvres les plus dures d’Ingmar Bergman que vous admirez pour sa rigueur, mais que vous revenez rarement à cause de la nature punitive de cette rigueur même. C’est une œuvre qui reflète le génie sans constamment ni correctement trouver son juste exutoire. Il y a, bien sûr, des choses bien pires à faire.

Corse est en représentation jusqu’au 10 juillet 2022 au Playwrights Horizons sur West 42nd Street à New York. Pour les billets et plus d’informations, visitez ici.

Will Arbery Corse, une étude en deux actes sur l’aliénation, coupe souvent trop près de cet effet voulu pour atterrir d’une manière satisfaisante, voire totalement convaincante. Peut-être parce que la pièce est en partie autobiographique, se déroulant dans la petite ville titulaire du Texas près de Dallas, la ville natale du dramaturge et suivant une relation frère-sœur tout comme la sienne, il est trop investi dans les sentiments intangibles de sa dynamique pour créer une image claire et digeste. . Maintenant en représentation à Playwrights Horizons, il scintille avec des moments de brillance mais est finalement un portrait trop aride pour être correctement apprécié.

Ce que la production, habilement dirigée par Sam Gold, présente indéniablement, ce sont quatre performances remarquables, centrées sur le nerveux Will Dagger dans le rôle de Christopher, le remplaçant d’Arbery avec des rêves en décomposition de célébrité cinématographique et le délicat Jamie Brewer dans le rôle de son aîné. demi-sœur Ginny, dont le syndrome de Down reflète simplement les conflits vécus par tous, plutôt que d’assumer ses blâmes.

CORSICANA, un portrait de famille obsédant — CritiqueDeirdre O’Connell et Harold Surratt | Photo: Julieta Cervantès

Après la mort de leur mère biologique, Christopher demande l’aide de la gentille bibliothécaire Justice (une mère Deirdre O’Connell dans son premier rôle post-Tonys) pour enrôler l’artiste reclus Lot (Harold Surratt, exceptionnel) pour passer du temps avec Ginny, avec le vague objectif de créer une chanson, mais vraiment juste pour la faire sortir de sa coquille. Conformément à l’aridité du paysage texan, aucun des personnages ne déborde de compétences communicatives.

Corse est une pièce remplie de pauses, pleine de promesses non tenues et de profonds regrets. Dans cette première production, son histoire et son dialogue reflètent cela; ses performances magnifient cela; la vacance solitaire de l’ensemble de Laura Jellinek et Cate McCrea l’enferme; tout devient trop, atteignant un sommet impénétrable dans les scènes entre Ginny et Lot peut-être non diagnostiqué. La performance de Surratt est époustouflante, pleine de mouvements et de réactions indéchiffrables, mais finit par renverser la grande pile d’angoisse silencieuse de l’œuvre avec sa puissance et son impénétrabilité.

CORSICANA, un portrait de famille obsédant — CritiqueDeirdre O’Connell | Photo: Julieta Cervantès

Les gestes vers la grandeur qu’Arbery arrose partout, comme les noms Justice et Lot, signifient sûrement quelque chose, mais ne font qu’ajouter à la longue liste d’examens dont le public est accablé. Il en va de même pour comprendre pourquoi l’ensemble – ses deux canapés positionnés sur un plateau tournant comme des miroirs inversés l’un de l’autre, sous un toit en tôle ondulée hissé au-dessus du public – fait ce qu’il fait. Tout devient trop, et cela sans même commencer à prendre en considération les émotions profondément ressenties par ses personnages.

Il y a beaucoup à admirer dans cette production, cependant, comme la conception d’éclairage obsédante d’Isabella Byrd et les magnifiques détails du personnage d’Arbery. L’obsession de Ginny pour Lizzie McGuire-era Disney Channel, par exemple, est à la fois révélatrice et souvent hilarante. Corse se sent comme l’une des œuvres les plus dures d’Ingmar Bergman que vous admirez pour sa rigueur, mais que vous revenez rarement à cause de la nature punitive de cette rigueur même. C’est une œuvre qui reflète le génie sans constamment ni correctement trouver son juste exutoire. Il y a, bien sûr, des choses bien pires à faire.

Corse est en représentation jusqu’au 10 juillet 2022 au Playwrights Horizons sur West 42nd Street à New York. Pour les billets et plus d’informations, visitez ici.

— to www.theatrely.com


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mycamer Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines