Magazine Europe

Géorgie : Plus qu'un crime, une faute

Publié le 11 août 2008 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com
Mardi, 12 Août 2008 01:58 Par Claude MONIQUET
Géorgie : Plus qu'un crime, une fauteEn quelques heures, dans la nuit du 7 au 8 août, le président Mikhaïl Saakachvili est parvenu, en utilisant la force pour tenter de régler un problème qui ne présentait aucune urgence, à rendre le plus mauvais service qui soit à son pays, à l'équilibre du Caucase, au renforcement de l'OTAN et à l'influence occidentale aux marches de la Russie. Nous ne nous prononcerons pas, ici, sur le fond du problème, à savoir la revendication indépendantiste de l'Ossétie du Sud, bien que nous soyons en droit de nous demander à quel titre on refuserait aux Ossètes un droit que l'on reconnaît aux Kosovars...Nous nous contenterons simplement de rappeler que -même si Moscou a un peu soufflé sur les braises en 1992 - c'est incontestablement l'intransigeance nationaliste des Géorgiens, incapables de prendre en compte le besoin d'autonomie de minorités nationales importantes, qui fut à l'origine de la première guerre en Ossétie du Sud, en 1991. Il était possible de faire des concessions aux Ossètes, mais Tbilissi préféra envoyer 6000 soldats sur place pour « y rétablir l'ordre». Avec les résultats que l'on sait: Moscou soutint la revendication ossète et la Géorgie connut une honteuse défaite. Depuis, l'Ossétie du Sud s'est érigée en «Etat » indépendant (qu'aucun autre pays, même la Russie, ne reconnaît) mais le calme régnait dans la région. Jusqu'en 2004...
Arrivé au pouvoir dans la foulée de la Révolution des Roses qui a mis fin au règne de l'ancien ministre des Affaires étrangères de Mikhaïl Gorbatchev, Edouard Cheverdnadzé, M.Saakachvili a promis l'ouverture et les réformes. Son bilan est pour le moins mitigé.

Si le pays connaît une croissance de 9% par an, Mafia et corruption continuent à y tenir le haut du pavé, et le pouvoir a été agité par d'incessantes querelles de palais donnant lieu à des limogeages évoquant davantage la République bananière que l'Etat de droit.
Moitié pour faire oublier cet échec partiel, moitié sans doute pour complaire à la partie la plus radicale de son opinion, le président Saakachvili a alors commencé, à son tour, à surfer sur la vague nationaliste en promettant la réunification du pays -qui devait faire face à la sécession de trois régions : l'Abkhazie, l'Adjarie et l'Ossétie du Sud. La question adjare a été réglée par la diplomatie, le retour de la province rebelle sous la tutelle de Tbilissi ayant étant obtenu largement grâce aux pressions de Moscou. Le dossier abkhaze est au point mort mais, depuis 2004 - et singulièrement ces derniers mois - les incidents entre l'armée géorgienne et les forces ossètes se sont multipliés. La situation, toutefois, restait gérable. Jusqu'à 7 août dernier.
Ce jour-là, en jetant les troupes géorgiennes sur l'Ossétie, Mikhaïl Saakachvili a «commis plus qu'un crime, une faute». D'abord, même si l'on peut comprendre l'inconfort de Tbilissi face à la volonté sécessionniste d'une partie de sa population, quelle urgence y avait-il à briser par la force un statu quo vieux d'une quinzaine d'années ? Ensuite, récupérer un territoire de moins de 4000 km², peuplé de 70 000 âmes qui refusent et refuseront de se couler dans le moule géorgien, valait-il la peine de faire couler le sang ? Enfin et surtout, le président géorgien a-t-il vraiment pensé que Moscou allait assister, les bras croisés, à la normalisation d'une Ossétie du Sud que la Russie soutient depuis quinze ans ?
On connaît le résultat : la Géorgie et la Russie sont en état de guerre de fait, plusieurs bases militaires géorgiennes et les faubourgs de Tbilissi ont été bombardés et des centaines de civils, si ce n'est plus, ont perdu la vie. A terme, le Caucase sera loin d'être plus stable, le virus nationaliste gagnera sans doute en puissance en Géorgie et un pouvoir « pro-occidental » est affaibli et discrédité. Brillante opération, vraiment. On se consolera en pensant que cela aurait pu être pire : que l'on songe un instant à ce qui aurait pu se passer si la Géorgie avait été membre de l'OTAN, comme elle le souhaite.
Il y a là, nous semble-t-il, de quoi faire réfléchir ceux qui souhaitent voir l'OTAN pousser toujours plus vers l'Est et, de ce fait, englober des pays qui, certes, méritent d'être aidé mais dont les dirigeants font preuve de peu de maturité et sont prêts, ainsi que l'on vient de voir, à toutes les aventures. Même les pires.

Claude MONIQUET,
Président de l'ESISC
l'article en pdf  A lire aussi sur le site de l'ESISC Conflits gelés du Caucase du sud : aspects juridiques, DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS et syndrome kosovar

Par le lieutenant-colonel (e.r) Renaud FRANCOIS, chercheur associé à l'ESISC

La déclaration unilatérale d'indépendance du Kosovo, le 17 février dernier, immédiatement reconnue par les États-Unis puis par la France et une trentaine d'autres pays, dont plusieurs États membres de l'Union européenne, a eu pour conséquence « collatérale », le déclenchement d'un inquiétant processus de réchauffement des « conflits gelés » sud- caucasiens (Haut-Karabakh, Abkhazie et Ossétie du sud). En mars dernier, un net regain de tension sur la ligne de front du Haut-Karabakh s'est soldé par une quinzaine de morts de part et d'autre. On a pu craindre, un instant, que ces accrochages meurtriers - les plus violents depuis 1994 - donnent le signal de la reprise généralisée des combats... Lire la suite...


Commentaires (0)
Add Comment

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog