Magazine

"Le monde de Matriona"...

Publié le 16 août 2008 par Sarah Oling
Un monde où Tbilissi ne serait plus le nom d’une ville synonyme de violence et de désolation, où le train menant à Lhassa se peuplerait d’une cohorte harmonieuse de voyageurs chinois et tibétains, partageant la même attente d’une vie meilleure. Un monde où Matriona, dans sa maison, attendrait le retour d’Alexandre Soljenitsyne pour le soir-même, son chat bancal assis sur ses genoux, le thé noir et fort, tel qu’il aimait à le partager avec elle, infusant dans le vieux samovar.  Si Matriona, oublieuse de sa vie misérable, était à même d’accueillir sous son toit un homme presque aussi démuni qu’elle, Soljenitsyne n’était alors, en 1953, qu’un Zek, un ancien du goulag, pourquoi ne pourrions-nous pas en faire autant ? Une tasse de thé, une parole vibrante pour un ami qui se blesse aux aspérités de l’existence, un mot trop vif retenu de justesse… De modestes actes au regard de la désespérance du monde, mais qui peuvent changer la donne, là, dans l’instant de la présence à ces actes, en les revêtant d’une réelle bonté d’intentions. Imaginons que cela devienne contagieux… Que la bonté ne soit pas qu’un vague concept à la connotation simpliste ou religieuse. Je veux croire à la contagion du bien. Il y a partout des  Matriona  au cœur pur…"   Et parce que Soljenitsyne a fait partie de mes « éveilleurs », je cite là les derniers mots de son récit «  La maison de Matriona » (Recueil de trois nouvelles, Julliard, 1970)  "...elle n'avait pas accumulé d'avoir pour le jour de sa mort. Une chèvre blanc sale, un chat bancal, des ficus... Et nous tous qui vivions à ses côtés, n'avions pas compris qu'elle était ce Juste dont parle le proverbe et sans lequel il n'est village qui tienne. Ni ville. Ni notre terre".

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sarah Oling 282 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte